< Retour

Actualités

image description Les antidépresseurs sont-ils plus efficaces qu’un placebo pour traiter la dépression chez les personnes souffrant de démence ?

La dépression est une manifestation courante chez les personnes souffrant de démence, à des degrés divers, avec une prévalence pouvant aller de 15% pour des symptômes mineurs à 40% en cas de dépression majeure. En plus d’accentuer la souffrance, le risque de suicide et la mortalité, la dépression accroît considérablement la dépendance. Chez les personnes non démentes, qui manifestent une dépression en fin de vie, une étude a montré qu’un traitement par des antidépresseurs était efficace mais que l’effet était relativement peu marqué par rapport à un traitement par placebo (44,4% versus 34,7%, p < 0,001).
La question envisagée par cette étude était de vérifier l’efficacité d’un traitement par des antidépresseurs chez les personnes démentes et dépressives. Elle repose sur une méta-analyse de l’ensemble des études qui ont abordé ce problème de 1966 à 2010, en comparant l’efficacité du placebo à celle des antidépresseurs. Les travaux pris en compte devaient répondre à certains critères : études en double aveugle et  traitements – placebo ou antidépresseurs appliqués au hasard à des groupes suivis en parallèle. Ils concernaient des patients dont l’état clinique était bien défini de même que la médication qui leur était donnée. Les niveaux de dépression avaient été évalués selon différentes échelles (Hamilton, Montgomery Asberg ou Cornell) de même que le niveau de démence (DSM ou MMSE). Au départ, 113 études ont été identifiées et 7 d’entre elles ont été retenues car répondant à l’ensemble des critères exigés. Ces études ont été publiées entre 1989 et 2010 et elles portaient sur seulement 330 patients. Leurs paramètres principaux sont résumés dans le tableau ci-dessous.

Année de l’étude

Nb de patients traités par antidépresseur / placebo

Age moyen
(années)

Nb de femmes %

Durée de traitement (semaines)

Score initial de dépression + DS

1989

17 / 17

72 + 8

59

8

18,9 + 3,8

1996

12 / 12

71,5 + 7,2

90

6

17,5 + 6,0

2000

17 / 14

89,2 + 6,3

100

6

6,1 + 2,1

2001

17 / 24

70,8 + 6,6

47/71

6

16,6 + 3,0

2003

24 / 20

77,5 + 7,5

83/50

12

22,8 + 6,0

2007

14 / 17

77,6 + 6,4

85/64

6

24,5 + 7,1

2010

67 / 64

77,3 + 8,0

59/48

12

13 + 7

Caractéristiques des 7 études retenues pour l’analyse.

Deux études ont utilisé un antidépresseur tricyclique, 3 études un inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine et 1 étude la venlafaxine, un inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline.
L’analyse statistique des résultats ne confirme pas l’efficacité des antidépresseurs chez les personnes démentes. Une certaine tendance en faveur des antidépresseurs apparaît dans 2 études mais pas dans les 5 autres et les différences entre les études ne sont pas significatives (p = 0,07). De même l’effet du traitement sur le long terme n’est pas significatif (p = 0,11). Toutefois, compte tenu de la faible taille des effectifs, il n’est pas possible d’affirmer que ces traitements sont totalement inefficaces. Cette difficulté à conclure pourrait résulter de l’efficacité modeste des molécules, mais aussi de la grande hétérogénéité des études. D’autre part, si un tel traitement semble généralement bien toléré, des effets secondaires peuvent apparaître sur le long terme comme des chutes, des fractures, une déminéralisation osseuse et des saignements. Les bénéfices réels des antidépresseurs chez les personnes dépressives et démentes restent à démontrer de manière formelle. Un traitement par antidépresseurs chez ces patients déments ne serait à conseiller que dans les cas de dépression majeure et pour une durée limitée.

Publié en Juin 2011
Auteur : Ph. van den Bosch de Aguilar - Université Catholique de Louvain,  Louvain-la-Neuve
Références : Nelson JC, Devanand DP. A systematic review and meta-analysis of placebo-controlled antidepressant studies in people with depression and dementia. J Am Geriatr Soc. 2011;59:577-585.