< Retour

Actualités

image description Après un accident vasculaire cérébral, l’ergothérapie centrée sur les activités de la vie quotidienne est efficace.

L’accident vasculaire cérébral (AVC) est la seconde cause de décès dans le monde et la première cause d’incapacité à long terme chez les adultes. L’ergothérapie est un élément fondamental de la rééducation. Cet article présente une revue systématique de la littérature suivant la méthode du groupe AVC de la Cochrane collaboration ainsi qu’une méta-analyse. L’objectif était de déterminer, à partir des données d’essais contrôlés randomisés, si une prise en charge en ergothérapie focalisée sur les activités de la vie quotidienne améliorait la récupération fonctionnelle après un AVC. La comparaison a été faite avec une prise en charge standard, non focalisée sur les activités de la vie quotidienne.

Les critères principaux étaient l’indépendance pour les activités de la vie quotidienne à l’issue du programme de rééducation, et le fait de savoir quel était son impact sur une évolution défavorable tel que décès, détérioration ou dépendance pour les activités de la vie quotidienne. Des critères secondaires ont été également analysés : institutionnalisation, capacité à réaliser certaines activités requises pour le retour à domicile, humeur et qualité de vie du patient, satisfaction du patient et du proche liée à la prise en charge. L’analyse des données a été faite en intention de traiter.

Parmi les 14 593 références identifiées, neuf essais remplissaient les critères d’inclusion, comportant un total de 1258 participants. Les essais présentés diffèrent cependant en terme de caractéristiques socio démographiques de la population, de sévérité du handicap, et de design de l’étude.

Les résultats de l’analyse montrent une différence significative en faveur d’une plus grande indépendance aux activités de la vie quotidienne chez les patients qui ont bénéficié d’une ergothérapie. Cette différence n’était cependant plus significative lorsque l’analyse était limitée aux données issues des 4 études en intention de traiter. Le risque de détérioration dans les activités de la vie quotidienne était significativement plus faible lorsque les patients avaient bénéficié d’une ergothérapie (odds ratio = 0,67 ; IC à 95% = 0,51-0,87). L’ergothérapie était aussi associée à un meilleur score pour les activités instrumentales de la vie quotidienne. Le bénéfice en terme de détresse ou d’humeur du patient et des proches n’était pas significatif. Les données disponibles n’étaient pas suffisantes pour conclure quant à la satisfaction du patient et des proches.

Les auteurs soulignent certaines limites de l’étude, parmi lesquelles l’existence de biais liés aux contraintes de mise en place de telles études. En effet, il n’est pas possible de réaliser un essai en aveugle, les investigateurs étant les thérapeutes. L’existence d’une prise en charge standard diminue probablement l’estimation des résultats de l’intervention. La randomisation est difficilement acceptable, d’autant plus lorsque les services d’hospitalisation proposent classiquement une prise en charge d’ergothérapie. Dans ce type d’étude d’intervention, le suivi doit être long, et le risque de « perdus de vue » est important. Enfin, l’ergothérapie est une discipline multiforme. La nature exacte de l’intervention différait dans toutes les études et les qualités méthodologiques étaient variables selon les essais.

A ces réserves près, cette méta-analyse présente l’intérêt d’être le premier travail focalisé sur l’AVC, incluant un large panel d’essais. Elle montre qu’une prise en charge par ergothérapie spécifique peut permettre d’améliorer et d’éviter une dégradation des activités de la vie quotidienne. D’autres travaux seraient certainement nécessaires pour cibler les patients susceptibles de tirer le plus grand profit de cette prise en charge par l’ergothérapie.

Publié en Janvier 2008
Auteur : S. van Pradelles - Hôpital Sainte-Périne,  Paris
Références : Legg L, Drummond A, Leonardi-Bee J, Gladman JRF, Corr S, Donkervoort M, Edmans J, Gilbertson L, Jongbloed L, Logan P, Sackley C, Walker M, Langhorne P. Occupational therapy for patients with problems in personal activities of daily living after