< Retour

Actualités

image description L’hypersensibilité du sinus carotidien est fréquente chez les seniors, même en l’absence d’histoire de syncope
L’hypersensibilité du sinus carotidien pourrait constituer l’une des principales causes de syncope et de chute chez la personne âgée. La prévalence de cette anomalie est difficile à estimer compte tenu de la très grande divergence des résultats publiés. Celle-ci résulte probablement à la fois de l’hétérogénéité des populations et des comorbidités des sujets étudiés, mais aussi des méthodes d’investigation et des critères de définition de la normalité des réponses. L’objectif de cette étude était d’évaluer la prévalence de l’hypersensibilité du sinus carotidien dans une population non sélectionnée de sujets non institutionnalisés en tenant compte de ces limites.

A partir d’un groupe de mille sujets de plus de 65 ans tirés au hasard dans une large population issue d’une consultation urbaine, 272 participants ont subi un massage carotidien afin d’évaluer leur réponse cardiovasculaire. Les patients qui avaient eu un infarctus du myocarde récent, un accident vasculaire cérébral ou un accident ischémique transitoire, ou qui présentaient des troubles du rythme ventriculaire, une fibrillation auriculaire ou un souffle carotidien étaient exclus de l’essai. Après un repos de 10 min en position allongée, un massage des sinus carotidiens était effectué pendant 5 sec avec un intervalle d’une minute entre le massage de chacun des sinus. La même opération était ensuite répétée en position debout. L’examen a été pratiqué le matin et la pression artérielle systolique des sujets suivie en continu pendant le massage carotidien. Un enregistrement électrocardiographique était pratiqué en parallèle. Une hypersensibilité du sinus carotidien de type cardiodépresseur était définie par une asystolie d’au moins 3 secondes accompagnée d’une chute de pression artérielle systolique (PAs) de moins de 50 mmHg. Une hypersensibilité de type vasodépresseur était définie par une chute de PAs d’au moins 50 mmHg. Une réponse mixte était définie par une combinaison des deux types de réponses.

Les participants étaient âgés de 65 à 92 ans (âge médian 71 ans). Parmi eux, 20% prenaient des 1BETA.-bloquants, 12% des inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine, 15% des antagonistes calciques, 20% des diurétiques et 13% des antiangineux. Par ailleurs, 16% prenaient des psychotropes.

Une hypersensibilité carotidienne a été observée chez 39% des sujets, essentiellement de type vasodépresseur ou mixte. Celle-ci était plus fréquente chez les hommes (65%) et son incidence augmentait avec l’âge. Pour 29% des sujets, une hypersensibilité n’était observée qu’en position debout. Globalement, 60 patients ont manifesté des symptômes de syncope ou des vertiges pendant le massage. Une histoire de chute ou de syncope au cours de l’année écoulée, d’ischémie cardiaque ou de maladie cérébro-vasculaire n’avait pas d’incidence sur le risque de découvrir une hypersensibilité carotidienne. La prise de médicaments était également sans influence. Après ajustement multifactoriel, seul l’âge était significativement associé au risque d’hypersensibilité carotidienne (odds ratio = 1,06 ; IC à 95 % = 1,01-1,12).

Un sous-groupe de 80 sujets de 65 à 86 ans sans aucun antécédent de chute, de vertige ou de syncope a par ailleurs subi les mêmes examens. Dans ce deuxième groupe, la prévalence de l’hypersensibilité carotidienne était de 35%, avec un caractère essentiellement mixte (64%) ou vasodépresseur (29%). Tout comme dans le premier cas, les hommes étaient plus sujets à l’hypersensibilité carotidienne et une histoire d’infarctus augmentait de près de 10 fois le risque de voir apparaître une symptomatologie lors du massage.

Cette étude qui semble être la première à avoir évalué la prévalence de l’hypersensibilité carotidienne en utilisant les recommandations récemment publiées, montre que cette anomalie est fréquente chez les sujets âgés, même en l’absence de toute histoire de syncope, de vertige ou de chute. Ce travail ne permet cependant pas de dire quelle est la pertinence clinique de cette observation : permet-elle de prédire la survenue de futures chutes ou de syncopes ou bien est-ce simplement le reflet d’un vieillissement physiologique normal ? Quoi qu’il en soit, la découverte d’une hypersensibilité carotidienne n’exclut pas les autres causes possibles de syncope ou de chute et ne doit pas empêcher les investigations complémentaires.
Prévalence de l’hypersensibilité du sinus carotidien dans les 2 groupes étudiés ainsi que les diverses formes de réponse.
Variable Groupe principal
(n=272)
Sous-groupe sans histoire
de syncope ou de chute
(n=80)
Hypersensibilité carotidienne
-Type cardiodépresseur
-Type vasodépresseur
-Type mixte
Symptômes lors du massage
-Syncope
-Présyncope/vertiges
107/272
6/107
42/107
59/107
43/107
18/43
25/43
28
2/28
8/28
18/28
10/28
4/10
6/10
Publié en Mai 2006
Auteur : L. Teillet - Hôpital Sainte-Périne,  Paris
Références : Kerr SRJ, Pearce MS, Brayne C, Davis RJ, Kenny RA. Carotid sinus hypersensitivity in asymptomatic older persons. Implications for diagnosis of syncope and falls. Arch Intern Med. 2006;166:515-520