< Retour

Actualités

image description Efficacité en terme de coûts et de qualité de vie d’une intervention multidisciplinaire chez des patients âgés, hospitalisés avec un syndrome confusionnel.

Le syndrome confusionnel concerne environ 25% des patients âgés hospitalisés en court séjour. Il est prédictif d’institutionnalisation, de perte d’autonomie pour les activités de la vie quotidienne, de mortalité et de démence. Son retentissement sur la qualité de vie des patients et sur les coûts engendrés reste à ce jour inconnu. L’objectif de ce travail était d’évaluer les implications sur les dépenses de santé et sur la qualité de vie des patients, d’une intervention contre le syndrome confusionnel ayant fait ses preuves quant à la rapidité de régression du syndrome ainsi que sur le déclin cognitif ultérieur.

Les patients avaient 69 ans ou plus et étaient recrutés par un centre hospitalier d’Helsinki en Finlande. Tous les sujets inclus vivaient habituellement à leur domicile et étaient hospitalisés avec comme projet un retour chez eux. Le consentement pour la participation à l’étude était obtenu dans tous les cas par un aidant. Les patients avaient tous été évalués par le MMSE (Mini-Mental State Examination), la CAM (Confusion Assessment Method) et un test d’empan verbal. Le diagnostic de syndrome confusionnel, dépisté par la CAM, était affirmé selon les critères du DSM-IV. Selon un processus de tirage au sort, 87 patients ont été sélectionnés pour l’intervention standardisée, et 87 patients pour les soins usuels dans le même centre hospitalier.

Un questionnaire validé depuis de nombreuses années et comportant 15 items explorant des dimensions différentes a été utilisé pour l’évaluation de la qualité de vie. Il pouvait être renseigné soit par le patient soit par son aidant. Les comorbidités étaient identifiées à l’aide de l’index de Charlson. L’intervention thérapeutique pour le syndrome confusionnel était basée sur une évaluation gériatrique et sur la correction des différents facteurs identifiés. En cas de persistance des troubles cognitifs, un traitement par un inhibiteur de l’acétylcholinestérase était instauré. Les coûts liés à la santé des patients l’année suivant la prise en charge du syndrome confusionnel tenait compte des journées d’institutionnalisation, d’hospitalisation et des frais liés aux moyens mis en œuvre pour le maintien à domicile, sur la base du prix moyen de ces services en Finlande durant la période de l’étude. Les traitements médicamenteux prescrits étaient également pris en considération dans le calcul de ces dépenses. La mortalité était étudiée sur une période de 1 an.

Les patients étaient âgés en moyenne de 83 ans et un diagnostic de démence avait été porté chez 31% d’entre eux avant l’hospitalisation. Après 1 an, les taux d’institutionnalisation étaient de 42,5% et 51,7% respectivement pour le groupe intervention et le groupe en soins usuels. Le taux de mortalité était de 35% et 30%, sans différence significative pour ces variables entre les 2 groupes. Après l’hospitalisation, la qualité de vie était jugée satisfaisante pour 71% des patients qui avaient bénéficié de l’intervention versus 49% pour le groupe qui avait reçu les soins usuels (p=0,050). En terme de coût total, il n’y avait pas de différence entre les 2 groupes : 19 737 euros pour le groupe intervention versus 19 557 euros pour l’autre groupe.

En conclusion, une intervention multidisciplinaire gériatrique contre le syndrome confusionnel permet d’obtenir, sur une période de 1 an, une meilleure qualité de vie, une réduction de la durée du syndrome confusionnel et une amélioration des fonctions cognitives, et ce, sans surcoût significatif en comparaison avec les soins usuels. L’un des principaux résultats positifs de l’étude est cette absence de surcoût. L’une des limites de ce travail est cependant d’avoir lié l’inconvénient d’un coût éventuellement élevé à une amélioration de la santé et de la qualité de vie des patients.


Caractéristiques des patients des groupes intervention gériatrique multidisciplinaire et soins usuels.

Publié en Mars 2008
Auteur : L. Lechowski - Hôpital Sainte-Périne,  Paris
Références : Pitkala KH, Laurila JV, Strandberg TE, Kautiainen H, Sintonen H, Tilvis RS. Multicomponent geriatric intervention for elderly inpatients with delirium: effects on costs and health-related quality of life. J Gerontol A Biol Sci Med Sci.