< Retour

Actualités

image description L'administration de testostérone à doses physiologiques a des effets bénéfiques sur le muscle strié chez l'homme âgé.
La baisse progressive de sécrétion de testostérone est une observation fréquente chez l'homme âgé. Cette altération hormonale s'accompagne d'un amoindrissement de la force musculaire, d'une plus grande fatigabilité ainsi que d'une baisse de la libido, caractéristiques de l'andropause. La perte de masse musculaire qui accompagne ces phénomènes constitue un facteur de risque de chute chez les sujets âgés, événement susceptible d'altérer leur qualité de vie.

L'administration de doses supraphysiologiques de testostérone est connue pour induire des effets anaboliques se traduisant, en particulier chez le sujet jeune, par une augmentation de la masse musculaire et de la force développée, même en l'absence d'exercice physique. Une administration de testostérone permettant de retrouver des concentrations se rapprochant d'une situation physiologique normale aurait-elle des effets anaboliques similaires chez l'homme âgé en l'absence d'effets indésirables ? C'est la question que s'est posée une équipe Texane qui, pendant 6 mois, a soumis un groupe de 7 sujets d'un âge moyen de 68 ans, exempts de toute pathologie apparente, à un traitement hormonal permettant de rétablir une concentration plasmatique de testostérone proche de celle observée chez des hommes jeunes. Les sujets sélectionnés avaient des niveaux de base de testostérone = 17 nmol/L. Les sujets traités recevaient des injections intramusculaires d'énanthate de testostérone à raison d'une injection par semaine pendant le premier mois, puis une injection tous les quinze jours du second au sixième mois, schéma posologique permettant un ajustement individuel des concentrations plasmatiques. Un groupe témoin constitué de 5 sujets sélectionnés selon les mêmes critères recevait un placebo selon le même protocole.

A l'issu du traitement, une amélioration nette de la balance protéique était observée, se traduisant par une augmentation de la masse maigre corporelle totale ainsi que du volume musculaire des jambes tout particulièrement, alors que la masse graisseuse était diminuée. La force musculaire était améliorée au niveau des membres supérieurs et inférieurs. Sur le plan biochimique, le traitement par la testostérone augmentait l'expression musculaire des récepteurs androgènes au bout des 4 premières semaines de traitement, effet qui s'estompait au 6ème mois, alors que l'augmentation d'expression du facteur de croissance IGF-I ( Insulin Growth Factor-I) était maintenue tout au long de l'étude. Une augmentation des taux circulants d'œstradiol, observée pendant toute la durée du traitement, ainsi qu'une élévation de 4 à 6% de l'hématocrite, sans traduction clinique, étaient également notées.

Ainsi, une supplémentation en testostérone assurant des concentrations proches des valeurs physiologiques augmente l'anabolisme, le volume ainsi que la force musculaire de la même manière que des doses supraphysiologiques. Bien que les effets indésirables soient mineurs dans cette étude, l'administration prolongée de substances androgènes, même à doses très faibles, doit être envisagée avec prudence et seules des études à plus grande échelle permettraient de définir le rapport bénéfice/ risque d'un tel traitement chez l'homme âgé.
Modifications observées après 6 mois de traitement
 
Traitement
 
Placebo
Testostérone
Masse maigre totale ( kg)
-2,0±1,0
+4,2±0,6*
Masse graisseuse ( %)
-0,3±1,7
-3,6±0,7*
Volume des muscles des jambes ( ml)
-96±155
+488±76*
Force du biceps ( kg)
-0,9±1,5
+9,1±1,5*
Extension triceps ( kg)
-0,9±1,2
+10,4±2,1*
Force de la jambe ( kg)
0,0±4,0
+7,5±2,1*
Extension de la jambe ( kg)
0,0±3,1
+15,3±5,2*
Publié en Mars 2002
Auteur : G. Hamon - Successful Aging, Boulogne-Billancourt
Références : Ferrando AA, Sheffield-Moore M, Yeckel CW, Gilkison C, Jiang J Achacosa A, Lieberman SA, Tipton K, Wolfe RR and Urban RJ. Testosterone administration to older men improves muscle function : molecular and physiological mechanisms. Am J Physiol Endoc