< Retour

Actualités

image description Les effets bénéfiques d’une alimentation de type méditerranéen sont largement confirmés.

Le régime méditerranéen repose essentiellement sur des habitudes alimentaires qui, jusqu’à il y a encore une cinquantaine d’années, étaient surtout rencontrées sur le pourtour de la méditerranée. Ce mode d’alimentation comporte des fruits et légumes en quantité, des glucides complexes et non raffinés, des protéines animales sous forme de poisson, de l’huile d’olive et un peu de vin rouge au cours des repas. Une équipe italienne avait publié en 2008 dans le British Medical Journal les résultats d’une méta-analyse de 12 études réalisées entre 1966 et 2008 à propos de l’impact du régime méditerranéen sur la mortalité et la survenue de maladies chroniques. Six études concernaient des populations vivant sur le pourtour méditerranéen, les autres avaient été réalisées en Europe du Nord, aux Etats-Unis et auprès d’européens vivant en Australie. Cette analyse était limitée à l’évaluation du bénéfice d’un régime méditerranéen dans une population en bonne santé de plus d’1,5 million de sujets, âgés de 20 à 90 ans et suivis de 3 à 18 ans.

La mortalité avait été évaluée dans 8 études regroupant environ 515 000 patients parmi lesquels près de 33 500 décès avaient été dénombrés. L’adhésion au régime méditerranéen était calculée par un score d’observance allant de 0 à 9 en fonction de la consommation de légumes, de fruits, de légumineuses, de céréales, de poisson et de la consommation modérée de vin rouge pendant les repas. Pour chacun de ces aliments, un score de 1 ou 0 était attribué aux personnes qui en consommaient plus ou moins que la valeur médiane de la population. Pour les aliments ne faisant pas partie du régime méditerranéen, les viandes rouges ou transformées et les produits laitiers, un score de 1 ou 0 était attribué aux personnes qui en consommaient moins ou plus que la valeur médiane, respectivement.

Cette méta analyse montrait que la mortalité des personnes qui avaient une alimentation de type méditerranéen, comparées aux autres, diminuait de 6 à 9% et que l’incidence des maladies de Parkinson et d’Alzheimer diminuait de 13%. Ce travail a été mis à jour récemment en y ajoutant les résultats de 7 nouvelles études évaluant l’impact du régime méditerranéen sur la mortalité globale (1 étude), l’incidence ou la mortalité par maladies cardiovasculaires (3 études), l’incidence ou la mortalité par cancers (1 étude) et les maladies neurodégénératives (2 études). Ces études additionnelles portent ainsi le nombre total de participants à plus de 2 millions. Les troubles cognitifs légers et les accidents vasculaires cérébraux ont été également intégrés à cette analyse comme critères d’efficacité du régime méditerranéen. Chaque augmentation de 2 points du score d’adhésion au régime était associée à une réduction significative de la mortalité globale de 8%, de l’incidence ou de la mortalité par maladies cardiovasculaires de 10%, de l’incidence ou la mortalité par cancers de 6% et de l’incidence des maladies neurodégénératives de 13%.

Ce travail confirme les bienfaits du régime méditerranéen vis à vis de nombreuses affections chroniques, ajoutant la prévention des accidents vasculaires cérébraux et du déclin cognitif à cette liste. Ce mode de prévention peu coûteux est à la portée de tous et sa compliance peut facilement être évaluée par un score qui est simple d’utilisation.

Publié en Décembre 2010
Auteur : S. Lauque - Successful Aging, Boulogne-Billancourt
Références : Sofi F, Abbate, R, Gensini GF, Casini A. Accruing evidence about benefits of adherence to the mediterranean diet on health : an updated systematic review and meta-analysis. Am J Clin Nutr. 2010;92:1189-1196.