< Retour

Actualités

image description La vie en couple modifie nos chromosomes.

Le vieillissement chronologique est associé au risque de contracter diverses pathologies. Toutefois, le vieillissement chronologique n’est pas le reflet exact du vieillissement biologique. A ce titre, la longueur des télomères peut être considérée comme un marqueur du vieillissement biologique et être représentative de la morbidité associée à l’âge.

Les télomères sont des séquences multiples TTAGGG localisées aux extrémités des chromosomes. Les protéines associées aux télomères forment une capsule qui les protège des altérations liées à l’âge. La longueur des télomères diminue en effet à chaque division cellulaire et cette diminution peut conduire à la perte de la capacité de division. Parallèlement, le stress oxydatif accélère leur raccourcissement. Enfin, la perte de longueur des télomères et une diminution de l’espérance de vie ont été associées à différentes pathologies liées à l’âge comme les maladies cardiovasculaires, l’hypertension, le diabète et la démence.

Au-delà des aspects strictement somatiques, plusieurs études ont montré que le fait d’être célibataire était généralement lié à une moins bonne santé, souvent due à des inflammations récurrentes, à une diminution de l’espérance de vie et à une augmentation du risque de mortalité. La longueur des télomères pourrait donc être influencée par cette situation et être un indicateur des « bénéfices » de santé liés au statut conjugal. Le but de cette étude était d’analyser cette relation chez des adultes en bonne santé.

L’étude concernait une population de 321 individus dont l’âge variait entre 40 et 64 ans et qui ne présentaient aucun signe de diabète, de maladie cardiovasculaire ou de cancer. Ils ont été classés en deux grands groupes en fonction de leur statut conjugal : mariés ou vivants avec un partenaire (n = 210) ; veufs, divorcés, séparés ou toujours célibataires (n = 111). En plus de l’origine ethnique, de l’âge et du sexe, plusieurs autres caractéristiques ont été prises en compte pour mieux les définir : leur mode de vie sociale, leur type d’alimentation, la consommation éventuelle d’alcool et/ou de tabac, la pratique d’un sport, l’indice de masse corporelle, le niveau de revenu. La longueur des télomères a été mesurée sur les globules blancs. L’analyse de la relation entre le statut conjugal et la longueur des télomères a été réalisée grâce à des tests statistiques (t et chi2) en tenant compte à des degrés différents des diverses variables. La relation entre le statut conjugal et la longueur des télomères a tout d’abord été recherchée, puis un ajustement sur l’âge, le sexe et l’origine ethnique a été effectué. Enfin, les autres paramètres, sociaux, alimentaires,…ont été ajoutés à l’analyse. Les résultats obtenus sont résumés dans le tableau ci-dessous.

 

 

Longueur des télomères

Marié ou avec partenaire

Veuf, divorcé, séparé, célibataire

P

Analyse non ajustée

1,69

1,60

0,007

Analyse ajustée sur l’âge, le sexe et l’origine ethnique

1,70

1,58

<0,001

Analyse ajustée sur l’ensemble des paramètres

1,69

1,59

0,004

Relation entre le statut marital et la longueur des télomères.

 

Les résultats montrent que le mariage est bénéfique à la santé. Les individus seuls ont des télomères plus courts, ce qui augmente les risques de morbidité et de mortalité. Cette relation persiste chez les individus plus âgés et serait indépendante de l’implication sociale et/ou d’un mode de vie plus sain. Comme les auteurs le soulignent, cette analyse pourrait aussi venir à l’appui de l’hypothèse selon laquelle les individus en plus mauvaise santé seraient moins « aptes » au mariage. Les facteurs sous-jacents à la sélection au mariage restent donc encore à déterminer plus précisément, de même que le degré de satisfaction des partenaires et son impact sur la santé.

Publié en Mars 2011
Auteur : Ph. van den Bosch de Aguilar - Université Catholique de Louvain,  Louvain-la-Neuve
Références : Mainous AG, Everett CJ, Diaz VA, Baker R, Mangino M, Codd V, Samani NJ. Leukocyte telomere length and marital status among middle-aged adults. Age Ageing. 2011;40:73-78.