< Retour

Actualités

image description Associer l’activité physique à une stratégie sociale pourrait améliorer la prévention des problèmes cardiovasculaires.

Une activité physique régulière est bénéfique pour les personnes âgées car elle peut prévenir ou freiner l’apparition d’incapacités et aider à maintenir l’autonomie personnelle. Les femmes américaines d’origine africaine sont le groupe qui est estimé le moins actif au sein de la population des Etats-Unis. Dans la perspective d’améliorer cette situation, une stratégie comportementale a été mise en place en intégrant un programme d’activités sociales dans un contexte fondé sur la spiritualité et la religion (programme « Sœurs en mouvement »). En effet, un tel contexte a un impact important sur ces femmes, dont 95% prient tous les jours. La population choisie comportait soixante-deux femmes réparties dans trois paroisses (Catholique, Méthodiste et Adventiste) de Los Angeles. Elles étaient âgées de soixante ans et plus (moyenne 73 ans) et avaient peu d’activités physiques, soit moins de trois périodes de 30 minutes et moins de 35 000 pas par semaine, sur la base d’une mesure réalisée par un podomètre.

L’intervention proposée était un programme de 8 semaines comportant un choix d’activités physiques et sociales, associées à des renforcements positifs. L’objectif était de tester si un tel programme d’activités conduisait à une mobilisation physique qui persisterait après la fin de l’intervention. Le groupe stimulé et le groupe témoin ne différaient ni par leurs caractéristiques démographiques ni par leurs paramètres cliniques. Dans chaque groupe, les participantes s’associaient en petits sous-groupes de 3 à 4 personnes. Les activités étaient réparties à raison de deux réunions de 90 minutes au cours de deux jours différents de la semaine. La partie de la réunion consacrée à l’activité physique (45 minutes) comportait de la marche, des exercices d’équilibre et de résistance, de la danse et des mouvements de base de yoga. La partie de la réunion consacrée à l’activité sociale (45 minutes) comportait trois volets :

  • Une lecture de textes sacrés suivie d’une discussion de mise en relation de ces textes avec l’activité physique, la santé et les relations sociales.
  • Une prise de parole durant laquelle chaque participant témoignait de sa motivation personnelle pour le programme et de son implication à soutenir et aider les autres participants du sous-groupe.
  • Une récompense pour le sous-groupe qui effectuait le nombre de pas le plus élevé, mesuré par les podomètres individuels.

Dans le groupe témoin, les lectures n’étaient pas orientées vers les questions d’activités physiques et ne concernaient que des exercices de mémoire, des histoires...
A la fin du programme, les groupes étaient encouragés à maintenir leurs activités et à organiser une réunion mensuelle durant une période de six mois. La comparaison d’un certain nombre de paramètres 6 mois après le début de cette intervention - activité physique, pression sanguine, poids, score de douleur chronique - a mis en évidence des différences significatives entre les 2 groupes dont les principales sont résumées dans le tableau ci-dessous.

 

 

Paramètres

Groupe intervention

Groupe témoin

p

Nombre moyen de pas / semaine

9 883

2 426

0,02

Nombre d’heures d’activités physiques / semaine

9,5

6,9

0,50

Modification pression systolique (mmHg)

- 12,5

- 1,5

0,07

Modification pression diastolique (mmHg)

- 5,9

- 3,8

0,48

Modification poids (livres)

- 2,3

- 1,5

0,51

Modification du score de douleur

4,3

3,7

0,87

Comparaison entre les 2 groupes 6 mois après le début de l’intervention.

Ce programme améliore donc nettement la mobilité – 7 000 pas – soit de l’ordre de 60 à 75 minutes de marche par semaine. D’autre part, il entraîne une diminution de la pression artérielle systolique. Ces deux effets combinés peuvent clairement conduire à une prévention des troubles cardiovasculaires liés au vieillissement, particulièrement dans le cas de femmes post-ménopausées, en surpoids et sédentaires.

Publié en Novembre 2010
Auteur : Ph. van den Bosch de Aguilar - Université Catholique de Louvain,  Louvain-la-Neuve
Références : Duru OK, Sarkisian CA, Leng M, Mangione CM. Sisters in motion : a randomized controlled trial of a faith-based physical activity intervention. J Am Geriatr Soc. 2010;58:1863-1869.