< Retour

Actualités

image description Maintenir la conduite automobile à tout âge pour préserver sa qualité de vie.

Pour la plupart des seniors, continuer à conduire sa voiture est synonyme d’autonomie et de bien-être. Les conséquences de l’arrêt de la conduite automobile peuvent être très négatives, tant au plan de la santé que d’un point de vue social. Une augmentation du risque de placement en institution, voire du risque de mortalité, a ainsi été rapportée chez les aînés qui cessaient de conduire.. Toutefois, les conséquences de cette transition sur l’évolution de l’état de santé général des seniors ne sont pas très bien documentées.


Les participants du groupe témoin de la cohorte ACTIVE (Advanced Cognitive Training for Independent and Vital Elderly), soit 690 sujets dont 73,6% de femmes, ont été suivis pendant 5 ans avec un examen clinique à l’inclusion, puis 1, 2, 3 et 5 ans plus tard. Ces participants étaient âgés de 74 ans en moyenne et avaient environ 13,4 années de scolarité derrière eux. Aucun n’avait de trouble important de la vue ou de déficit cognitif et leur santé était jugée satisfaisante. A l’origine, l’étude de cette cohorte avait pour but d’évaluer le bénéfice de diverses interventions destinées à améliorer les performances cognitives. Un questionnaire a permis de répertorier les habitudes de conduite automobile ainsi que les personnes qui arrêtaient de conduire au cours de l’étude. Dans cette cohorte, 59 personnes avaient cessé de conduire avant le début de l’étude et 37 se sont arrêtées dans les 5 premières années. Le questionnaire SF-36 a été utilisé pour évaluer la santé des participants. La facilité à effectuer deux tours sur eux-mêmes a été mesurée afin de compléter la quantification de leurs aptitudes physiques. La fréquence des symptômes dépressifs au cours de la semaine précédant chaque visite a également été renseignée.


Avec le temps, globalement, tous les paramètres de santé avaient tendance à décroître au cours de l’étude. Lors de l’arrêt de la conduite automobile un déclin significatif de la plupart des variables mesurées était observé, à l’exception de la santé générale évaluée selon le questionnaire SF-36. Après ajustement sur l’âge, le sexe et le niveau d’instruction, la transition vers l’arrêt de la conduite était accompagnée d’une chute de 6,7 points des aptitudes physiques, de presque 12 points des activités physiques quotidiennes et de près de 8 points des relations sociales. Suite à l’arrêt de la conduite, les courbes d’évolution de la santé générale des participants montraient un déclin significativement accéléré.


Cette étude confirme que la cessation de la conduite automobile s’accompagne d’une dégradation de la santé physique, de difficultés dans les activités de la vie quotidienne ainsi que dans les relations sociales. Les indicateurs globaux de santé montrent aussi que cette période est suivie d’un déclin accéléré. Une préservation de l’aptitude à la conduite apparaît donc essentielle au maintien du bien-être et de l’autonomie des seniors.
 

Publié en Décembre 2009
Auteur : L. Teillet - Hôpital Sainte-Périne,  Paris
Références :