< Retour

Actualités

image description Le lieu de résidence, urbain ou rural, a une influence sur la morbidité des habitants.

Le vieillissement de la population mondiale augmentera de façon dramatique dans les prochaines années. Le nombre de personnes âgées de 65 ans et plus passera de 690 millions en 2010 à environ 1,5 milliard en 2050, ce qui correspond pratiquement à un doublement de la proportion de cette population de 9% à 16%. Cette évolution est surtout marquée dans les pays développés où elle entraîne un accroissement des incapacités et des pathologies liées à l’âge. La plupart des données sur la santé et la qualité de vie ayant été acquises sur des populations urbaines, l’objectif de cette étude était d’établir une comparaison avec des populations rurales.
Deux groupes de personnes âgées de 75 ans et plus ont été suivis. Le premier comportait 1 222 personnes ayant habité au centre de Stockholm pendant une période de 66,5 + 17,0 années. Le second était composé de 919 personnes ayant habité des villages dans la région rurale de Nordanstig pendant une période de 67,0 + 22,0 années. Tous les participants ont été examinés selon le même protocole standard comprenant des paramètres sociodémographiques, des tests neuropsychologiques, y compris le niveau de dépendance ainsi que des examens médicaux. L’âge moyen de la population urbaine était de 83,6 ans, celui de la population rurale de 82,3 ans. Les femmes étaient majoritaires, soit 76,4 % pour la cohorte de citadins et 58,9 % chez les ruraux. Le niveau d’éducation était plus élevé en milieu urbain. Le pourcentage de fumeurs était pratiquement le même dans les deux populations (32 à 33%).

L’analyse des données à montré des différences de prévalence pour les divers problèmes de santé qui sont résumées dans le tableau ci-dessous.

Prévalence des problèmes de santé

En milieu urbain %

En milieu rural %

Trouble de l’audition

31,7

47,0

Cécité

5,2

2,5

Déficit cognitif

27,5

34,4

Dépression

7,0

9,4

Troubles cardiovasculaires

39,9

45,2

Accident vasculaire cérébral

7,4

14,0

Diabète insipide

6,3

16,1

Maladie de Parkinson

1,0

3,7

Fractures (5 dernières années)

14,2

13,3

Une maladie

63,6

64,4

Deux maladies ou plus

50,9

64,9

Le lieu de résidence a une incidence sur la morbidité des habitants. Le milieu rural est plus touché que le milieu urbain, bien qu’il soit légèrement plus jeune. Dans les deux zones de résidence, les maladies les plus fréquentes sont les troubles cardiovasculaires. Les accidents vasculaires cérébraux, le diabète insipide et la maladie de Parkinson sont plus souvent rencontrés en milieu rural et, chez les ruraux, le risque de cumuler les maladies est plus élevé. Le mode de vie intervient sans doute dans cette morbidité. Le travail de fermier en milieu rural a une pénibilité plus grande que celui d’employé de bureau ou de commerçant en milieu urbain. Parallèlement, si la plupart des femmes en ville étaient ménagères, celles qui vivaient à la campagne ajoutaient à cette activité ménagère une aide physique à la ferme. Malgré cela, elles n’apparaissaient pas plus fragiles et susceptibles aux maladies que les hommes. Un autre facteur est l’obésité qui prédispose plus aux problèmes cardiovasculaires et au diabète et qui était plus fréquente en milieu rural. Enfin, un accès plus facile et plus fréquent aux soins de santé pourrait expliquer une morbidité plus faible en milieu urbain.

Publié en Décembre 2010
Auteur : Ph. van den Bosch de Aguilar - Université Catholique de Louvain,  Louvain-la-Neuve
Références : Sjölund B-M, Nordberg G, Wimo A, Von Strauss E. Morbidity and physical functioning in old age : differences according to living area. J Am Geriatr Soc. 2010;58:1855-1862.