< Retour

Actualités

image description Atrophie cérébrale et maladie d'Alzheimer
La démence sénile ou maladie d'Alzheimer est un processus progressif marqué par une dégénérescence du tissu nerveux manifestée par une dérive des fonctions cérébrales. Au niveau du tissu nerveux, des altérations affectent le squelette cellulaire en formant des enchevêtrements neurofibrillaires et des dépôts de substance amyloïde envahissent le parenchyme cérébral. Ces processus entraînent une mort cellulaire et l'atrophie des centres nerveux affectés. Comme l'involution cérébrale est progressive, les symptômes manifestes sont souvent absents au début de la maladie ce qui empêche la mise en place d'une stratégie thérapeutique.

L'imagerie par résonance magnétique permet actuellement de mesurer in vivo l'extension des régions cérébrales et donc d'identifier les régions atteintes et d'évaluer leur involution, ceci de façon précoce. Dans cette étude cinq groupes de sujets sont examinés: 1) des sujets pré-symptomatiques, appartenant à des familles prédisposées à une démence familiale précoce, 2) des sujets affectés par une démence légère, 3) des sujets affectés par une démence modérée, 4 et 5) deux groupes contrôles de sujets appariés en âge respectivement au groupe 1 et aux groupes 2 et 3. Le degré de démence est mesuré par un test psychométrique. L'analyse par résonance magnétique montre clairement une atrophie de territoires cérébraux associée à une augmentation des ventricules chez les sujets prédisposés ou atteints par la maladie.

Chez les sujets prédisposés, l'involution du tissu cérébral est la plus marquée au niveau de l'hippocampe puis du cortex frontal antérieur. Chez les sujets légèrement atteints, l'involution touche en plus les parties inférieure et latérale du cortex temporal et la partie postérieure de la circonvolution limbique. Chez les sujets modérément atteints, l'involution s'étend plus largement dans le cortex frontal. Dans les trois groupes de patients, l'hémisphère gauche est plus touché que l'hémisphère droit. Cette étude confirme, par une validation in vivo, le caractère progressif et extensif de l'involution cérébrale, déjà établi par les examens post-mortem. Elle touche d'abord les territoires phylogénétiquement "anciens" du cerveau, l'hippocampe et la circonvolution limbique, pour s'étendre ensuite à la région frontale, plus récente. Ces atteintes justifient les troubles observés en clinique, d'abord au niveau de la mémoire (hippocampe) et des comportements (circonvolution limbique), puis, plus généralisés, au niveau de la personnalité et des processus cognitifs (cortex frontal et temporal).

L'intérêt de cette étude est évident dans la perspective du suivi longitudinal des patients et de l'adaptation d'une thérapeutique d'accompagnement. Elle pose aussi des questions essentielles. Pourquoi certaines régions sont-elles plus susceptibles aux atteintes ? Quelles sont les mécanismes sous-jacents à l'extension de l'involution ? Quels sont les facteurs qui prédisposent à la maladie ?

Tableau: atrophie cérébrale chez les patients atteints de la maladie d'Alzheimer
Région cérébrale Sujets prédisposés Démence légère Démence modérée
Hippocampe + ++ ++
Cortex frontal + ++ +++
Cortex temporal   + +
Circonvolution limbique   + +
Publié en Mai 2002
Auteur : Ph. van den Bosch de Aguilar - Université Catholique de Louvain,  Louvain-la-Neuve
Références : Scahill RI, Schott JM, Stevens JM, Rossor MN, Fox NC. Mapping the evolution of regional atrophy in Alzheimer'disease: Unbiased analysis of fluid-registered serial MRI. PNAS 2002; 99: 4703-4707