< Retour

Actualités

image description La stimulation olfactive améliore les dysphagies chez les patients dépendants.
Les infections respiratoires, et en particulier les pneumonies qui surviennent en institution, résultent fréquemment de problèmes d’inhalation, consécutifs à des difficultés de déglutition. Les mécanismes de cette dysphagie ne sont pas tous encore parfaitement compris. Une hypoperfusion au niveau du ganglion basal ainsi que du cortex insulaire pourrait être associée à cette affection. A l’inverse, une augmentation du débit sanguin dans le cortex insulaire serait impliquée dans le déclenchement de l’appétit et la stimulation de la faim.

Des investigateurs japonais se sont demandés si une stimulation pharmacologique de l’appétit à l’aide d’un extrait de poivre noir, l’un des plus puissants stimulants connus, aurait un effet bénéfique sur les troubles de la déglutition. Il ont réalisé une étude contrôlée chez des patients âgés dépendants physiquement, à la suite d’un accident vasculaire cérébral pour la plupart d’entre eux, mais avec un état de santé stabilisé depuis au moins 3 mois. Au total, 105 patients ont été inclus dans cette étude et répartis en 3 groupes de tailles égales. Leur âge moyen était compris entre 84 et 86 ans selon les groupes. Parmi les participants, 33 avaient une histoire de pneumonie consécutive à une inhalation.

Tous les patients ont été examinés au départ de manière à évaluer leur niveau de dépendance physique, leurs fonctions cognitives, leur aptitude à identifier des odeurs, ainsi que leurs réflexes de déglutition et de toux. Le réflexe de déglutition était déclenché par l’administration par voie nasale d’1 mL d’eau distillée et le réflexe de la toux en faisant respirer des concentrations croissantes d’acide citrique dispensé par un nébulisateur. Immédiatement avant chaque repas, les soignants aidaient les participants à respirer pendant une minute une bandelette imprégnée soit d’un extrait de poivre noir, soit d’huile de lavande, soit d’eau distillée. Les réflexes de déglutition et de la toux ont été à nouveau évalués après 30 jours d’intervention. Une mesure du débit sanguin cérébral a également été effectuée par SPECT-scan chez 10 patients issus du groupe qui avait respiré l’extrait de poivre noir, avant la première intervention puis à la fin des 30 jours d’étude. Enfin, des prélèvements sanguins effectués avant l’évaluation du réflexe de la toux ont permis de mesurer les concentrations sériques de substance P.

Les caractéristiques des 3 groupes étaient semblables au départ. Dès la première inhalation d’extrait de poivre, la latence du réflexe de déglutition était significativement diminuée et cette amélioration était maintenue à la fin des 30 jours d’intervention. En revanche aucun changement n’était constaté dans les deux autres groupes. Par ailleurs, le nombre de déglutitions involontaires pendant la durée de respiration de la bandelette imprégnée était augmenté uniquement dans le groupe respirant l’extrait de poivre. La sensibilité du réflexe de la toux est restée inchangée dans les 3 groupes de patients. Les données du SPECT-scan ont montré une augmentation du débit sanguin régional au niveau du cortex orbito-frontal droit et du cortex insulaire gauche chez les patients qui avaient respiré l’extrait de poivre. La concentration de la substance P sérique était également plus élevée après 30 jours dans le groupe « poivre noir ».

En conclusion, la stimulation olfactive par un extrait de poivre améliore la déglutition, effet qui semble associé à l’activation du cortex insulaire. L’inhalation de cette épice augmente également les concentrations circulantes de substance P dont l’insuffisance de sécrétion a pu être mise en cause dans les altérations des réflexes de déglutition et de la toux. Cette intervention très simple pourrait contribuer à diminuer le risque d’inhalation et ainsi de complications broncho-respiratoires fréquemment associées chez les patients âgés dépendants.

Caractéristiques des patients et effets des traitements sur la déglutition.
Publié en Octobre 2006
Auteur : L. Teillet - Hôpital Sainte-Périne,  Paris
Références : Ebihara T, Ebihara S, Maruyama M, Kobayashi M, Itou A, Arai H, Sasaki H. A randomized trial of olfactory stimulation using black pepper oil in older people with swallowing dysfunction. J Am Geriatr Soc. 2006;54:1401-1406.