< Retour

Actualités

image description Les centenaires meurent-ils en bonne santé ?
Dans les pays industrialisés, le nombre des centenaires augmente environ 8 fois plus vite que la population mondiale. Ces grands vieillards se maintiennent fréquemment en bonne santé apparente jusqu’à leur décès, ce qui laisse penser que les centenaires meurent en bonne santé, en raison simplement de leur grand âge. Les rares données jusque-là disponibles sur l’identification par autopsie des causes de décès chez des personnes de cet âge concernaient essentiellement des patients hospitalisés. Aussi une équipe de l’université de Vienne a-t-elle tiré profit du nombre important d’autopsies pratiquées au sein de leur Institut Médico-légal pour extraire les données concernant les centenaires morts de cause naturelle en dehors de l’hôpital.

A partir d’une série de 42 398 autopsies effectuées sur une période 18 ans, les données de 40 centenaires (11 hommes et 29 femmes), décédés à leur domicile et âgés de 100 à 108 ans ont été analysées. Au cours de cette période le registre des décès viennois mentionnait un total de 842 centenaires. Le rapport d’autopsie ainsi que l’histoire médicale de chacun des sujets ont été examinés. Les sujets autopsiés étaient tous décédés à leur domicile, de façon soudaine entre 7 et 9 heures le matin pour la plupart d’entre eux.

Chez 18% des hommes et 38% des femmes, l’indice de masse corporelle (IMC) était au dessus des valeurs normales alors que 36% des hommes et 21% des femmes avaient un IMC en dessous de 20 et 19 kg/m2, respectivement. Soixante pour cent des sujets décédés étaient considérés par leur entourage ou leur médecin comme étant en bonne santé au moment de leur décès. Néanmoins, 58% d’entre eux avaient des antécédents d’insuffisance cardiaque, d’angor ou d’infarctus du myocarde ou s’étaient fait implanter un pacemaker cardiaque. Par ailleurs, 23% étaient hypertendus, 10% étaient diabétiques, 10% avaient une affection respiratoire et 5% des troubles gastro-intestinaux. Des troubles neurologiques de type Alzheimer, maladie de Parkinson ou accident vasculaire cérébral, étaient présents chez 43% des sujets examinés.

L’autopsie a révélé qu’une cause cardiovasculaire était à l’origine du décès dans 68% des cas, les infarctus du myocarde en étant le principal responsable. Les pathologies respiratoires représentaient 25% des cas, les perforations d’ulcère gastrique 5% et une hémorragie cérébrale seulement 2%. L’autopsie a par ailleurs révélé une fréquence élevée de sténoses coronariennes avec la présence de plaques d’athérosclérose calcifiées chez 88% des sujets décédés de cause cardiovasculaire. De plus chez 80% des personnes, une calcification des valvules aortiques était également observée et tous les sujets avaient une sclérose aortique étendue. Par ailleurs une atrophie sénile du cerveau et du foie était présente chez tous les patients décédés.

Cette étude montre ainsi que 100% des centenaires décèdent en raison de défaillances organiques bien identifiables en dépit du nombre élevé de sujets qui étaient considérés comme étant en bonne santé juste avant leur mort. Si l’on en juge par ces résultats d’autopsie, les centenaires ne meurent donc pas simplement en raison de leur grand âge.
Principales causes de décès chez 40 centenaires vivant à domicile
Causes du décès Hommes
n
Femmes
n
Total
n (%)
Infarctus du myocarde ou ischémie aigue 4 11 15 (38)
Défaillance cardiaque 2 4 6 (15)
Dissection aortique ou rupture d’anévrisme aortique 1 5 6 (15)
Embolie pulmonaire 2 4 6 (15)
Pneumonie 1 3 4 (10)
Perforation d’ulcère gastrique 1 1 2 (5)
Hémorragie cérébrale 0 1 1 (2)
Publié en Octobre 2005
Auteur : G. Hamon - Successful Aging, Boulogne-Billancourt
Références : Berzlanovich AM, Keil W, Waldhoer T, Sim E, Fasching P, Fazeny-Dömer B. Do centenarians die healthy? An autopsy study. J Gerontol A Biol Sci Med Sci. 2005; 60A: 862-865