< Retour

Actualités

image description L’hypertension artérielle augmente le risque de syndrome démentiel chez les 65-75 ans.
L’hypertension artérielle est un facteur de risque pour les maladies cardio- et cérébro-vasculaires. De nombreux travaux ont montré un lien entre l’existence d’une hypertension artérielle aux âges moyens de la vie et la survenue de troubles cognitifs survenant plusieurs décennies plus tard. En revanche, les relations entre les pressions artérielles et la présence d’un syndrome démentiel sont contradictoires aux âges élevés. C’est pourquoi, cette étude prospective a eu pour objectif d’éclairer ces relations selon les classes d’âges à partir de 65 ans.

Au total, 2356 participants de plus de 65 ans sans syndrome démentiel et vivant au domicile ont été tirés au sort parmi une cohorte de personnes âgées appartenant à un système de soins mutualisé (HMO) aux Etats-Unis. Le suivi a duré 10 ans, entre 1994 et 2004, et le recueil des données a été effectué tous les 2 ans. Le bilan cognitif a été réalisé à partir de l’échelle CASI (Cognitive Abilities Screening Instrument). Lorsque le score était inférieur à 86, l’évaluation était complétée par l’intervention d’un gériatre, d’un neurologue ou d’un interniste. Le syndrome démentiel prenait en compte toutes les formes étiologiques. Les tensions artérielles ont été réparties en 3 groupes : pour les systoliques, hypertension (>160 mmHg), limite haute (de 140 à 160 mmHg), normale (<140 mmHg) et pour les pressions diastoliques, hypertension (>90 mmHg), limite haute (de 80 à 90 mmHg), normale (<80 mmHg).

Sur les 10 ans de suivi, 380 (16,1%) participants ont présenté un syndrome démentiel dont 204 avec une probable maladie d’Alzheimer et 1079 (46,1%) avaient des pressions artérielles systoliques normales. Chez les patients les plus jeunes (65-74 ans au moment de l’inclusion dans l’étude) le risque de survenue d’un syndrome démentiel était augmenté dans le cas d’une hypertension artérielle systolique (>160 mmHg) avec un risque relatif de 1,60 (IC à 95% = 1,01-2,55) ou de tension artérielle diastolique limite haute (80-89 mmHg) avec un risque relatif de 1,59 (IC à 95% = 1,07-2,35), comparés aux sujets normotendus. Pour les personnes de 75 à 84 ans, il y avait une tendance non significative vers une augmentation du risque de syndrome démentiel avec l’élévation des tensions artérielles systoliques et diastoliques. Après 85 ans, aucune relation significative n’était retrouvée et les tendances restaient contradictoires.

Lorsque les patients étaient stratifiés par type de syndrome dementiel, il n’y avait pas de lien entre la survenue d’une maladie d’Alzheimer et les pressions artérielles systoliques ou diastoliques quel que soit l’âge.

Les résultats de cette étude montre l’importance du contrôle tensionnel dans la prévention des syndromes démentiels, non pas uniquement à l’âge adulte mais aussi entre 65 et 75 ans. Au delà de 75 ans, d’autres travaux seront nécessaires sur des cohortes plus importantes pour clarifier les relations entre pression artérielle et risque de démence.

Risque relatif de démence (et IC à 95%) en fonction des niveaux de pression artérielle et de l’âge.
Publié en Septembre 2007
Auteur : M. de Stampa - Hôpital Sainte-Périne,  Paris
Références : Li G, Rhew IC, Shofer JB, Kukull WA, Breitner JCS, Peskind E, Bowen JD, McCormick W, Teri L, Crane PK, Larson EB. Age-varying association between blood pressure and risk of dementia in those aged 65 and older: a community-based prospective cohort study