< Retour

Actualités

image description En situation de perte d’autonomie, l’observation d’une récupération n’est pas exceptionnelle
D’après des évaluations effectuées sur des populations américaines, la dépendance toucherait environ 7% des sujets de 65 à 74 ans et 24% des sujets de 85 ans et plus. Cette perte d’autonomie s’installe la plupart du temps de manière progressive, mais contrairement à une idée fréquemment admise cet état n’est pas toujours irréversible. En effet, lors d’observations effectuées sur des périodes de 12 à 24 mois, des taux de récupération allant jusqu’à 28% ont pu être observés chez des sujets vivant à domicile. Conscients des difficultés d’évaluation de l’incidence de la perte d’autonomie compte tenu de l’aspect dynamique de cet état, deux investigateurs de l’université de Yale ont tenté de quantifier de manière plus précise la probabilité et la vitesse de récupération chez des personnes qui avaient récemment perdu leur autonomie pour les activités de la vie quotidienne.

Cette étude prospective a été réalisée sur une cohorte de 754 personnes de 70 ans et plus qui vivaient à domicile et qui au départ n’avaient besoin d’aucune assistance pour les activités essentielles de la vie quotidienne : s’habiller, se baigner, se déplacer dans la maison et se lever d’une chaise. Les participants ont été sélectionnés à partir d’un groupe plus important à la suite d’une interview par téléphone suivie d’une évaluation au domicile de façon à sélectionner suffisamment de sujets physiquement fragiles et donc à risque de dépendance. Les informations ont été de nouveau recueillies 18 et 36 mois plus tard et des interviews par téléphone ont été effectuées chaque mois afin d’évaluer les éventuelles incapacités. Les aidants des patients qui présentaient des troubles cognitifs étaient mis à contribution pour la collecte des informations. Les sujets étaient considérés comme dépendants s’ils déclaraient avoir eu besoin d’une aide pendant au moins 1 mois pour une ou deux des 4 activités essentielles mentionnées ci-dessus (dépendance modérée), ou 3 à 4 de ces activités (dépendance sévère).

Au cours des 51 mois de suivi, 420 participants ont manifesté au moins un mois d’incapacité. Ces sujets étaient dans l’ensemble plus âgés, physiquement plus fragiles, avaient un plus faible niveau d’instruction, de moins bonnes performances cognitives et plus de pathologies chroniques que ceux qui demeuraient indépendants. Parmi les personnes qui sont devenues dépendantes, 81% d’entre elles ont retrouvé leur autonomie dans l’année qui a suivi. La plupart des épisodes de dépendance étaient de brève durée puisque 65% ne dépassaient pas un à deux mois. Chez les 283 sujets qui ont manifesté une incapacité persistante, 68% ont retrouvé leur autonomie dans les 12 mois. Les patients qui avaient un déficit cognitif, qui étaient fragiles et plus sévèrement handicapés avaient moins de chance de récupérer que ceux qui ne présentaient pas ces déficits. Cependant, 62% d’entre eux étaient susceptibles de retrouver leur indépendance.

L’évaluation effectuée sur ce groupe de sujets à risque a permis de mettre en évidence un taux de récupération élevé après un premier épisode d’incapacité, taux plus important que de précédentes études le laissaient supposer. Dans cette étude, la fréquence rapprochée des interviews a permis de déceler des variations de courte durée, reflétant les fluctuations des épisodes d’incapacité chez ces personnes avant l’installation d’une dépendance plus durable. Les auteurs suggèrent ainsi que les interventions des personnels soignants devraient prendre en compte non seulement la prévention du déclin fonctionnel afin de prévenir la dépendance et faciliter la récupération mais aussi prévenir les rechutes qui sont très fréquentes.
Caractéristiques des participants au début de l’étude
  Sujets qui ont présenté une dépendance (N= 420) Sujets qui n’ont pas présenté de dépendance (N = 334)
Age (années) 79,6 ± 5,3 76,9 ± 4,7
Années d’éducation 11,7 ± 3,0 12,3 ± 2,3
Nb de pathologies chroniques 1,9 ± 1,2 1,4 ± 1,0
Nb de sujets physiquement fragiles 234 (56%)/TD>86 (26%)
Publié en Mai 2004
Auteur : T. Cudennec - Hôpital Ambroise Paré,  Boulogne-Billancourt
Références : Hardy SE, Gill TM. Recovery from disability among community-dwelling older persons. JAMA. 2004; 291: 1596-1602