< Retour

Actualités

image description Maladie d’Alzheimer et métabolisme de la vitamine A
Les mécanismes qui sous-tendent la pathogenèse de la maladie d’Alzheimer sont encore largement énigmatiques. Des facteurs génétiques et des facteurs environnementaux sont suspectés, mais les processus moléculaires associés à ces facteurs ne sont que partiellement compris. L’hypothèse analysée dans cet article est qu’un dérèglement du métabolisme de la vitamine A est lié à la maladie.

Cette hypothèse repose d’abord sur un ensemble d’observations faites chez la souris, du rôle de cette vitamine sur les fonctions cérébrales :
- la vitamine A module le développement précoce du cerveau et sa fonction;
- chez l’adulte, elle intervient dans la différenciation, l’apoptose et la transmission synaptique;
- des modifications dans l’apport alimentaire affectent la fonction neuronale, la mémoire et la plasticité synaptique;
- la stimulation des récepteurs centraux prévient les déficits cognitifs chez la souris âgée.

Un second ensemble d’observations provient d’analyses génétiques. Le métabolisme de la vitamine A ou rétinol est régulé par un ensemble de sites localisés fréquemment sur les chromosomes 10q23 et 12q13. Le répertoire de la fonction de ces sites et leur association directe ou indirecte avec la maladie d’Alzheimer donne les résultats suivants (voir tableau).

Il y aurait donc une relation entre les sites du génome qui sont liés de façon répétée à la maladie d’Alzheimer et les sites impliqués dans le métabolisme du rétinol, son transport, sa liaison avec des protéines de liaison et ses récepteurs nucléaires. Un dérèglement du contrôle du métabolisme de la vitamine A pourrait donc se répercuter sur l’expression des gènes liés à la maladie d’Alzheimer, favorisant la pathogenèse. Un apport alimentaire de vitamine A pourrait donc exercer un effet bénéfique. Une étude épidémiologique récente confirmerait cette action. En effet, l’incidence de la maladie est deux fois plus importante chez les africains vivants aux Etats-Unis que chez les africains du Niger, chez lesquels un apport supplémentaire en provitamine A est fourni par l’huile de palme.

Bien que cette analyse n’apporte aucune preuve décisive, elle ouvre une voie pour une recherche plus approfondie sur l’impact des facteurs alimentaires dans cette pathologie.
Chromosome Métabolisme du rétinol Maladie d’Alzheimer
12q13 Facteur de transcription nucléaire du rétinol / récepteur G de l’acide rétinoïque / rétinol deshydrogénases Récepteur des lipoprotéines de faible densité
10q23 Facteurs d’hydroxylation et de dégradation de l’acide rétinoïque Enzyme de dégradation de l’insuline
2p13 Enzyme d’inactivation de l’acide rétinoïque Lié à la maladie et à la psychose
17q21 ? Lié à la protéine tau associée aux microtubules
1q21-22 Récepteur X de l’acide rétinoïque / protéine de liaison de l’acide rétinoïque Lié à la maladie
6p21.3 Récepteur B de l’acide rétinoïque Lié à la maladie
3q23 Protéine de liaison de l’acide rétinoïque Lié à la maladie
Publié en Avril 2003
Auteur : Ph. van den Bosch de Aguilar - Université Catholique de Louvain,  Louvain-la-Neuve
Références : Goodman AB, Pardee AB. Evidence for defective retinoid transport and function in late onset Alzheimer’s disease. Proc. Natl. Acad. Sci 2003; 100 : 2901-2905.