< Retour

Actualités

image description L’incidence de la cataracte est diminuée chez les nonagénaires préservés sur le plan cognitif : serait-ce un marqueur de vieillissement réussi?
Les lésions tissulaires par stress oxydatif seraient impliquées dans le vieillissement, le déclin mnésique et la survenue d’une cataracte liée à l’âge (Age Related Cataract ou ARC). Il existe un faisceau d’arguments cliniques et génétiques suggérant que le développement des opacités du cristallin dans la cataracte liée à l’âge puisse refléter des processus dégénératifs généralisés à l’ensemble de l’organisme. L’hypothèse testée ici est que les populations de personnes atteignant un âge avancé sans déclin cognitif (groupe « Successful Aging ») devraient présenter un taux d’incidence cumulée plus faible d’ARC que celui des populations de référence.

Cette investigation a été menée sur une population sélectionnée de 50 hommes et 50 femmes résidant en Pennsylvanie, ayant atteint l’âge de 90 ans, et préservés sur le plan cognitif. L’intégrité cognitive a été évaluée à l’aide des échelles Mini Mental Status Examination (MMSE) et Dementia Rating Scale (DRS), l’autonomie à l’aide de l’échelle des Activités de la Vie Quotidienne, et l’incidence de cataracte a été appréciée par le recueil, à l’interrogatoire, d’un diagnostic ou de la prise en charge thérapeutique d’opacités cristalliniennes, et son âge de survenue par le lien à des événements de la vie du patient. Un interrogatoire et un examen clinique complet ont permis de recueillir l’ensemble des co-morbidités, des traitements, et de l’exposition à des facteurs environnementaux pouvant être considérés comme facteurs de risque de déclin cognitif et de cataracte. Le taux d’incidence par tranche d’âge d’ARC, et son incidence cumulée ont été comparés à ceux recueillis pour des populations de référence issues des cohortes de Framingham, Gisborne, Hanes, Melton Mowbray et Beaver Dam. Dans un second temps, les facteurs de risque des ARC reconnus dans la population générale ont été étudiés pour savoir s’ils étaient prédictifs du développement d’une ARC chez des sujets dont l’intégrité cognitive était remarquable.

Si les données disponibles de la littérature permettent de supposer qu’une physiopathologie commune peut expliquer une diminution de l’espérance de vie, la survenue d’une détérioration cognitive et d’une ARC, les résultats de cette étude mettent en évidence une diminution significative du taux de cataracte spécifique à cette tranche d’âge, une incidence retardée et une diminution de l’incidence cumulée d’une ARC dans le groupe Successful Aging, comparé aux populations de référence. L’exposition aux stéroïdes, la consommation d’alcool, des antécédents de goutte, et l’existence de lésions cutanées liées à l’exposition solaire, connus comme facteurs de risque de cataracte, apparaissaient aussi comme des facteurs de risque d’ARC. L’incidence cependant très faible de ces facteurs d’exposition au sein de la population Successful Aging ne permet pas de conclure de façon claire quant à leur effet dans la survenue d’une ARC dans ce groupe.

Au vu de ces résultats, les auteurs suggèrent que le développement progressif d’opacités cristalliniennes pourrait être un biomarqueur de processus dégénératifs tissulaires plus étendus, et qu’on pourrait faire de leur recherche une méthode peu invasive, signant le vieillissement, tant pour la pratique clinique que pour la recherche. Si l’absence d’examen ophtalmologique systématique et un biais de mémoire affectant l’histoire médicale de la cataracte limitent la portée des résultats de cette étude de Pennsylvanie, le champs reste ouvert pour clarifier la validité de la cataracte liée à l’âge comme marqueur du vieillissement et de l’état de santé.
Publié en Juin 2007
Auteur : S. van Pradelles - Hôpital Sainte-Périne,  Paris
Références : Zubenko GS, Zubenko WN, Maher BS, Wolf NS. Reduced age-related cataracts among elderly persons who reach age 90 with preserved cognition : a biomarker of successful aging ? J Gerontol A Biol Sci Med Sci. 2007;62:500-506.