< Retour

Actualités

image description Les sujets dépressifs ont un risque accru de syndrome confusionnel après une intervention chirurgicale
La survenue d’un épisode confusionnel après une intervention chirurgicale chez les patients âgés est relativement fréquente puisqu’elle peut atteindre 70% des sujets selon les cohortes étudiées. Les facteurs de risque sont nombreux incluant l’âge, l’état de santé général ainsi que divers paramètres liés à l’intervention elle-même. Le syndrome confusionnel aigu est multifactoriel et semble dépendre en particulier du statut cognitif, de la fragilité et de l’état psychologique des patients. Compte tenu de l’aspect péjoratif du syndrome confusionnel aigu dans les suites d’une intervention, il était important d’estimer la prévalence des symptômes dépressifs ainsi que ses répercussions chez les patients âgés qui vont subir un acte chirurgical.

L’étude s’est déroulée au San Francisco Medical Center de l’Université de Californie entre 2001 et 2003. Les 219 patients inclus dans l’étude avaient entre 65 et 96 ans (moyenne 73,6 ± 6,2 ans) et étaient hospitalisés pour une intervention orthopédique (47%), urologique (22%), gynécologique (13%), vasculaire ou neurologique (10%) ou une intervention générale (9%). Un premier interrogatoire pratiqué moins de 48 heures avant l’intervention permettait d’évaluer le statut cognitif et fonctionnel des sujets, la présence de symptômes dépressifs et éventuellement de douleurs. Deux autres interviews étaient réalisées au chevet du patient environ 24 et 48 heures après l’opération. L’existence d’un syndrome dépressif a été recherchée à l’aide d’une version abrégée du Geriatric Depression Scale (GDS) comportant 15 items. Un score = 6 points correspondait à un niveau de dépression élevé, entre 3 et 5 points à un niveau intermédiaire et de 0 à 2 points à un niveau très faible.

Avant l’intervention, 44% se plaignaient d’un handicap modéré à sévère dans leurs activités domestiques. Dans les faits, 82% d’entre eux étaient tout à fait capables d’effectuer leurs tâches quotidiennes et 64% les activités instrumentales de la vie quotidienne. Environ 58% des patients avaient au moins 2 pathologies chroniques. Au départ, 12% des sujets avaient un syndrome dépressif marqué, 32% avaient un score modéré au GDS et 56% un score très faible. Par ailleurs, 9% prenaient des antidépresseurs. La présence d’un syndrome dépressif était associée à un faible niveau d’instruction et un mauvais statut fonctionnel. Dans les 48 heures qui ont suivi l’intervention, 46% des patients ont manifesté un état confusionnel. Plus le nombre de symptômes dépressifs était élevé, plus l’incidence et la durée du syndrome confusionnel étaient importantes. Après ajustement sur l’âge, le niveau d’instruction, le statut fonctionnel et la consommation d’alcool, les patients qui avaient un score élevé au GDS avaient un risque significativement plus élevé de manifester un syndrome confusionnel.

Ce travail confirme que les symptômes dépressifs sont fréquents chez les seniors en attente d’une intervention chirurgicale. Plus les symptômes sont nombreux, plus le risque de voir apparaître un syndrome confusionnel après l’opération est élevé et plus sa durée sera importante. La recherche d’une dépression chez les personnes âgées qui vont subir une intervention chirurgicale semble donc importante dans le cadre de la prévention d’un syndrome confusionnel post-opératoire. Les bienfaits d’un traitement pharmacologique antidépresseur sur le risque confusionnel reste cependant à démontrer.
Relation entre la durée du syndrome confusionnel et l’état dépressif avant l’intervention. GDS : score à la Geriatric Depression Scale (version abrégée).
  GDS < 2 3 ≤ GDS ≤ 5 GDS ≥ 6
Durée du syndrome confusionnel
≤ 1 jour
≥ 2 jours

80%
20%

63%
37%

52%
48%
Publié en Février 2006
Auteur : T. Cudennec - Hôpital Ambroise Paré,  Boulogne-Billancourt
Références : Leung JM, Sands LP, Mullen EA, Wang Y, Vaurio L. Are preoperative depressive symptoms associated with postoperative delirium in geriatric surgical patients? J Gerontol Biol Sci Med Sci. 2005; 60 : 1563-1568