< Retour

Actualités

image description Le cuivre peut-il interférer avec les dépôts de peptide β-amyloïde ?
Le cholestérol est un métabolite essentiel au maintien des fonctions cellulaires, de la transmission nerveuse et de la plasticité synaptique. Cependant, il constitue un facteur de risque pour l’athérosclérose et la maladie d’Alzheimer. Des données récentes suggèrent que les statines, qui abaissent le taux de cholestérol, pourraient exercer une action préventive en réduisant le dépôt de substances β-amyloïdes. D’autre part, le cuivre, un autre élément essentiel, pourrait aussi favoriser la maladie d’Alzheimer. Le peptide β-amyloïde agirait en tant qu’agent floculant en se liant à des métaux comme le zinc et le cuivre, et une élévation de la production de la protéine précurseur de peptide β-amyloïde entraînerait une diminution du taux de cuivre. Dans cette perspective, la chélation du cuivre pourrait constituer une thérapie potentielle dans l’Alzheimer mais l’interférence avec le peptide β-amyloïde pose question.

Le lapin peut être utilisé comme modèle animal pour cette approche. De nombreuses études ont montré que des lapins dont le régime est enrichi en cholestérol développent des signes comparables à ceux qui sont observés dans la maladie d’Alzheimer, dont des accumulations de peptide β-amyloïde dans l’hippocampe et le lobe temporal. Parallèlement, les animaux qui sont abreuvés par de l’eau courante sont plus touchés que ceux qui reçoivent de l’eau distillée. Le cuivre présent dans l’eau courante (de 0.06 à 0.21 ppm) est ainsi soupçonné de contribuer à la pathologie. Pour éclairer ce problème, des lapins ont été soumis à différents régimes : eau courante (EC) associée ou non à une nourriture riche en cholestérol (EC/Chol), eau distillée (ED) associée ou non à du cholestérol (ED/Chol) et à du cuivre (0.12 ppm ; ED/Chol/Cu). Les animaux ont été soumis à des tests de comportements, et différents paramètres ont été analysés : les dépôts de peptide β-amyloïde, l’activité d’enzymes dirigés contre les radicaux libres (superoxide dismutase ou SOD, glutathion peroxidase ou GpX) et le taux d’une molécule chaperone du cuivre (la céruloplasmine).

Les résultats montrent que :
- Le cuivre induit l’accumulation de peptide β-amyloïde (plaques séniles), particulièrement dans l’hippocampe et les cortex temporaux et pariétaux.
- Le cuivre et le cholestérol provoquent l’augmentation de l’activité de la superoxide dismutase et la diminution de l’activité de la glutathion peroxidase.
- Le taux de la céruloplasmine n’est pas modifié. Chez les animaux dont le régime comprenait du cuivre, l’apprentissage de réflexes conditionnés est ralenti.

Ces résultats impliquent fortement le cuivre dans le processus de dépôts de peptide β-amyloïde. Il existerait une relation entre la diminution de l’inactivation des peroxides, du fait de la réduction de la GpX dans le sang, et l’accumulation des dépôts dans le cerveau. Ceci suggérerait que le cholestérol présent dans le régime serait le premier responsable des dépôts de peptide β-amyloïde et que le cuivre influencerait la clearance des dépôts cérébraux au niveau de l’interface entre le sang et le parenchyme cérébral.
Régimes β-amyloïde Hippocampe β-amyloïde Cortex temporal SOD plasmatique GpX plasmatique
EC 43.9 ± 12.6 42 ± 8 0.57 ± 0.03 7.4 ± 0.95
EC/Chol 49.4 ± 8.6 72 ± 9 1.87 ± 0.23 9.3 ± 0.71
ED 31.2 ± 5.8 29 ± 4 0.55 ± 0.05 8.3 ± 0.87
ED/Chol 48.3 ± 7.8 58 ± 6 1.69 ± 0.26 8.8 ± 0.77
ED/Chol/Cu 64.9 ± 16.3 87 ± 11 2.05 ± 0.49 4.9 ± 1.2
Publié en Novembre 2003
Auteur : Ph. van den Bosch de Aguilar - Université Catholique de Louvain,  Louvain-la-Neuve
Références : Sparks D.L. and Schreurs B.G. Trace amounts of copper in water induce β-amyloid plaques and learning deficits in a rabbit model of Alzheimer’s disease. Proc. Natl. Acad. Sci 2003; 100: 11065-11069.