< Retour

Actualités

image description Le remodelage cardiovasculaire des hypertendus est moins marqué chez les pêcheurs que chez les fermiers.

Des différences régionales entre la pression artérielle et les maladies cardiovasculaires qui y sont associées ont été observées dans toutes les parties du monde. Les mécanismes pouvant expliquer ces variations ont été attribués à des facteurs génétiques, sociodémographiques et environnementaux. Dans chaque pays, l’environnement et les modes de vie particuliers peuvent contribuer aux risques cardiovasculaires. C’est le cas notamment de la consommation d’alcool et de la prise de sel, de potassium ou de certains nutriments. Des études menées au Japon ont également montré que l’incidence de l’athérosclérose et des maladies cardiovasculaires était plus faible dans les populations de pêcheurs comparées à celles des fermiers. De façon globale, cette différence a été justifiée par l’apport plus important de poisson dans la nourriture.
La présente étude visait à expliciter plus précisément les raisons de cette différence. L’hypothèse de base était que la présence d’acides gras polyinsaturés chez les poissons protégerait des altérations cardiovasculaires dans des conditions de pression artérielle élevée. Deux groupes de sujets ont été examinés, l’un (n = 263) au sein d’une population de pêcheurs et l’autre (n = 333) de fermiers. Ils souffraient tous d’hypertension (pression artérielle > 140/90 mm Hg) avaient plus de 40 ans (âge moyen 73 ans). La répartition entre les hommes et les femmes était de 42% - 58%.

Les conséquences d’une pression artérielle élevée se manifestaient par une hypertrophie cardiaque, en particulier au niveau de la paroi du ventricule gauche, et une augmentation de l’épaisseur de la paroi carotidienne. Ces deux paramètres étaient significativement moins élevés chez les pêcheurs. D’autres paramètres biologiques, potentiellement responsables de ces modifications, ont été analysés dans les 2 populations et sont résumés dans le tableau ci-dessous.

 

Pêcheurs
(n=263)

Fermiers
(n=333)

p

Glycémie à jeun (mg/dl)

103,6

102,0

0,36

Insulinémie (mlU/ml)

5,9

5,1

< 0,01

Triglycérides sériques (mg/ml)

99,8

97,4

0,52

LDL (mg/ml)

112,4

113,3

0,72

HDL (mg/ml)

51,8

56,6

< 0,001

Hs-CRP (mg/l)

0,58

0,54

0,43

Diméthylarginine (ADMA) (nmol/ml)

0,47

0,49

0,01

Excrétion sodique sur 24 hrs (mEq)

155,4

150,3

0,12

Prise de sel (g par jour)

9,1

8,8

0,12

Acide eicosapentaénoïque (EPA) (mg/ml)

70,9

63,2

0,01

Acide docosahexaénoïque (DHA) (mg/ml)

157,8

137,2

< 0,001

Acide dihomo-g-linolénique (mg/ml)

25,6

27,5

< 0,01

Acide arachidonique (mg/ml)

152,9

145,5

0,01

Comparaison des principaux paramètres biologiques mesurés dans les 2 communautés.

Les pêcheurs avaient des taux plasmatiques plus élevés d’acides gras polyinsaturés (EPA et DHA) et plus bas de diméthylarginine, comparés à ceux des fermiers. L’analyse statistique a montré que leur index de masse ventriculaire gauche et l’épaisseur de la paroi carotidienne étaient plus faibles, même après ajustement en fonction de l’âge, du sexe, de la masse corporelle ou de la prise éventuelle de médicaments antihypertenseurs et de la durée de traitement. En revanche, lorsque le lieu de résidence était pris en compte, l’analyse statistique par régression linéaire multivariée montrait que ces paramètres cardiaques n’étaient plus significativement reliés aux facteurs biologiques analysés, indiquant que le lieu de résidence était associé de façon indépendante au remodelage cardiovasculaire. De toute évidence, d’autres études apparaissent nécessaires pour expliquer cette différence, la nourriture ne semblant pas être seule en cause.

Publié en Mai 2011
Auteur : Ph. van den Bosch de Aguilar - Université Catholique de Louvain,  Louvain-la-Neuve
Références : Yano Y, Hoshide S, Tamaki N, Inokuchi T, Nagata M, Yokota N, Hidaka T, Kanemaru Y, Matsuda S, Kuwabara M, Shimada K, Kario K. Regional differences in hypertensive cardiovascular remodeling between fishing and farming communities in Japan. Am J Hypertension. 2011;24:437-443.