< Retour

Actualités

image description Place des estrogène en prévention secondaire des accidents vasculaires ischémiques
L'étude de la littérature suggère que l'utilisation d'une hormonothérapie substitutive par estrogènes est susceptible de réduire le risque de survenue d'accidents vasculaires et de décès chez les femmes ménopausées. On ne sait pas à l'heure actuelle si cette diminution du risque est imputable au seul traitement ou bien si elle s'explique par d'autres différences entre les utilisateurs ?

Un travail récent a proposé, à l'aide d'une étude randomisée prospective contre placebo, d'évaluer le bénéfice apporté par l'administration d'une estrogénothérapie substitutive au décours d'un accident vasculaire cérébral. La cohorte étudiée était constituée de 664 femmes ménopausées, âgées de plus de 46 ans (âge moyen de 71 ans) et ayant présenté depuis moins de 90 jours un accident vasculaire ischémique, qu'il ait été constitué ou transitoire. L'objectif de l'étude était de confirmer, après un premier épisode, la baisse de la morbidité et de la mortalité cardio-vasculaire et cérébro-vasculaire assurée par l'estrogénothérapie à la posologie quotidienne de 1 mg de 17 b estradiol.

Après 2,8 années de suivi, les auteurs de ce travail recensent 99 accidents vasculaires ou décès parmi les femmes recevant le traitement hormonal substitutif, contre 93 parmi celles ne recevant que le placebo. L'incidence des décès d'origine cardio-vasculaire ou d'autres étiologies est le même dans les deux groupes de l'étude. Il en est également ainsi pour l'incidence des accidents vasculaires ischémiques.

Force est donc de constater que l'estrogénothérapie ne réduit pas le risque de décès, ni celui de survenue d'un nouvel épisode vasculaire ischémique. Les résultats montrent même un risque plus élevé d'accidents fatals chez les femmes traitées. De plus, lors de nouveaux épisodes ischémiques, les déficits neurologiques et fonctionnels semblent sensiblement plus graves sous traitement.

La poursuite de l'analyse des données ne retrouve aucune différence significative entre incidence des accidents ischémiques transitoires et incidence des infarctus du myocarde non fatals entre les deux groupes. Dans le groupe des femmes recevant un traitement actif, la survenue de saignements vaginaux, d'une hyperplasie de l'endomètre ou encore la nécessité de réaliser une hystérectomie étaient plus fréquentes.

Ce travail conclue à l'absence de bénéfice d'une estrogénothérapie sur la mortalité ou sur la réapparition de nouveaux accidents vasculaires chez les femmes ménopausées et présentant des pathologies cérébro-vasculaires. De plus, elle s'accompagne d'effets secondaires endométriaux non négligeables. Ce travail devrait s'accompagner ou être suivi d'un nouvel essai randomisé pour clarifier la place que doivent occuper les estrogènes en prévention primaire dans les pathologies cardio-vasculaires.
Résultat
Estradiol
(n = 337)
Placebo
(n = 327)
Risque relatif
(95% IC)
Premiers Résultats
 
 
 
Décès ou Accident Vasculaire non fatal
99
93
1.1 (0.8-1.4)
Décès
  - Accidents fatals
    * Ischémiques
    * Hémorragiques
  - Causes cardio-vasculaires
    * Infarctus du myocarde
    * Autre pathologie coronarienne
  - Autres causes
48
12
9
3
11
1
10
25
41
4
2
2
13
5
8
24
1.2 (0.8-1.8)
2.9 (0.9-9.0)
4.4 (0.9-20.2)
1.4 (0.2-8.7)
0.8 (0.4-1.9)
0.2 (0.0-1.7)
1.2(0.5-3.2)
1.0 (0.6-1.8)
Accidents non fatals
  - Ischémiques
  - Hémorragiques
51
47
4
52
49
3
1.0 (0.7-1.4)
1.0 (0.6-1.4)
1.3 (0.3-6.0)
Aucun accident vasculaire
63
56
1.1 (0.8-1.6)
Résultats secondaires
  - Infarctus du myocarde non fatals
  - Accidents ischémiques transitoires

14
30

12
25

1.2 (0.5-2.5)
1.2 (0.7-2.0)
Publié en Janvier 2002
Auteur : T. Cudennec - Hôpital Ambroise Paré,  Boulogne-Billancourt
Références : Viscoli CM, Brass LM, Kernan WN, Sarrel PM, Suisa S, Horwitz RI. A clinical trial of estrogen - replacement therapy after ischemic stroke. N Engl J Med 2001, 345, 1243-1249