< Retour

Actualités

image description Etude de l’association mémantine-donépézil chez des patients présentant une maladie d’Alzheimer modérée à sévère
La mémantine est un antagoniste non-compétitif des récepteurs du N-methyl-D-aspartate. Plusieurs essais contrôlés ont montré ses effets en monothérapie dans une population de patients présentant une maladie d’Alzheimer modérée à sévère. Jusqu’à présent, il n’y avait pas eu d’essai contrôlé pour évaluer l’association anticholinestérasique-mémantine sur l’évolution de la maladie d’Alzheimer.

L’objectif de cette étude randomisée en double-aveugle était de comparer l’efficacité et la tolérance de la mémantine versus placebo chez des patients recevant déjà du donépézil. Elle a été menée sur 37 sites aux Etats-Unis entre juin 2001 et juin 2002. Les échelles utilisées étaient la Severe Impairment Battery (SIB), l’Alzheimer Disease Cooperative Study-activities of Daily Living Inventory (ADCS-ADL), le Neuropsychiatric Inventory (NPI), la Behavioral Rating Scale for Geriatric Patients (BGP care dependency scale) et la Clinician’s Interview-based Impression of Change plus Caregiver Input (CIBIC-plus).

Quatre cent quatre patients présentant une maladie d’Alzheimer modérée à sévère ont été inclus, avec des MMS allant de 5 à 14. Tous recevaient une dose stable de donépézil depuis au moins 3 mois et avaient un aidant référent. Trois cent vingt deux patients (80%) ont poursuivi l’étude jusqu’au bout. Deux cent trois patients ont reçu de la mémantine et deux cent un le placebo pendant 24 semaines.

Les patients traités par l’association mémantine-donépézil ont présenté une amélioration significative par rapport au placebo sur les scores de la SIB, de l’ADCS-ADL et de la CIBIC-plus. Les arrêts de traitement étaient plus fréquents dans le groupe placebo-donépézil (51 versus 31 dans le groupe placebo). Les effets secondaires plus fréquemment retrouvés sous mémantine que sous placebo étaient les maux de tête (6,4% versus 2,5%, p=0,09) et la confusion (7,9% versus 2,0%, p=0,01).

Ces résultats, à première vue intéressants, montrent déjà que l’association donépézil-mémantine est bien tolérée et n’aggrave pas les patients. Cependant la variation des échelles utilisées n’est pas significative au point de vue clinique (variation de 3 points sur 100 à la SIB par exemple). Ce travail suggère ainsi que la mémantine est une nouvelle approche intéressante chez les patients atteints de maladie d’Alzheimer à un stade modéré à sévère, déjà traités par donépézil et en échappement à la dose maximale tolérée.
Echelles Placebo S0 Mémantine S0 Placebo S24 Mémantine S24 P
SIB
n
80,0 (1,13)
197
78,0 (1,11)
198
-2,4 (0,74)
153
1,0 (0,70)
171
<0,001
ADCS-ADL
n
35,8 (0,74)
197
35,5 (0,73)
198
-3,3 (0,55)
152
-1,7 (0,51)
172
0,02
CIBIC-plus
n
NA
197
NA
198
4,64 (0,087)
152
4,38 (0,081)
172
0,03
NPI
n
13,4 (1,08)
197
13,4 (1,07)
198
2,9 (1,06)
152
-0,5 (0,99)
171
0,01
BGP care
n
9,8 (0,46)
196
9,5 (0,45)
198
2,2 (0,40)
151
0,6 (0,37)
172
0,001
Publié en Mars 2004
Auteur : S. Moulias - Hôpital Ambroise Paré,  Boulogne-Billancourt
Références : Tariot PN, Farlow MR, Grossberg GT, Graham SM, McDonald S, Gergel I. Memantine Study Group. Memantine treatment in patients with moderate to severe Alzheimer disease already receiving donepezil. A randomized controlled trial. JAMA 2004; 291: