< Retour

Actualités

image description Après 60 ans, l'atrophie cérébrale serait corrélée aux niveaux de pression artérielle diastolique selon une courbe en U
L'atrophie cérébrale n'est pas exceptionnelle chez les sujets âgés. Elle peut être partielle et affecter des régions précises du système nerveux central, ou être globale et concerner l'ensemble du cerveau. Les atrophies les plus sévères peuvent être associées à une réduction des performances intellectuelles et peuvent laisser présager l’évolution vers une démence. Mis à part l'âge des patients, les facteurs de risque d'atrophie cérébrale sont encore mal connus. Certaines études semblent indiquer qu'une pression artérielle élevée serait corrélée à une taille du cerveau réduite. Cette liaison est sans doute à mettre en parallèle avec la plus grande occurrence de pathologies cérébro-vasculaires chez les hypertendus. Inversement, une réduction de la pression artérielle a aussi été associée à l’atrophie cérébrale, en raison probablement d’une modification des seuils d'autorégulation du débit sanguin cérébral et de la fréquence des épisodes d’ischémie cérébrale. Enfin, l'atrophie cérébrale en elle-même pourrait altérer le fonctionnement des centres de régulation de la pression artérielle.

Un nouvel éclairage sur les liens, au cours du vieillissement, entre pression artérielle et atrophie cérébrale, vient d'être apporté par une équipe hollandaise. Dans le cadre de la Rotterdam Scan Study, 1077 sujets âgés de 60 à 90 ans, et en moyenne de 72 ans, ont eu un examen d’imagerie par IRM entre 1995 et 1996. Les patients atteints de démence ou qui avaient une cécité avaient été préalablement exclus de l'étude. Le degré d'atrophie cérébrale a été apprécié sur 5 régions différentes, les résultats obtenus sur ces régions ayant ensuite été sommés pour produire un index global d’atrophie cérébrale. Les pressions artérielles diastolique et systolique avaient été mesurées en position assise chez 513 de ces sujets vingt ans auparavant, entre 1975 et 1978, puis au moment de l'IRM.

Plusieurs tendances ont été notées dans cette étude. Toutes choses égales par ailleurs, l'atrophie était plus marquée avec l'âge, et plus prononcée chez les hommes que chez les femmes. Les sujets ayant une pression diastolique élevée, comprise entre 85 et 90 mm Hg ou supérieure à 90 mm Hg, avaient un degré d’atrophie plus important que ceux dont la pression diastolique était comprise entre 65 et 74 mm Hg. A l'inverse, les personnes dont les pressions diastoliques étaient basses, inférieures à 65 mm Hg, avaient aussi un risque d'atrophie cérébrale plus grand que celles ayant des pressions intermédiaires. Ici encore, une faible pression systolique n'était pas corrélée à la taille du cerveau. La signification statistique de cette courbe en U qui reliait la pression diastolique et le degré d'atrophie du cerveau était vérifiée même après ajustement sur l'index de masse corporelle, sur la présence d’un diabète, sur l’existence de traitements antihypertenseurs et la découverte de lésions de la substance blanche sur l’imagerie. Toutefois, l'atrophie restait plus marquée chez les sujets hypertendus qui ne se traitaient pas que chez ceux qui suivaient un traitement antihypertenseur. Une analyse détaillée des différentes zones du cerveau concernées par l’atrophie montrait que cette relation en U s'appliquait à toutes les régions étudiées, sans différences notables entre elles.

Cette étude montre ainsi qu'une pression diastolique élevée ou basse est un bon facteur prédictif, à 20 ans, d'une atrophie cérébrale mesurée par IRM sur des patients ne présentant pas de démence. La relation de cause à effet entre ces deux paramètres n'est pas encore claire, bien qu'on puisse aisément imaginer le rôle délétère de l'hypertension sur la vascularisation cérébrale et le risque d'infarctus. Ces travaux sont certainement à rapprocher de ceux qui soulignent l'importance de la pression artérielle dans les troubles cognitifs ou les démences avec l'âge.
pression diastolique score d'atrophie corticale pression systolique score d'atrophie corticale
< 65 mm Hg 6,0 <120 mm Hg 5,7
65-74 mm Hg 5,2 120-134 mm Hg 5,6
75-84 mm Hg 5,4 135-144 mm Hg 5,5
85-89 mm Hg 5,7 145-159 mm Hg 5,6
> 90 mm Hg 5,8 > 160 mm Hg 5,4
Publié en Mars 2003
Auteur : L. Teillet - Hôpital Sainte-Périne,  Paris
Références : den Heijer T, Skoog I, Oudkerk M, de Leeuw FE, Cees de Groot J, Hofman A and Breteler MM. Association between blood pressure levels over time and brain atrophy in the elderly. Neurobiol. Aging. 2003, 24: 307-313.