< Retour

Actualités

image description L’agrégation du peptide β-amyloïde ainsi que l’apoptose neuronale observées dans la maladie d’Alzheimer pourraient être inhibées par un extrait de Ginkgo biloba
Dans certaines structures cérébrales, le dépôt d’une forme insoluble du peptide β-amyloïde semble être l’un des déterminants majeurs dans la pathogenèse de la maladie d’Alzheimer. Les mécanismes responsables de l’effet cytotoxique qui résulte de ces dépôts ne sont toutefois pas encore clairement élucidés. Des données expérimentales ont déjà montré que le peptide β-amyloïde était capable d’induire une apoptose neuronale. De nombreuses études semblent par ailleurs indiquer que le stress oxydatif et les processus inflammatoires peuvent jouer un rôle majeur dans le déroulement de la maladie. Quels que soit les mécanismes sous-jacents, l’inhibition de la formation d’agrégats de peptides β-amyloïdes apparaît comme l’une des cibles potentielles importantes dans la prévention et le traitement de la maladie d’Alzheimer.

Parmi les diverses substances susceptibles d’exercer un rôle neuroprotecteur dans certaines situations pathologiques figurent les extraits de Ginkgo biloba. Afin de préciser le mécanisme d’action potentiel de ces substances sur les phénomènes associés à la maladie d’Alzheimer, une étude expérimentale a été récemment conduite sur une lignée de cellules de neuroblastomes de souris modifiée, et capable d’exprimer le précurseur du peptide β-amyloïde (APP) ainsi qu’une activité enzymatique caspase-3, enzyme clé du phénomène d’apoptose. Cette expérimentation apporte des données nouvelles à la fois sur les mécanismes de toxicité neuronale du peptide β-amyloïde et sur le mode d’action potentiel des composants actifs de Ginkgo biloba.

Alors que l’extrait standardisé de Ginkgo biloba n’altère ni le contenu cellulaire de la protéine précurseur APP, ni la production du peptide β-amyloïde, il inhibe l’agrégation de ce peptide. Cet effet semble résulter d’une interaction directe avec le peptide β-amyloïde puisqu’une inhibition de la formation d’agrégats fibrillaires est également observée en l’absence de cellules. Deux des principes actifs de l’extrait de Ginkgo biloba présentaient une activité comparable : le bilobalide et ginkgolide J.

Une mortalité cellulaire importante était observée dans la lignée utilisée, comparativement à des cellules de neuroblastomes témoins, reflétant une activation de l’apoptose cellulaire. La vitamine E, antioxydant naturel, était moins efficace que l’extrait de Ginkgo biloba pour atténuer ce phénomène d’apoptose. L’incubation des cellules témoins en présence du peptide β-amyloïde induisait une activation de l’activité de la caspase-3. L’extrait de Ginkgo biloba inhibait aussi bien l’activité endogène de la caspase-3 que son activation par l’addition de peptide β-amyloïde.

Les résultats de ce travail expérimental montrent que la mort cellulaire induite par le peptide β-amyloïde mettrait en jeu l’activation d’une caspase de type 3, en plus des autres formes déjà décrites pour être impliquées dans ce processus. Les altérations neuronales observées dans la maladie d’Alzheimer pourraient ainsi résulter de la conjonction d’au moins deux facteurs : une toxicité directe du peptide β-amyloïde et l’activation du phénomène d’apoptose par cette même substance. Par ailleurs, les mécanismes cellulaires et moléculaires multiples induits par l’extrait de Ginkgo biloba suggèrent un rôle bénéfique potentiel de cette préparation dans le traitement de la maladie d’Alzheimer. Cette hypothèse devra cependant être vérifiée à l’aide d’essais cliniques appropriés.
Publié en Octobre 2002
Auteur : G. Hamon - Successful Aging, Boulogne-Billancourt
Références : Luo Y, Smith JV, Paramasivam V, Burdick A, Curry KJ, Bujord JP, Khan I, Netzer WJ, XU H and Butko P. Inhibition of amyloid-β aggregation and caspase-3 activation by the Ginkgo biloba extract EGb761. Proc Natl Acad Sci. 2002; 99: 12197-1