< Retour

Actualités

image description Des séances de vibrations haute fréquence corps entier augmentent la densité minérale osseuse et la force musculaire après la ménopause
La plupart des stratégies de prévention de l’ostéoporose passent par une approche pharmacologique antirésorptive. L’action préventive d’exercices physique en « port de charge » dans la perte osseuse et la prévention des fractures ostéoporotiques a aussi été l’objet de plusieurs études. Il semblerait toutefois que seul un travail énergique type « aérobic » ou « musculation » soit efficace dans ce cadre, au prix d’un risque important d’abandon ou de traumatismes eux-mêmes potentiellement fracturaires. Il serait donc nécessaire de proposer des activités physiques plus attractives et moins dangereuses, mais néanmoins efficaces. Certains modèles animaux laissent à penser qu’une accélération haute fréquence, à faible risque traumatique, pourrait avoir des effets robustes sur l’ostéogénèse, en particulier sur les caractéristiques qualitatives et quantitatives de l’os trabéculaire. Mais aucune évaluation de ce type d’exercice physique n’est disponible chez la femme ménopausée à haut risque fracturaire.

Le but de cette étude était d’évaluer l’effetsur l’os d’un entraînement type « vibration corps entier haute fréquence » dans une population de femmes ménopausées, Cette méthode est déjà connue pour sa capacité à augmenter la force musculaire. Les sujets se tiennent debout sur une plateforme qui génère des vibrations verticales à une fréquence de 35 à 40 Hz. Cette stimulation agit sur le squelette et les muscles via une contraction réflexe des unités motrices. Les auteurs ont émis l’hypothèse selon laquelle, en plus de l’augmentation de la force musculaire, cette stimulation pourrait améliorer les caractéristiques de l’os des femmes ménopausées.

L’étude a porté sur 70 femmes volontaires ménopausées, âgées de 60 à 70 ans, ambulatoires. Elles n’étaient porteuses d’aucune maladie du squelette et ne prenaient aucun traitement à visée osseuse. Les patientes dont le T score était inférieur à 2,5 sur le corps entier étaient exclues. Les patientes étaient réparties par randomisation. Vingt cinq ont été entraînées pendant 6 mois selon la méthode de vibration et 22 femmes selon une méthode de travail contre résistance. Il s’agissait dans les deux groupes de 72 sessions étalées sur 24 semaines, trois fois par semaine avec un jour de repos entre chaque séance. Vingt trois femmes ont été incluses dans un groupe contrôle et n’ont participé à aucun entraînement.

La densité minérale osseuse était mesurée selon la méthode DXA sur un appareil Hologic QDR 4500A. La masse maigre et la masse grasse étaient mesurées sur le corps entier et la densité osseuse était déterminée au col fémoral « total » et au rachis lombaire. L’évaluation du remodelage osseux répondait au dosage des CTX et de l’ostéocalcine sériques. La force musculaire isométrique et dynamique était mesurée ainsi que les oscillations posturales.

Dans les deux groupes traités (vibration et travail contre résistance), les auteurs ont mis en évidence une augmentation significative de15 à 16% de la force musculaire isométrique. Les bénéfices nets de chacun des deux exercices par rapport au groupe contrôle étaient superposables (+17.6% et +18.9%). En revanche, en terme de force dynamique, le bénéfice net du travail vibratoire était supérieur à celui du travail contre résistance (+14.2% versus + 8.4%, p<0.001).

Dans le groupe de travail vibratoire, la densité minérale osseuse mesurée à la hanche augmentait de 0.93% alors qu’aucune modification n’était constatée dans les deux autres groupes. Le gain de densité minérale osseuse n’était pas corrélé au gain de force musculaire. Ni la densité minérale rachidienne ni la densité du corps entier n’augmentait, dans aucun des groupes étudiés. Les marqueurs du remodelage osseux n’étaient pas modifiés. Le gain en force musculaire n’était pas lié à une augmentation de la masse maigre, mais dans les deux groupes « exercice », on notait une diminution significative de la masse grasse. Le travail musculaire par vibration corps entier haute fréquence augmente donc la force musculaire isométrique et dynamique et la densité osseuse mesurée au col, tout en réduisant la masse grasse.
  Force isométrique Force dynamique Densité osseuse col Masse grasse
Vibration 15% 16.5% 0.93% -2.3%
Résistance 16% 10.6% -0.51% -3.1%
Contrôle 2% 2.2% -0.62% 0.5%
Publié en Mai 2004
Auteur : D. Haguenauer - Hôpital Sainte-Périne,  Paris
Références : Verschueren SMP, Roelants M, Delecluse C, Swinnen S, Vanderschueren, Boonen S. Effect of 6-month whole body vibration training on hip density, muscle strength, and postural control in post menopausal women : a randomized pilot study. J. Bone Miner.