< Retour

Actualités

image description Les inhibiteurs de l'acetylcholinestérase dans le traitement des patients MCI seraient surtout efficaces lors de la première année
Les patients MCI (Mild Cognitive Impairment) se caractérisent par des signes cliniques précurseurs de ceux présents au cours de la maladie d’Alzheimer. Il a été montré que 80% de ceux qui présentent ces signes entreront dans la maladie dans les 6 ans qui suivent et que la présence d’un ou plusieurs allèles e4 de l’apolipoprotéine E augmente ce risque. C’est pourquoi les mesures de prévention sont essentielles. Cette étude a eu pour objectif d’évaluer l’efficacité de la prise de vitamine E et du donepezil, un inhibiteur de l’acéthylcholinestérase, chez ces patients.

La population de l’étude regroupait 769 patients présentant un MCI, recrutés sur plusieurs sites en Amérique du nord et qui ont été suivis pendant 3 ans. Ils ont reçu en double aveugle 2000 UI de vitamines E ou 10 mg de donepezil ou un placebo. Ils ont été revus tous les 6 mois pour évaluer la survenue de signes cliniques en faveur d’une maladie d’Alzheimer.

Au cours des 3 ans de suivi, l’incidence de la maladie d’Alzheimer était de 16% par an avec un total de 214 cas à 3 ans. Il n’y avait aucune différence entre le groupe de patients qui prenaient de la vitamine E ou le placebo (odds ratio = 1,02 ; IC à 95% = 0,74 à 1,41) ni entre le groupe qui prenait du donepezil ou le placebo (odds ratio = 0,80 ; IC à 95% = 0,57 à 1,13). Par contre dans l’intervalle, la prise de donepezil était efficace par rapport au placebo (p<0,04) au cours des 12 premiers mois de traitement. Les résultats montrent également que la présence de l’allèle ε4 est un facteur de risque d’entrée dans la maladie sur l’ensemble du suivi.

L’exploration des différentes dimensions cognitives et fonctionnelles a montré que la vitamine E préviendrait les troubles des fonctions exécutives et du langage dans les 18 premiers mois de traitement seulement. Le donepezil serait plus efficace sur les 18 premiers mois pour le langage et sur les 24 premiers mois pour les fonctions cognitives globales évaluées à partir du MMSE, de la Global Deterioration Scale et de l’ADAS-COG. Dans le groupe des patients possédant l’allèle ε4, la prise de vitamine E n’avait pas d’action préventive contrairement au donepezil dont les effets se maintenaient au cours des 36 mois de suivi avec une diminution d’environ un tiers du risque de progression vers la maladie d’Alzheimer sur cette période. Enfin, les effets secondaires étaient plus fréquents avec le donepezil qu’avec la vitamine E. Ils étaient représentés principalement par des signes digestifs (diarrhées, nausées, douleurs abdominales, vomissements), neurologiques (insomnies, cauchemars) ou musculaires (crampes).

La survenue de la maladie d’Alzheimer est spécifique chez les patients présentant un MCI avec un taux de progression de l’ordre de 15% par an. La prise de donepezil aurait un effet préventif mais seulement au cours des 12 premiers mois du traitement. En revanche, son efficacité se vérifie sur les 3 ans de suivi dans le groupe des patients porteurs de l’allèle e4, résultat qui mériterait une confirmation par des études complémentaires.
Nombre de sujets montrant une progression vers la maladie d’Alzheimer au cours de l’essai dans les 3 groupes.
  Placebo Donepezil
10 mg
p Placebo Vitamine E
2000 UI
p
A 12 mois 38 16 0,04 38 33 0,10
A 36 mois 73 63 0,21 73 76 0,91
Publié en Septembre 2005
Auteur : M. de Stampa - Hôpital Sainte-Périne,  Paris
Références : Petersen RC, Thomas RG, Grundman M, Bennett D, Doody R, Ferris S, Galasko D, Jin S, Kaye J, Levey A, Pfeiffer E, Sano M, van Dyck CH, Thal LJ, for the Alzheimer’s Disease Cooperative Study Group. Vitamin E and Donepezil for the treatment of mild cognit