< Retour

Actualités

image description L'augmentation de la pression pulsée est-elle un facteur de risque de maladie d'Alzheimer ?
Une élévation des pressions systoliques et diastoliques est une observation courante avec l'âge. Jusqu'à 60 ans environ, ces deux valeurs de pression artérielle augmentent souvent en parallèle. Après 60 ans, la pression systolique continue de s'élever alors que la pression diastolique peut rester inchangée ou même diminuer. La pression pulsée, différence entre pression systolique et pression diastolique, a alors tendance à augmenter. Ces changements sont le reflet d’une rigidification des artères due à la fibrose et à la glycation des protéines et macromolécules de structure des gros troncs artériels.

Une hypertension artérielle en milieu ou en fin de vie est un facteur de risque reconnu de démence, que l’on considère la pression systolique ou la pression diastolique. En revanche, peu d'études se sont intéressées aux conséquences propres d'une augmentation de la pression pulsée sur les maladies neuro-dégénératives. On sait pourtant qu'une augmentation de cette pression pulsée est un facteur de risque de maladies cardiovasculaires. On sait aussi que les perturbations de la circulation cérébrales sont souvent associées à l'apparition de démences. On pourrait ainsi supposer qu'une pression pulsée importante soit un facteur de risque de démences. C'est cette hypothèse qui vient d'être testée par une équipe suédoise.

Ce travail s'intègre dans le cadre de l'étude longitudinale, The Kungsholmen Project, réalisée sur une population résidant à Stockolm. Entre 1987 et 1989, 1810 personnes âgées de 75 ans et plus ont subi un premier examen consistant à mesurer les pressions systoliques et diastoliques, à identifier les cas de démences, à évaluer leurs performances intellectuelles et à caractériser le génotype de l'APOE. Les mêmes paramètres ont été à nouveau déterminés entre 1994 et 1996.

Dans cette population, les niveaux de pression pulsée n'étaient liés ni au sexe, ni aux pathologies vasculaires, ni au génotype APOE, autant de facteurs connus pour modifier le risque de maladie d'Alzheimer. Ces niveaux de pression n'étaient pas non plus significativement liés au rythme cardiaque ou à la pression diastolique, mais étaient étroitement corrélés à la pression systolique. Les sujets ont été classés en trois grands groupes selon leur niveau de pression pulsée : - basse, inférieure à 70 mm Hg ; - normale, comprise entre 70 et 84 mm Hg ; - ou haute, supérieure à 84 mm Hg. Chaque groupe représentait environ le tiers de la population initiale. Entre 40 et 46 % des sujets suivaient un traitement antihypertenseur. Comparé aux témoins, le risque relatif de maladie d'Alzheimer était de 1,7 (intervalle de confiance à 95% : 1,2 à 2,3) pour le groupe ayant une pression pulsée basse, et de 1,4 (intervalle de confiance à 95% : 1,0 à 2,0) pour les pressions pulsées supérieures à 84 mm Hg. Cette courbe en U reliant le risque de démence et la pression pulsée était vraie chez la femme, mais ne se retrouvait pas chez les hommes.

Plusieurs hypothèses peuvent être proposées pour expliquer cette relation entre pression pulsée et risque de démence. Un bas niveau de pression pulsée peut être le signe d'un volume d'éjection cardiaque réduit et d'une mauvaise perfusion du cerveau conduisant au développement d’une démence. Un niveau élevé de pression pulsée peut être lié à une hypertension systolique à l'origine d'infarctus cérébraux silencieux, eux-mêmes facteurs de risque d’émergence d’une maladie d'Alzheimer. Il est intéressant à cet égard de noter qu’une augmentation de la pression pulsée dans cette étude résultait essentiellement d'une élévation de pression systolique. Quoi qu'il en soit, il semble que la mesure de la pression pulsée soit un paramètre qui permette d'identifier des groupes à risque de maladie d'Alzheimer. On peut aussi penser que les stratégies thérapeutiques susceptibles de réduire la rigidité des gros troncs artériels et la pression pulsée soient pertinentes dans la prévention des démences.
Age moyen, en années 81,1 81,4 82,1
Pression pulsée (mm Hg) < 70 70-84 > 84
Pression systolique (mm Hg) 136,2 155,9 177,0
Pression diastolique (mm Hg) 80,5 81,1 81,5
Risque de démence 1,7
(1,2-2,3)
1,0
(référence)
1,4
(1,0-2,0)
Publié en Avril 2003
Auteur : L. Teillet - Hôpital Sainte-Périne,  Paris
Références : Qiu C, Winblad B, Viitanen M, Fratiglioni L. Pulse pressure and risk of Alzheimer disease in persons aged 75 years and older. Stroke 2003; 34: 594-599.