< Retour

Actualités

image description La démence est-elle le simple résultat d’une accumulation de lésions liées à l’âge ?

Les premières analyses faites sur les démences distinguaient les troubles affectant les patients de moins de 65 ans de ceux de plus de 65 ans, créant ainsi deux populations atteintes de façon précoce ou tardive. Progressivement, cette distinction basée sur l’âge est apparue de moins en moins pertinente, et les études épidémiologiques ont démontré la similitude et la continuité des manifestations de la maladie, formant ainsi une même entité nosologique. La situation devient moins claire chez les patients très âgés en raison de l’apparition conjointe d’autres pathologies, dont les troubles vasculaires. Face à l’augmentation de la population des 85 ans et plus, et dans la perspective d’une stratégie de prévention, il est donc important de définir les paramètres prédictifs de la maladie.

Cette étude a été pratiquée dans des centres médicaux spécialisés dans les soins pour personnes âgées et a porté sur une population d’environ 5 700 personnes âgées de 64 ans ou plus. L’état mental a été évalué par le MMSE (Mini-Mental State Examination) et le GMS-AGECAT (Geriatric Mental State-Automated Geriatric Examination for Computer Assisted Taxonomy). Ces examens ont été répétés tous les deux ans pour avoir un suivi régulier de l’évolution de la maladie. Dans cette population, un certain nombre de personnes (456) avaient accepté la pratique d’une autopsie cérébrale, ce qui a permis d’établir l’état neuropathologique des patients diagnostiqués déments ou non avant leur décès. Les caractéristiques générales de la population étudiée sont résumées dans le tableau ci-dessous.


Caractéristiques et statut martial des patients avec ou sans cancer colorectal ; ns : non significatif.

Une analyse plus détaillée en fonction des tranches d’âges fait apparaître les résultats suivants :

  • - l’atrophie de l’hippocampe et du néocortex est fortement corrélée à l’état de démence, quel que soit l’âge.
  • - la présence de plaques séniles et d’enchevêtrements neurofibrillaires est fortement corrélée à l’état de démence chez les individus âgés de 75 ans mais cette corrélation est plus faible chez les individus âgés de 95 ans.
  • - Des atteintes vasculaires sont associées à la démence chez les individus les plus jeunes, mais de façon non significative chez les individus plus âgés.

Ceci confirme que l’atrophie corticale constitue le facteur le plus déterminant dans l’évolution vers la démence, conduisant d’autant plus à cet état pathologique qu’elle est associée aux plaques séniles et aux enchevêtrements neurofibrillaires. Ainsi, de façon assez paradoxale, les personnes très âgées atteintes de démence manifesteraient moins de caractéristiques pathologiques que les personnes plus jeunes. D’autres facteurs supplémentaires sont suspectés dans la survenue de la démence au sein de cette population très âgée. L’atrophie corticale serait un de ces facteurs, associée ou non à d’autres troubles, comme les pathologies vasculaires. Schématiquement, la démence apparaissant au grand âge serait alors plus le résultat d’un appauvrissement du réseau cortical que d’une accumulation de lésions.

Publié en Mai 2009
Auteur : Ph. van den Bosch de Aguilar - Université Catholique de Louvain,  Louvain-la-Neuve
Références : Savva GM, Wharton SB, Ince PG, Forster G, Matthews FE, Brayne C. Age, Neuropathology, and Dementia, New Engl J Med. 2009;360:2302-2309.