< Retour

Actualités

image description Evolution des signes moteurs associés à la maladie d’Alzheimer
L’évolution de la maladie d’Alzheimer est marquée assez souvent par l’apparition de signes cliniques moteurs. Il s’agit le plus souvent de signes extrapyramidaux. Ces signes moteurs sont des facteurs de risque d’un déclin cognitif important, d’institutionnalisation et de décès. L’objectif de cette étude était d’analyser sur une cohorte multicentrique de patients atteints d’une maladie d’Alzheimer l’évolution de ces signes moteurs et de les caractériser.

Cinq centres ont participé au recrutement de 474 patients, avec 3 centres aux Etats-Unis et 2 centres en Europe. L’évaluation des patients était semestrielle. L’évaluation des signes moteurs était réalisée au moyen de l’échelle UPDRS (Unified Parkinson’s Disease Rating Scale) en retenant 5 domaines de l’échelle originale. Il s’agissait : du tremblement de repos, de l’expression du visage et l’élocution, des troubles de la posture et de l’équilibre, la rigidité et la bradykinésie. Les cotations de l’échelle originale ont été utilisées et la somme des cotations des 5 domaines a été étudiée ainsi que la cotation de chacun de ces domaines. La durée de suivi était en moyenne de 3,6 années avec un maximum de 13 ans.

Les patients étaient âgés en moyenne de 74,1 ans ± 8,8 dont 281 femmes (60%). Quatre vingt treize pour cent des patients étaient caucasiens. Sur les 99 autopsies réalisées, 93 présentaient des signes typiques d’une maladie d’Alzheimer. Une démence à corps de Léwy était diagnostiquée dans 23% des cas, en association avec la maladie d’Alzheimer le plus souvent. Le MMS (Mini-Mental State) de Folstein était à l’inclusion en moyenne de 21. Les signes moteurs rencontrés durant les évaluations de suivis sont rapportés dans le tableau ci-dessous. L’analyse de modèles à l’aide des données de cette étude montrait que la prévalence des signes moteurs extrapyramidaux croissait tout au long de l’évolution de la maladie d’Alzheimer. Cette croissance était homogène pour chacun des domaines moteurs étudiés mis à part les tremblements de repos qui étaient peu présents.

Les points forts de cette étude sont le caractère multicentrique de la cohorte ainsi que le suivi prolongé des patients. D’autre part, l’usage de l’échelle UPDRS permettait une cotation inter examinateurs reproductible malgré le fait que l’ensemble de l’échelle n’ait pas été utilisé. Enfin, la pratique d’une autopsie sur plus de 20% des patients confirmant une maladie d’Alzheimer dans 93% des cas permettait de rattacher les signes moteurs observés à l’évolution propre de la maladie d’Alzheimer puisque les traitements induisant un syndrome extrapyramidal ont été pris en compte.

Cette étude souligne donc la prévalence importante des signes moteurs extrapyramidaux au cours de la maladie d’Alzheimer ainsi que l’incidence croissante de ceux-ci tout au long de l’évolution de la maladie. Seuls les tremblements semblent moins importants. L’existence de ces signes moteurs peut s’expliquer par la présence des lésions cérébrales dans les différents noyaux gris centraux qui a été constatée dans plusieurs études neuropathologiques. Des études seront nécessaires afin d’étudier ces signes moteurs chez des populations non caucasiennes et d’étudier leur association avec le génotype epsilon 4.
Prévalence et incidence des signes moteurs classés selon 5 domaines.
  Evaluation initiale
n et (%)
Dernière évaluation
n et (%)
Présence lors de l’une des évaluations
n et (%)
Incidence calculée pour 1000 patients/année
Expression faciale/élocution 16 (3) 92 (20) 102 (22) 82
Tremblement 17 (4) 34 (7) 51 (11) 29
Rigidité 28 (6) 86 (18) 122 (26) 95
Posture/équilibre 26 (6) 112 (24) 133 (29) 95
Bradykinésie 19 (4) 95 (20) 113 (24) 94
Au moins l’un des 5 domaines 62 (13) 167 (36) 207 (44) 172
Publié en Novembre 2004
Auteur : L. Lechowski - Hôpital Sainte-Périne,  Paris
Références : Scarmeas N, Hadjigeorgiou GM, Papadimitriou A, Dubois B, Sarazin M, Brandt J, Albert M, Marder K, Bell K, Honig LS, Wegesin D, Stern Y. Motor signs during the course of Alzheimer disease. Neurology. 2004; 63 :975-982.