< Retour

Actualités

image description Peut-on identifier les conducteurs âgés à haut risque d’accident par des mesures simples ?
Les sujets âgés sont surreprésentés dans les accidents de voiture au court desquels ils sont plus souvent tués ou gravement blessés que les autres tranches d’âge. La durée d’hospitalisation après un accident automobile est aussi beaucoup plus importante et représente un coût élevé en terme de santé publique. Compte tenu de l’accroissement de la longévité, le nombre de seniors au volant va augmenter dans les années à venir. De fait, les projections sur le nombre d’accidents mortels ou graves sont inquiétantes. Il paraît indispensable de pouvoir identifier les sujets à risque d’accidents pour tenter de réduire le taux de blessés graves et de décès.

Plusieurs facteurs de risque individuels ont été identifiés, comme une atteinte de la vision, des capacités attentionnelles, des réflexes, des fonctions cognitives et des capacités fonctionnelles, mais aussi l’existence de pathologies cardio-vasculaires ou d’un diabète et la prise de certains traitements. Conduire implique divers processus dont l’un des principaux est la vision, ce qui explique que la plupart des études comprennent des tests visuels. Une diminution des capacités visuelles est effectivement un facteur prédictif d’accident chez les conducteurs âgés. Conduire implique aussi une bonne coordination des mouvements et certaines études se sont penchées sur le lien entre capacités fonctionnelles et accident. Quant il existe une difficulté de rotation de la tête, une diminution de la mobilité physique ou une limitation de l’élévation des bras chez la femme, le risque d’accident est sensiblement augmenté.

Les auteurs de ce travail ont réalisé une étude prospective dans le Maryland sur des personnes âgées de 55 à 96 ans qui renouvelaient leur licence d’assurance automobile. Les participants avaient tous bénéficiés d’une évaluation obligatoire de leur acuité et de leur champ visuel. Les facteurs prédictifs de risque de survenue d’un accident automobile dans les cinq ans qui ont suivi l’évaluation des conducteurs ont été systématiquement recherchés. Environ 4000 sujets ont été approchés et 48 % d’entre eux ont accepté d’être soumis à une batterie de tests évaluant leurs performances cognitives et physiques. Les mesures physiques portaient sur la mobilité des membres supérieurs, des membres inférieurs et de la tête. Les mesures cognitives testaient la mémoire, les fonctions visuo-spatiales, les capacités attentionnelles, la flexibilité et la vitesse de traitement d’une information impliquant les champs visuels périphérique et central. L’existence de chutes, d’une difficulté à marcher et à monter des escaliers était rapportée de même que les habitudes de conduite : jour ou nuit, nombre de kilomètres parcourus, routes fréquentées ou non.

Il n’y avait pas de différence significative entre la population testée et celle qui avait refusé la batterie de tests. Les facteurs prédictifs de risque d’accident imputable au conducteur étaient : un âge supérieur à 78 ans, le sexe masculin, un antécédent de chutes dans les trois ans précédents l’étude, l’altération des performances attentionnelles, des capacités visuo-spatiales et de la capacité à réagir devant des stimuli visuels centraux et périphériques simultanés. Plus le nombre de kilomètres parcourus était important plus le risque de survenue d’accident était élevé. Cette relation est due à une augmentation de l’exposition au risque plutôt qu’à un facteur propre. Ici l’altération des capacités physiques ne s’avérait pas être un facteur prédictif de risque mais la population étudiée était probablement plus autonome que dans d’autres études.

On sait que lorsque le sujet âgé est fragile ou qu’il présente un handicap physique important, il stoppe ou réduit de lui-même sa conduite automobile. Le principal problème porte plutôt sur l’atteinte cognitive qui peut être latente et qui devrait être dépistée. Sans établir une discrimination par l’âge et une éviction systématique de tout individu âgé de plus de 75 ans de la conduite automobile, des mesures de dépistage de l’aptitude à la conduite doivent être proposées pour éviter des accidents souvent mortels.
Caractéristiques de la population approchée ; *p< 0,05
Caractéristiques Participants (n=1910) Non participants (n=2060)
Age (années) 69 ± 8 69 ± 8
Hommes * 54 % 47 %
Blancs 93 % 91 %
Kilomètres annuels 12 825 -
Chutes rapportées 14 % -
Antécédents d’accidents 5,5 % 5,5 %
Accidents au cours du suivi * 4,7 % 2,0 %
Publié en Février 2006
Auteur : N. Faucher - , 
Références : Ball KK, Roenker DL, Wadley VG, Edwards JD, Roth DL, McGwin G Jr, Raleigh R, Joyce JJ, Cissell GM, Dube T. Can high-risk older drivers be identified through performance-based measures in a department of motor vehicles setting? J Amer Geriatr Soc. 2