< Retour

Actualités

image description La réalisation d’une coloscopie diminue bien le risque de décès par cancer colorectal.

Le cancer colorectal (CCR) est la deuxième cause de mortalité par cancer en Amérique du Nord. Le recours à la coloscopie est préconisé pour le dépistage et la prévention du CCR. Cette méthode est considérée comme étant la meilleure pour ce type de cancer. La preuve de l’efficacité du dépistage par coloscopie est indirecte, correspondant à une réduction du nombre de patients décédés d’un CCR dans des essais randomisés après dépistage par recherche de sang dans les selles, ce dernier test étant moins sensible que la coloscopie. Dans les études cas-témoins, les coloscopies étaient associées à une réduction de 50% du développement de CCR et à une réduction de 60% des décès par CCR. Toutefois, la plupart de ces études ont été réalisées sur des petites cohortes de femmes et l’examen pratiqué était une sigmoïdoscopie.

L’objectif de cette étude menée par une équipe canadienne a été d’évaluer l’association qui peut exister entre l’examen colonoscopique et la survenue d’un décès dans un contexte de CCR. L’étude observationnelle réalisée reposait sur l’hypothèse que le recours à la coloscopie est associé à une réduction de la mortalité par CCR, mais probablement moins importante que la proportion retrouvée dans la littérature. Pour cette étude, ils ont inclus 10 292 dossiers de personnes âgées de 52 à 90 ans, pour lesquelles un diagnostic de CCR avait été porté entre janvier 1996 et décembre 2001, et qui étaient décédées avant le mois de décembre 2003. Les résultats ont été appariés à l’âge, au sexe, à la localisation géographique et au statut socio-économique. La réalisation d’une coloscopie, complète ou partielle était documentée, ainsi que sa date de réalisation entre janvier 1992 et jusqu’à 6 mois avant l’annonce du diagnostic. D’autres recherches ont été effectuées afin d’identifier une éventuelle corrélation entre la localisation du CCR, l’âge et le sexe du patient. L’âge médian au moment du diagnostic était de 73 ans, et dans 46% des cas les patients et les témoins étaient des femmes.

Les résultats ont montré que 719 patients du groupe concerné (7,0%) et 5 031 patients du groupe témoin (9,8%) (n = 51 460) ont bénéficié d’une coloscopie. Par rapport aux témoins, les patients de l’étude étaient moins susceptibles d’avoir bénéficié de la réalisation d’une coloscopie (OR : 0,69 ; IC à 95% : 0,63 - 0,74; p < 0,001). Une association inverse a été trouvée entre la coloscopie et la mort par CCR, dans des proportions variables en fonction de la localisation. Un cancer colique droit unilatéral était retrouvé dans 3 343 cas (32,5%), un cancer colique gauche dans 5 310 cas (51,6%), et 1 639 autres cas (15,9%) pour lesquels le site primitif était inconnu. La réalisation d’une coloscopie complète était fortement associée à une moindre mortalité lors de CCR du colon gauche (OR : 0,33 ; IC à 95% : 0,28 - 0,39). Ce résultat n’était pas vrai concernant le colon droit (OR : 0,99 ; IC à 95% : 0,86 - 1,14).

Leur conclusion insiste sur le fait que dans la pratique quotidienne, la coloscopie est associée à une diminution des décès par CCR, pour les cancers situés dans la partie gauche du colon, quels que soit le sexe et l’âge. Certaines hypothèses sont évoquées pour expliquer cette différence entre le colon droit et gauche, comme la réalisation de coloscopies incomplètes ou d’une préparation insuffisante.


Caractéristiques des patients.

Publié en Mars 2009
Auteur : T. Cudennec - Hôpital Ambroise Paré,  Boulogne-Billancourt
Références : Baxter NN, Goldwasser MA, Paszat LF, Saskin R, Urbach DR, Rabeneck L. Association of colonoscopy and death from colorectal cancer. Ann Intern Med. 2009;150:1-8.