< Retour

Actualités

image description La fréquentation d’une église réduirait le risque de mortalité chez les américains d’origine mexicaine
Ces dernières années, plusieurs études se sont intéressées à la relation éventuelle entre pratique religieuse et santé. Les résultats suggèrent qu’une vie spirituelle riche, et en particulier l’assiduité aux services religieux, pourrait être profitable à la santé et au bien-être. Cette ferveur religieuse engendrerait, par exemple, des niveaux plus faibles de dépression et d’anxiété, une tension artérielle plus basse, des fonctions immunitaires augmentées… Il ne serait donc pas surprenant que la religion puisse également influer sur l’espérance de vie, en diminuant le risque de mortalité.

Ce type de relation a déjà été étudié au sein des minorités afro-américaines adultes et âgées, mais pas chez les hispano-américains. Une équipe américaine vient de s’intéresser à cette association entre assiduité religieuse et risque de mortalité, toutes causes confondues, chez 3 050 mexicano-américains, âgés de 65 ans ou plus. Il s’agissait majoritairement de femmes (58%), et le suivi a duré 8 ans. L’assiduité aux offices a été utilisée comme mesure de la pratique religieuse. Suivant la fréquence de la participation à des services religieux, les sujets étaient classés en 5 catégories : plus d’une fois par semaine, presque toutes les semaines, une à deux fois par mois, plusieurs fois par an, jamais ou quasiment jamais.

Dans ce travail, les personnes qui allaient à l’église une fois par semaine avaient une baisse de 32% du risque de mortalité comparativement à ceux qui ne participaient jamais à un service religieux. Les bénéfices de cette assiduité hebdomadaire persistaient après prise en compte des caractéristiques socio-démographiques (âge, sexe, niveau d’éducation, revenus financiers, statut marital), des critères de santé cardio-vasculaire (surpoids et obésité, diabète, hypertension, accident cardiaque), du soutien social (entourage familial et amical), des comportements concernant la santé (consommation et abus d’alcool et de cigarettes), de la santé mentale et du bien-être psychologique (présence de symptômes dépressifs), des performances cognitives (mémoire et raisonnement évalués par le MMSE), de la santé subjective (évaluée par le sujet lui-même), de la mobilité et des aptitudes physiques (mesurées par le Performance-Oriented Mobility Assessment, POMA), et de la réalisation d’activités de la vie quotidienne (mesurée par l’Instrumental Activities of Daily Living, IADL).

Ces résultats suggèrent que la fréquentation hebdomadaire d’un lieu de culte réduirait le risque de mortalité chez les mexicano-américains âgés. L’assiduité religieuse serait donc un solide facteur prédictif de survie au sein de cette population. D’autres facteurs, comme la colère et l’hostilité, le bonheur, l’espoir, l’optimisme…, non contrôlés dans cette étude, sont probablement associés à l’assiduité religieuse et pourraient largement influer sur la survie des sujets. Ces médiateurs potentiels du lien entre assiduité religieuse et risque de mortalité dans la population d’origine mexicaine restent à explorer.
Description de la population mexicano-américaine étudiée.
  Nombre de cas sur les
3 050 participants
Fréquence (%)
Mortalité lors de la :
1ère visite
2ème visite
3ème visite
Dernière visite

0
239
661
933

0
7,8
21,7
30,6
Assiduité religieuse :
Jamais
Une fois par an
Une fois par mois
Une fois par semaine
Plus d’une fois par semaine

631
564
357
1 201
297

20,7
18,5
11,7
39,4
9,7
Age : 70-79 ans
Plus de 80 ans
1 315
563
43,1
18,5
Publié en Avril 2005
Auteur : L. Teillet - Hôpital Sainte-Périne,  Paris
Références : Hill TD, Angel JL, Ellison CG, Angel RJ. Religious attendance and mortality : follow-up of older Mexican Americans. J Gerontol B Psychol Sci Soc Sci. 2005 ; 60 : 102-109.