< Retour

Actualités

image description Conséquences à long terme du stress post-traumatique sur le risque de maladies cardiovasculaires.

Les troubles psychiatriques post-traumatiques ont été décrits pour la première fois dans les années 1960 par des psychiatres de Cracovie chez des prisonniers de camps de concentration. L’ampleur de ces troubles est variable selon les sujets et les agressions subies, et ils peuvent persister longtemps après que les causes du stress ont disparu. Des observations similaires ont été faites, dans les années 1970 et 1980, par des cliniciens américains chez des vétérans des guerres du Vietnam et de Corée. Environ 500 000 d’entre eux sont aujourd’hui concernés par ces troubles post-traumatiques et souffrent d’adaptation tant à la vie familiale que dans leur réseau social. Parallèlement, préserver la bonne qualité de leur état de santé implique un investissement important.
Cette étude visait à établir les relations entre les troubles post-traumatiques engendrés par le stress (post-traumatic stress disorder, PTSD) et l’évolution de l’état de santé, et plus particulièrement les risques cardiovasculaires, des personnes qui avaient été soumises à ces stress. Elle concerne 90 personnes qui avaient été déportées en Sibérie durant leur enfance, entre 1940 et 1946, et qui souffrent toujours de PTSD. Elles ont été comparées à une population de 70 sujets témoins de même âge mais n’ayant pas subi de traumatisme de ce type et ne souffrant pas de PTSD.
Les troubles psychiatriques dus au stress ont été évalués selon les critères du DSM-IV (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorder, 4ème édition). L’état de santé et son évolution ont été établis par une interview sur les données démographiques et les maladies subies, complétée par un examen médical général, des tests biochimiques et un examen cardiaque. L’âge moyen des déportés (69,3 + 5,9 ans) et des témoins (70,8 + 4,9 ans) était comparable. Dans les 2 groupes, hommes et femmes étaient également représentés. Le temps moyen de déportation avait été de 70,4 + 6,2 mois. Durant la déportation, 19 personnes avaient subi des traumatismes physiques majeurs dus à des accidents ou des tortures.
La prévalence de la maladie coronarienne était significativement plus élevée chez les anciens déportés que chez les sujets témoins (71,3 vs 44,3%). Il en était de même pour le diabète (26,3 vs 11,4%) et les troubles de l’audition (23,8 vs 2,9%). La pression artérielle des anciens déportés était significativement plus élevée que celle des témoins (160,9/91,1 vs 148,4/80,7 mmHg). La glycémie à jeun était aussi plus haute (6,0 vs 5,5 mmol/l), ainsi que le cholestérol total (6,6 vs 5,6 mmol/l), le cholestérol LDL (3,9 vs 3,3 mmol/l) et les triglycérides (2,7 vs 1,9 mmol/l). La vitesse de l’onde de pouls était plus élevée chez ceux qui souffraient de stress post-traumatique (13,7 vs 12,9 m/s).
Les troubles post-traumatiques dus au stress, mesurés par le DSM-IV, étaient variables dans le groupe des déportés : légers pour 23% d’entre eux, modérés pour 54% et sévères pour 23%. Les troubles sévères affectaient plus largement les femmes que les hommes (77,8 vs 22,2%). L’amplitude de la vitesse de l’onde de pouls augmentait avec la sévérité du stress post-traumatique.
L’analyse statistique de l’ensemble des paramètres montre que la sévérité des troubles dus au stress est prédominante dans l’apparition de maladies cardiovasculaires, avec un odds ratio de 3,8 (IC à 95% = 1,62-8,94).
Un stress post-traumatique chez des personnes qui avaient subi plusieurs années de déportation pendant leur enfance est associé à une majoration du risque cardiovasculaire, dû en grande partie à une augmentation de la pression artérielle et à une rigidification vasculaire.

 

Déportés
(n=80)

Témoins
(n=70)

p

Maladie coronarienne

71,3%

44,3%

< 0,001

Diabète

26,3%

11,4%

< 0,05

Troubles auditifs

23,8%

2,9%

< 0,001

Pression systolique (mmHg)

160,9

148,4

< 0,001

Pression diastolique (mmHg)

91,1

80,7

< 0,001

Glycémie à jeun (mmol/l)

6,0

5,5

< 0,01

Cholestérol total (mmol/l)

6,6

5,6

< 0,001

Cholestérol LDL (mmol/l)

3,9

3,3

< 0,01

Cholestérol HDL (mmol/l)

1,2

1,4

< 0,001

Triglycérides (mmol/l)

2,7

1,9

< 0,001

Caractéristiques des anciens déportés et du groupe témoin.

Publié en Avril 2011
Auteur : Ph. van den Bosch de Aguilar - Université Catholique de Louvain,  Louvain-la-Neuve
Références : Walczewska J, Rutkowski K, Wizner B, Cwynar M, Grodzicki T. Stiffness of large arteries and cardiovascular risk in patients with post-traumatic stress disorder. Europ Heart J. 2011;32:730-736.