< Retour

Actualités

image description La présence d’un déficit cognitif est de pronostic très péjoratif chez les insuffisants cardiaques âgés
La prévalence de l’insuffisance cardiaque ne cesse d’augmenter dans les pays industrialisés, principalement en raison du vieillissement de la population. On considère que cette affection constitue la principale cause d’hospitalisation chez les plus de 65 ans. Parmi ces personnes hospitalisées pour insuffisance cardiaque, pour les plus âgées d’entre elles, le pronostic demeure assez sombre en dépit des progrès thérapeutiques récents. Par ailleurs, chez ces sujets, une prévalence élevée d’altération des fonctions cognitives a été rapportée. Celle-ci semble associée à une diminution de la fonction systolique et à une hypotension possiblement à l’origine d’une hypoperfusion cérébrale. Aucune étude n’avait semble-t-il jusqu’à présent tenté de mesurer l’impact d’un déficit cognitif sur le pronostic des sujets âgés hospitalisés pour insuffisance cardiaque. C’est le résultat d’une telle analyse que vient de publier une équipe italienne grâce aux données recueillies au cours d’une étude multicentrique pharmaco-épidémiologique, la Gruppo Italiano di Farmaco-epidemiologia nell’Anziano.

Cette étude a porté d’une part sur une cohorte de 16 913 patients de tous âges hospitalisés dans 81 centres en 1988, 1991, 1993, 1995 et 1997, et d’autre part sur un groupe de 968 patients âgés (76 ± 10 ans) insuffisants cardiaques ayant quitté l’hôpital en 1998 et enrôlés dans une étude prospective de qualité de vie. Seuls les patients ayant été diagnostiqués insuffisants cardiaques à l’origine ont été retenus dans l’analyse. Les performances cognitives ont été évaluées selon le Hodkinson Abbreviated Mental Test, considéré comme adapté à une mise en évidence d’altérations cognitives légères ainsi que pour la détection d’un état de démence chez les sujets âgés.

Parmi les patients de la première cohorte, 1113 avaient été hospitalisés pour insuffisance cardiaque. Leur moyenne d’âge était de 78 ± 9 ans. Ceux qui présentaient un déclin cognitif étaient plus volontiers âgés (moyenne 82 ± 7 ans), de sexe féminin et avaient un niveau d’éducation moins élevé que ceux dont les performances étaient normales (âge moyen 77 ± 9 ans). Au cours de leur hospitalisation, 18% des patients présentant un déficit cognitif (score < 7) sont décédés contre seulement 3% des patients indemnes de ces troubles. De la même manière, au sein du sous-groupe de patients suivi sur un an après leur sortie de l’hôpital, une mortalité plus élevée était observée chez ceux qui présentaient un déficit cognitif (27% vs 15%). Après analyse multivariée et ajustement sur les principaux facteurs tels que les caractéristiques démographiques, les co-morbidités, les paramètres biologiques et les diverses médications, un déficit cognitif était associé à une mortalité presque 5 fois plus élevée (risque relatif de 4,9 ; IC à 95% = 2,9 à 8,3) qu’en l’absence de déficit. Cette élévation du risque persistait chez les sujets qui recevaient un IEC ou de la spironolactone.

Les patients âgés hospitalisés pour insuffisance cardiaque et qui présentent un déficit cognitif ont donc, d’après cette étude, une espérance de vie notablement diminuée. Selon les auteurs, un diagnostic précoce d’une altération des capacités cognitives serait déterminant dans la prévention d’atteintes cérébrales plus profondes pouvant être à l’origine d’une diminution des performances physiques et d’une surmortalité chez l’insuffisant cardiaque âgé. Un test neuropsychologique simple devrait, toujours selon ces investigateurs, faire partie des évaluations systématiques en pratique clinique chez ce type de patient.
Caractéristiques des patients insuffisants cardiaques et mortalité au cours de leur hospitalisation
  Patients avec déficit cognitif
(n=357)
Patients sans déficit cognitif
(n=756)
Age (années)
Nb de femmes
Années d’éducation
82 ± 7
219 (61%)
4 ± 1
77 ± 9
381 (50%)
6 ± 1
Mortalité pendant l’hospitalisation 65 (18%) 26 (3%)
Publié en Octobre 2003
Auteur : G. Hamon - Successful Aging, Boulogne-Billancourt
Références : Zuccalà G, Pedone C, Cesari M, Onder G, Pahor M, Marzetti E, Lo Monaco MR, Cocchi A, Carbonin P and Bernabei R. The effects of cognitive impairment on mortality among hospitalized patients with heart failure. Am J Med. 2003; 115: 97-1