< Retour

Actualités

image description Le fait de sortir fréquemment est-il un facteur permettant de prédire l’évolution fonctionnelle des sujets fragiles vivant à domicile ?
Les auteurs de ce travail se sont posés la question de savoir si la fréquence des sorties hors du domicile était un facteur pronostic utile permettant de prédire l’évolution des personnes fragiles. Certains pourraient voir là une simple question de bon sens de gériatre transmis de maître à élève et pouvant se résumer par « use it or loose it » (une fonction se perd lorsqu’elle n’est pas utilisée). Pour vérifier cette hypothèse, les auteurs ont analysé le devenir de sujets appartenant à une cohorte divisée en trois groupes constitués en fonction de la fréquence des sorties hors de leur domicile: moins de une fois par semaine, de une à trois fois par semaine et plus de quatre fois par semaine.

La population étudiée était très spécifique. Les participants faisaient partie d’une cohorte de 13 679 sujets âgés habitant une petite ville du Japon. Au départ, ils ont été sélectionnés par des assistantes sociales selon des critères non spécifiés. Puis, les participants ont été retenus en fonction de leur fragilité définie selon les investigateurs comme: « capable de se déplacer seul mais nécessitant une assistance pour certaines activités de la vie quotidienne ». La résidence en institution constituait un critère d’exclusion. Cent trente sept sujets ont en fin de compte été retenus. Une batterie de tests a été utilisée afin d’évaluer leur statut fonctionnel et psychosocial. Leur aptitude à effectuer les activités de la vie quotidienne (ADLs) (9items) et leur capacité fonctionnelle, mesurée à l’aide de l’Index de Compétence développé par l’Institut de Gérontologie de Tokyo (TMIG) (13 items), ont été quantifiées. Des échelles d’auto-efficacité pour les activités de la vie quotidienne (Modified Falls Efficacy Scale) (14 items), d’auto-évaluation de santé (15 items), de dépression gériatrique (15 items) et d’évaluation du support social ont également été utilisées et la fréquence des sorties en dehors du domicile notée. Il semble probable que les participants qui satisfaisaient aux critères de sélection et remplissaient correctement tous les questionnaires étaient relativement robustes. A la fin de l’essai, 25 sujets n’ont pas été inclus dans l’analyse finale pour diverses raisons : ils avaient été hospitalisés, étaient en institution, étaient décédés ou bien n’avaient pas accepté de poursuivre l’étude. Ces données manquantes ont pu biaiser les résultats.

Les auteurs ont noté des corrélations entre une diminution des sorties et plusieurs paramètres fonctionnels ainsi que certains scores relatifs aux performances intellectuelles et au support social. Néanmoins, la généralisation de ces résultats n’est pas évidente. En dépit de la quantité importante de données et du nombre d’analyses effectuées, les conclusion de ce travail ne permettent pas d’aller au-delà de l’adage « use it or loose it », un concept certes utile et pouvant avoir une pertinence scientifique, mais nécessitant des études complémentaires pour être confirmé.
Statut fonctionnel au départ et évolution en fin d’étude en fonction de la fréquence des sorties hors du domicile au départ (n=112)
    Fréquence des sorties en dehors du domicile P (au départ) P (variation en fonction du temps)
    > 4 fois/semaine (n=63) 1 à 3 fois/semaine (n=28) < 1 fois/ semaine (n=21)    
Activités de la vie quotidienne (ADLs) Au départ 16,4 (3,9) 16,2 (3,4) 12,5 (3,1) 0,0002 NS
Fin de l’essai 15,8 (4,5) 15,6 (3,9) 11,3 (5,1)    
Capacité fonctionnelle Au départ 7,7 (3,7) 7,6 (3,4) 5,0 (2,0) 0,0068 0,0201
Fin de l’essai 6,9 (4,1) 7,0 (4,3) 2,8 (1,9)    
Capacité fonctionnelle instrumentale (index gériatrique de Tokyo) Au départ 2,6 (1,9) 2,8 (1,8) 1,0 (1,3) 0,0007 NS
Fin de l’essai 2,4 (1,9) 2,8 (2,0) 0,7 (0,7)    
Publié en Mai 2004
Auteur : S. Conroy - University of Nottingham,  UK
Références : Kono A, Kai I, Sakato C, Rubenstein LZ. Frequency of going outdoors: a predictor of functional and psychosocial change among ambulatory frail elders living at home. J Gerontol A. 2004; 59: M275-M280