< Retour

Actualités

image description Dispersion du QT et variabilité du rythme cardiaque chez les patients présentant une maladie d’Alzheimer ou un Mild Cognitive Impairment
Il est bien établi maintenant que l’incidence des anomalies cardiovasculaires, telles que l’hypotension orthostatique et l’hypersensibilité carotidienne, ou des chutes, est augmentée chez les patients présentant une maladie d’Alzheimer. Ces anomalies semblent liées à la présence d’une dysautonomie cardiovasculaire survenant au cours de cette maladie, en plus des troubles cognitifs bien connus. Il semble donc important de définir l’effet réel de cette dysautonomie chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer ainsi que dans la population à plus haut risque d’en développer une : celle des personnes présentant un mild cognitive impairment (MCI).

Depuis 10 ans, plusieurs outils non-invasifs d’étude de la fonction cardiaque autonome ont été développés. Il s’agit en particulier de la dispersion de la durée de l’intervalle QT (dQT), index de la non-homogénéité de la repolarisation ventriculaire, et de la variabilité du rythme cardiaque. Une augmentation du dQT et une réduction de variabilité du rythme cardiaque ont été associées à une majoration du risque cardiovasculaire, en particulier de mort subite, dans des études de population générale.

Le but de cette étude était d’évaluer le profil cardio-vasculaire de patients atteints d’une maladie d’Alzheimer ou présentant un MCI en prenant en compte l’intervalle QT, la dQT, la dQT corrigée (dQTc), la variabilité du rythme cardiaque, ainsi que d’autres paramètres cliniques. Les patients ont été recrutés de façon prospective dans les services de neurologie et médecine interne de l’hôpital de Brescia en Italie. Ceux qui étaient en insuffisance cardiaque, qui présentaient une coronaropathie évidente, une maladie valvulaire, un diabète, un ECG ou un état clinique préoccupant ont été exclus, de même que les patients qui prenaient des traitements influençant la durée de l’intervalle QT.

Chaque patient a eu un examen clinique et cognitif, une imagerie cérébrale, une échographie cardiaque, un ECG, une analyse de la variabilité du rythme cardiaque sur un holter ECG des 24h et un holter tensionnel sur 24h. Le bilan cognitif comprenait : un Clinical Dementia Rating, un MMSE et un ADAS-cog. Une biologie de routine était réalisée avec en plus les dosages de la vitamine B12, des folates, de la TSH, et de l’homocystéine ainsi qu’une sérologie syphilitique TPHA-VDRL. Le diagnostic de maladie d’Alzheimer s’appuyait sur les critères de la NINCDS-ADRDA et du DSM IV, celui de MCI sur les critères de la Mayo Clinic.

En tout 33 patients présentant une maladie d’Alzheimer, 39 un MCI et 29 témoins exempts de troubles cognitifs ont été inclus. Les 3 groupes étaient comparables en terme d’âge, de sexe, de pression artérielle, de tabagisme, d’index de masse corporelle et de biologie de routine. Aucun patient n’avait d’hypertension non contrôlée à l’inclusion.

Une différence significative entre les variations de pression artérielle moyenne de jour et de nuit était retrouvée chez les patients Alzheimer comparés aux témoins. Il n’y avait pas de différence entre les 3 groupes en ce qui concernait le rythme circadien tensionnel ou la baisse tensionnelle nocturne (profil dipper/nondipper).

La dQT était significativement plus élevée chez les patients Alzheimer que chez les MCI et les témoins, et plus marquée chez les MCI que chez les témoins. La variabilité du rythme cardiaque était significativement plus basse chez les patients Alzheimer que chez les MCI et les témoins. Les autres mesures cardio-vasculaires ne montraient pas de différence significative entre les groupes. Une relation entre le degré de déclin cognitif (MMSE et ADAS-cog), la dQT, la dQTc et la variabilité du rythme cardiaque a été observée.

Bien que les 3 groupes de sujets soient homogènes sur le plan cardio-vasculaire, les patients qui avaient une maladie d’Alzheimer, et à un moindre degré un MCI, présentaient une modification de la dQTc et de la variabilité du rythme cardiaque. Ceci montre les capacités spécifiques de ces 2 marqueurs à refléter les troubles neurovasculaires pouvant survenir dans les pathologies observées. Les modifications de ces 2 marqueurs ont été associées à un risque de décès accru, en particulier chez les personnes âgées, les coronariens, les diabétiques et les hypertendus.

Ces résultats suggèrent que les liens entre la maladie d’Alzheimer et la démence vasculaire ne sont pas seulement le fait d’anomalies cérébrales, mais sont aussi concomitants d’anomalies de la fonction autonome cardiaque.
Caractéristiques des 3 groupes de sujets.
* entre Alzheimer et MCI, Alzheimer et témoins, MCI et témoins
** entre Alzheimer et MCI, Alzheimer et témoins
  Alzheimer
(n=33)
MCI
(n=39)
Témoins
(n=29)
p
Hommes/femmes
Age moyen ± esm
MMSE ± esm
PA syst (mmHg)
PA dias (mmHg)
dQTc (msec)
Variabilité du rythme cardiaque (msec)
13/20
72,1±3,2
19±4,3
136,2±13,2
78,4±8,8
59,8±13,3
110,4±26,0
16/23
70,0±7,2
27,4±1,8
134,6±12,2
79,4±9,2
47,2±11,7
131±30,8
10/19
69,8±5,3
28,8±1,3
133,8±12
80,2±9,5
39,1±14,8
127,8±25,9
NS
NS



<0.001*
<0.05**
Publié en Février 2006
Auteur : S. Moulias - Hôpital Ambroise Paré,  Boulogne-Billancourt
Références : Zulli R, Nicosia F, Borroni B, Agosti C, Prometti P, Donati P, De Vecchi M, Romanelli G, Grassi V, Padovani A. QT dispersion and heart rate variability abnormalities in Alzheimer’s disease and Mild Cognitive Impairment. J Am Geriatr Soc. 2005 ;