< Retour

Actualités

image description La concentration en methylfolate érythrocytaire et le taux d'homocystéine plasmatique sont-ils des facteurs de risque de maladies thrombo-emboliques veineuses ?
Une homocystéinémie modérément élevée représente un facteur de risque de maladie thrombo-embolique veineuse. Cependant, une relation de causalité entre la concentration en homocystéine elle-même ou l'une des composantes de la voie de reméthylation de l'homocystéine, comme le méthylfolate, et les maladies thrombo-emboliques, n'a pas, jusqu'à ce jour, été clairement établie. Une étude cas-témoins a analysé la relation entre les principales composantes de cette voie de reméthylation de l'homocystéine et le risque de survenue d'une thrombose veineuse. Une équipe franco-suisse a pour cela mesuré les taux sanguins d'homocystéine, de méthionine, de folates sériques, les concentrations globales en folates et en méthylfolates érythrocytaires, le taux de 5,10-méthylenetetrahydrofolate réductase (MTHFR) de génotype C677T, et d'autres facteurs de risque connus et impliqués dans la survenue de maladies thrombo-emboliques veineuses. Ces prélèvements ont été effectués sur 243 patients àgés de moins de 75 ans et présentants une thrombose veineuse profonde ou une embolie pulmonaire. Les données ont ensuite été appariées selon l'àge et le sexe.

Les résultats font apparaître des concentrations plasmatiques d'homocystéine significativement différentes entre les patients et le groupe témoin. Les fortes concentrations sont corrélées aux taux de méthylfolates dans les globules rouges sanguins et au risque de survenue de maladie thrombo-embolique veineuse. L'appariemment retrouve des Odds Ratios de 1,0 pour un taux de méthylfolate supérieur ou égal à 249 µg/l, et de 7,1 pour des taux inférieurs ou égaux à 141 µg/l. L'observation de concentrations en méthionine se situant au-dessous de la moyenne (soit inférieure à 27 µmol/l) est associée à une augmentation du risque de survenue d'une pathologie thrombo-embolique. Elles sont aussi reconnues comme facteur de risque au même titre qu'un indice de masse corporelle élevé, que des antécédents personnels de cancer ou des antécédents familiaux de maladie thrombo-embolique, que la prise d'une contraception estro-progestative orale ou qu'une mutation du facteur V Leiden. Par ailleurs, l'association entre les concentrations de méthylfolate érythrocytaires et le risque de survenue d'un processus thrombo-embolique varie en fonction du taux de MTHFR de génotype C677T.

Le principal résultat de cette étude est de montrer la forte corrélation, concentration-dépendante, entre le taux de folates érythrocytaires, et plus particulièrement celui de méthylfolates, et le risque de développer une maladie thrombo-embolique veineuse. Cette corrélation est plus importante que celle observée avec les simples taux de folates et d'homocystéine plasmatiques, et semble indépendante des autres facteurs de risque connus. Il reste à valider cette corrélation chez les patients de plus de 75 ans. Cette mesure pourrait alors devenir un élément de dépistage des personnes susceptibles de développer une maladie thrombo-embolique veineuse.
Facteurs prédictifs de survenue d’une maladie thrombo-embolique
  Odds Ratios
(95% IC)
Taux de méthylfolate (µg/l)
0 – 141
142 – 192
193 – 248
249 – 1387

7,08 (3,2 – 15,8)
2,78 (1,3 – 6)
1,36 (0,6 – 2,9)
1
Taux de méthionine < 27 µmol/l 2,40 (1,4 – 4,2)
Mutation du facteur V Leiden 9,7 (3,4 – 27,3)
Indice de masse corporelle
< 26
> 30

1
4,5 (1,6 – 12,5)
Antécédents familiaux de maladie thrombo-embolique 3,5 (1,8 – 6,7)
Antécédent de cancer 3,8 (1,2 – 12)
Contraception estro-progestative orale 4,9 (1,8 – 13)
Publié en Mai 2002
Auteur : T. Cudennec - Hôpital Ambroise Paré,  Boulogne-Billancourt
Références : Quere I, Perneger TV, Zittoun J, Bellet H, Gris JC, Daures JP, Schved JF, Mercier E, Laroche JP, Dauzat M, Bounameaux M, Janbon C, De Moerloose P.Red blood cell methylfolate and plasma homocysteine as risk factors for venous thromboembolism : a matched