< Retour

Actualités

image description Améliorer les résultats de l’hospitalisation d’un patient âgé grâce à des exercices physiques et un suivi téléphonique au cours des 6 mois suivant la sortie.

Les personnes âgées représentent une forte proportion des patients hospitalisés, variant de 30 à 50%. Ces patients connaissent très souvent un déclin fonctionnel à l’occasion d’une hospitalisation et l’un des enjeux majeurs est d’éviter au maximum le recours en urgence aux services médicaux de ville ou hospitaliers après leur sortie de l’hôpital. Les interventions les plus efficaces semblent être le suivi téléphonique après la sortie et la prescription d’exercices, mais ces interventions n’ont fait que trop peu l’objet d’études à ce jour.

Les auteurs de cet article ont enrôlé des patients de 65 ans ou plus à haut risque de réadmission dans un hôpital en Australie. Ces facteurs de réadmission dont l’un d’eux au moins était nécessaire pour une inclusion dans l’étude étaient : un âge supérieur à 75 ans, au moins 2 admissions à l’hôpital au cours des 6 mois précédant l’étude, plusieurs comorbidités, le fait de vivre seul, de ne pas avoir de « support social », de se sentir en mauvaise santé, avoir une perte d’autonomie modérée à sévère et avoir une dépression. Les patients exclus étaient ceux qui ne pouvaient marcher, ceux qui avaient une oxygénothérapie au domicile, des déficits neurologiques ou cognitifs.

Les sujets étaient inclus dès la 72ème heure d’hospitalisation puis étaient randomisés en 2 groupes : l’un sans intervention particulière, l’autre avec. Cette intervention comprenait la réalisation débutant durant l’hospitalisation d’un programme d’exercices physiques avec marche plusieurs fois par semaine, d’exercices de musculation de plusieurs segments des membres supérieurs et inférieurs, et des exercices d’équilibre. Un suivi téléphonique attentif était mis en place pendant 6 mois après la sortie afin de déceler des problèmes médicaux ou de suivi médical. Le programme d’exercices était poursuivi en encourageant les patients à le suivre avec un objectif calendaire de réalisation. En plus d’une visite systématique au domicile par une infirmière entraînée dans les 48 heures suivant la sortie, des visites supplémentaires étaient réalisées à la demande du patient.

L’évaluation comportait le suivi des consultations en urgence, auprès d’un médecin de ville ou dans le service hospitalier des urgences, ainsi qu’une évaluation de la qualité de vie par questionnaire (SF-12). Au total, 64 patients ont été inclus dans chacun des 2 bras de l’étude. La compliance au programme d’exercices était parfaite pour 53% (n=31) et 27 autres patients ne l’avaient suivi que partiellement. Quarante-neuf patients du bras intervention ont été analysés à 6 mois contre 58 patients dans le bras sans intervention. Les patients avaient un âge moyen de 78,8 ± 6,9 ans et étaient des femmes pour 62% d’entre eux. Parmi les patients qui ont été ré-hospitalisés, 96% avaient de multiples comorbidités, 66% avaient 75 ans ou plus et 60% avaient un déclin fonctionnel. Il n’y avait pas de différence significative entre les 2 groupes de patients concernant ces facteurs de risque.

Les patients du groupe intervention avaient moins de réadmission en urgence (22,0% vs 46,7%, p=0,007) et moins de consultations en urgence de leur médecin traitant (25,0% vs 67,3%, p<0,001). Au total dans le groupe intervention, il y avait 21 réadmission vs 86 dans le groupe sans intervention (p<0,001). En terme de qualité de vie, le groupe intervention avait un score SF-12 meilleur que celui de l’autre groupe (p<0,001 par analyse ANCOVA).

En conclusion, une intervention comprenant un programme d’exercices physiques associé à un suivi téléphonique attentif était efficace sur une population âgée de 65 ans ou plus, ciblée à haut risque de ré-hospitalisation, en termes d’hospitalisations en urgences, de consultations du médecin traitant en urgence et de qualité de vie. Malgré le fait que cette étude était monocentrique et concernait relativement peu de patients, ce type d’intervention paraît prometteur et mériterait de nouvelles études pour confirmer ces bons résultats.


Caractéristiques des patients à l’inclusion. Les chiffres représentent le nombre de patients de chaque groupe (%).

Publié en Avril 2009
Auteur : L. Lechowski - Hôpital Sainte-Périne,  Paris
Références : Courtney M, Edwards H, Chang A, Parker A, Finlayson K, Hamilton K. Fewer emergency readmissions and better quality of life for older adults at risk of hospital readmission: a randomized controlled trial to determine the effectiveness of a 24-w