< Retour

Actualités

image description Les marqueurs neuropathologiques de la maladie d’Alzheimer ne sont bien corrélés aux signes cliniques que chez les sujets les plus jeunes.

L’âge est certainement le facteur de risque le plus élevé pour la démence. Les personnes âgées de 85 ans et plus représentent environ 1% de la population mais 40% d’entre elles souffrent de démence. Si la démence en elle-même est bien diagnostiquée dans cette population, les autres déficiences cognitives sont moins bien caractérisées. Certaines études préliminaires montrent une forte corrélation entre le diagnostic de démence d’Alzheimer, les performances cognitives et les altérations neuropathologiques, comme les plaques séniles et les enchevêtrements neurofibrillaires. Cependant le degré de cette corrélation varie en fonction de l’âge, elle est forte chez les sujets âgés « les plus jeunes » mais apparaît plus faible au grand âge. Il est donc important de prendre en considération les autres pathologies cérébrales afin de préciser ces relations. L’étude présentée visait justement à vérifier cette corrélation sur un grand nombre d’individus en incluant dans l’analyse d’autres formes de pathologies, comme les démences vasculaires et les démences à corps de Lewy.

 L’étude a inclus 2 014 individus âgés de plus de 70 ans au moment du décès ; 27% étaient âgés de 70 à 74 ans, 29% de 75 à 84 ans et 44% de 85 ans ou plus. Dans cette cohorte, 419 sujets avaient des capacités cognitives normales au cours de l’année précédant leur décès et 1 595 patients avaient eu un diagnostic de maladie d’Alzheimer. Les données reposent sur une analyse des performances cognitives et le diagnostic d’une éventuelle maladie d’Alzheimer réalisée après 65 ans ainsi que sur un examen neuropathologique pratiqué post-mortem. Celui-ci a permis de définir l’extension des enchevêtrements neurofibrillaires, des plaques séniles, des corps de Lewy, des dépôts amyloïdes, la présence de micro-infarctus, de lacunes, ou d’atteintes micro- ou macro-vasculaires diverses.

 Les résultats ont montré que les individus atteints de démence d’Alzheimer avaient un niveau d’éducation moins élevé, manifestaient fréquemment des symptômes dépressifs, avaient des performances cognitives plus faibles (mesurées au MMSE, Mini Mental State Examination) et possédaient plus souvent l’allèle e4 de l’APOE. Toutes les altérations neuropathologiques étaient significativement plus fréquentes chez les individus atteints de démence, à l’exception des atteintes macro-vasculaires. Chez les patients qui présentaient les symptômes de la maladie d’Alzheimer, la fréquence des corps de Lewy diminuait avec l’âge, alors que la fréquence des troubles vasculaires et des dépôts neurofibrillaires augmentait avec l’âge, même chez les personnes qui avaient conservé des capacités cognitives normales. L’analyse des corrélations entre toutes les données recueillies montre que l’association entre la démence d’Alzheimer et l’extension des enchevêtrements neurofibrillaires diminue significativement avec l’âge (p < 0,001). La prise en compte des autres altérations pathologiques non spécifiques de la maladie d’Alzheimer améliorait la différentiation en fonction de l’âge. Cette diminution de corrélation pourrait être liée au fait que :

- Les sujets les plus âgés avaient comparativement un score plus élevé au MMSE que les sujets plus jeunes.

- Les enchevêtrements neurofibrillaires se propageraient sans que des troubles démentiels se manifestent et donc sans que les individus soient diagnostiqués comme déments.

- Leur extension n’étant pas associée à une densité plus importante de plaques séniles, ces enchevêtrements seuls n’interviendraient que pour une faible part dans la diminution des performances cognitives. Dans cette hypothèse, ils ne représenteraient pas un obstacle à une certaine compensation par la plasticité cérébrale.

- Si les enchevêtrements neurofibrillaires ne sont pas significativement liés à la pathogénie de la démence, d’autres facteurs, qui y sont associés, doivent être pris en compte comme les troubles vasculaires et/ou le degré d’atrophie cérébrale.

Publié en Janvier 2012
Auteur : Ph. van den Bosch de Aguilar - Université Catholique de Louvain,  Louvain-la-Neuve
Références : Middleton LE, Grinberg LT, Miller B, Kawas C, Yaffe K. Neuropathologic features associated with Alzheimer disease diagnosis. Age matters. Neurology. 2011;77:1737-1744.