< Retour

Actualités

image description La plupart des démences résultent de plusieurs types de lésions cérébrales.

Relativement peu d’études neuropathologiques ont été réalisées chez des personnes âgées non institutionnalisées. En effet, la plupart des données ont été acquises par l’examen de patients hospitalisés où les causes de démences les plus représentées sont la maladie d’Alzheimer, les démences vasculaires ou la démence à corps de Lewy. L’intérêt de ces études est certain mais la population envisagée est, par le fait même de l’hospitalisation, « sélectionnée » et peu représentative de la population générale. En effet, ces personnes témoignent d’un plus grand souci de leur santé, de meilleures habitudes de vie et elles sont souvent plus jeunes. D’autre part, tandis que la maladie d’Alzheimer apparaît comme la démence la plus fréquente dans les études cliniques, un travail récent pratiqué sur une population d’américains d’origine japonaise a montré que la démence vasculaire avait une incidence au moins comparable sinon supérieure. Par ailleurs, une étude similaire sur une population d’anglais âgés a montré que la plupart des démences étaient mixtes, Alzheimer et vasculaire.

Le Rush Memory and Aging Project est une étude longitudinale de cohorte consacrée au vieillissement et à la maladie d’Alzheimer. Les participants ont tous signé un consentement éclairé pour recevoir un examen de santé annuel et ont fait don de leur cerveau afin qu’il soit examiné après leur décès. Au total, 1 100 personnes, vivant en institution ou en résidence ont accepté de participer. Elles ont été soumises à une évaluation neuropsychologique annuelle (dont le MMSE et 20 autres tests) pour établir leur degré de détérioration cognitive et dépister une éventuelle démence. Un examen neuropathologique a déjà pu être pratiqué sur 141 cerveaux. L’âge moyen lors du décès était de 88 ans. L’intervalle de temps moyen entre la dernière évaluation neuropsychologique et le décès était de 6,1 ± 4,1 mois. L’extension des infarctus a été évaluée sur des tranches de cerveau et leur nature confirmée par examen histologique à l’hématoxyline-éosine. L’imprégnation argentique de Bielschowsky a été utilisée pour la mise en évidence des plaques séniles et des enchevêtrements neurofibrillaires dans cinq territoires corticaux (frontal, temporal, pariétal, entorhinal et hippocampique). Le degré de démence Alzheimer a été évalué par l’abondance des plaques séniles (critères NIA-Reagan) et des enchevêtrements neurofibrillaires (niveaux de Braak). Les corps de Lewy ont été détectés en immunocytochimie (alpha-synucléine). Les résultats sont rassemblés dans le tableau ci-dessous :


Caractéristiques cliniques et pathologiques de la population autopsiée.

Ces résultats conduisent à trois conclusions principales :

  • - Au moment de leur décès, la grande majorité des personnes âgées présente une pathologie menant et/ou contribuant à des dysfonctionnements cognitifs.
  • - Chez les personnes atteintes de démence, plus de 50% présentent des pathologies multiples, principalement des atteintes de type maladie d’Alzheimer, des infarctus ou des signes neuroanatomiques de maladie de Parkinson ou de démence à corps de Lewy.
  • - L’association de deux pathologies, ou plus, augmente le risque de démence d’un facteur trois.


Il faut également préciser que parmi les 91 sujets qui ne présentaient pas de signe de démence lors de leur décès, 71% présentaient des atteintes neuropathologiques, dont 24% des signes d’atteinte de maladie d’Alzheimer uniquement et 18% des infarctus cérébraux.

Le choix d’une population vivant en résidence ou institution rend les résultats plus proches de ceux qu’on peut attendre dans la population générale. De plus le suivi est plus fiable ce qui réduit les biais d’interprétation. Par contre, l’absence d’investigations par imagerie cérébrale peut conduire à une sous-estimation du nombre de cas probable de démence d’Alzheimer.

Publié en Février 2008
Auteur : Ph. van den Bosch de Aguilar - Université Catholique de Louvain,  Louvain-la-Neuve
Références : Schneider JA, Arvanitakis Z, Bang W, Bennett DA. Mixed brain pathologies account for most dementia cases in community-dwelling older persons. Neurology. 2007;69:2197-2204.