< Retour

Actualités

image description L’âge de la puberté et de la ménopause conditionne-t-il la densité minérale osseuse mesurée 25 ans après la ménopause ?
Même si les données sont parfois contradictoires, il semble évident qu’une puberté tardive et une ménopause précoce, donc une courte période d’activité génitale, soient des facteurs de risque de densité minérale osseuse basse, ce qui aurait une influence sur le taux de fractures. Ceci n’est observé en réalité qu’en période post ménopausique précoce en ce qui concerne les fractures. Par ailleurs, les œstrogènes ne semblent efficaces sur la densité minérale osseuse que tant qu’ils sont pris. Leur effet disparaît plusieurs années après leur arrêt. Il n’est donc pas impossible que l’effet de tels traitements se soit estompé au moment où surviennent les fractures ostéoporotiques.

La présente étude analyse l’effet de l’âge de la puberté et de la ménopause sur la densité minérale osseuse mesurée au fémur de femmes de plus de 75 ans, soit 25 ans après la ménopause. L’enquête OPRA (Osteoporosis Prospective Risk Assessment study) a porté sur 1044 femmes de plus de 75 ans, sélectionnées au hasard dans la population de la ville de Malmö en Suède. Celles-ci représentaient 1/3 de la population de même âge. Il restait après exclusion ou impossibilité d’obtenir toutes les données ostéodensitométriques 903 femmes ayant bénéficié d’une mesure de la densité minérale osseuse au rachis lombaire et 884 au col fémoral. Le poids, la taille et l’indice de masse corporelle étaient mesurés et un questionnaire renseignait sur l’histoire gynécologique.

Aucune différence significative n’était observée en terme de densité minérale osseuse au col ou au rachis entre les femmes ayant utilisé les traitements oestro-progestatifs ou celles ne l’ayant pas utilisé. Après exclusion de celles qui en avaient utilisé, la puberté précoce était corrélée avec une densité  osseuse élevée au col comme au rachis mais ce résultat n’était plus vrai après exclusion des 2.5% plus jeunes ou plus âgées à la puberté. La corrélation négative était peu significative entre indice de masse corporelle et âge de la ménopause. Après exclusion des utilisatrices de traitements hormonaux, on ne notait aucune corrélation entre l’âge de la ménopause et la densité minérale osseuse à 75 ans. Il en était de même pour l’analyse de la relation entre densité minérale osseuse et durée de la période de fertilité.

L’âge de la ménopause et la durée de la période de fertilité, recueillies par questionnaire rétrospectif, ne semblent donc pas avoir d’influence sur la densité minérale osseuse au col ou au rachis. Seules les rares femmes ayant eu une puberté réellement précoce semblent bénéficier d’une densité minérale osseuse plus élevée. Ces résultats doivent être interprétés avec précaution sachant que la qualité de l’imprégnation hormonale n’a bien entendu pas pu être prise en compte dans cette étude.
Corrélation Coefficient de corrélation
r
p
Age puberté/densité au col -0.10 0.002
Age puberté/densité au rachis -0.08 0.017
Age ménopause/densité au col 0.00 0.985
Age ménopause/densité au rachis 0.04 0.246
Durée de période de fertilité/
densité au col
0.03 0.363
Durée de période de fertilité/
densité au rachis
0.06 0.06
Publié en Novembre 2004
Auteur : D. Haguenauer - Hôpital Sainte-Périne,  Paris
Références : Gerdhem P, Obrant KJ. Bone mineral density in old age: influence of age at menarche and menopause. J Bone Miner Metab, 2004; 22: 372-375.