< Retour

Actualités

image description Prévalence du diabète et de l’intolérance au glucose chez les patients venant de faire un accident vasculaire cérébral
Le diabète est un facteur de risque connu de survenue d’un accident vasculaire cérébral (AVC), mais sa prévalence réelle chez les patients venant de faire un AVC est généralement sous-estimée. L’hyperglycémie post-AVC est fréquente, mais pas toujours recontrôlée à distance de l’AVC. L’objectif de cette étude était de déterminer la prévalence des diabètes non reconnus et de l’intolérance aux hydrates de carbone à l’admission et 12 semaines plus tard chez des patients présentant une hyperglycémie post-AVC supérieure ou égale à 6,1 mmol/l.

Un total de 582 patients ayant subi un AVC depuis moins de 24 heures (ischémique ou hémorragique) a été évalué, parmi lesquels 83 (14%) avaient un diabète connu. Cent quarante deux patients, présentant à l’admission une glycémie comprise entre 6,0 et 17 mmol/l, sans antécédent d’insulinothérapie, ont été randomisés dans le cadre du Glucose Insulin in Stroke Trial, entre octobre 1997 et mai 1999. A 12 semaines, les survivants non-diabétiques (62) ont bénéficié d’un test d’hyperglycémie provoquée avec 75 g de glucose. Vingt-six (42%) avaient une tolérance au glucose normale, 23 (37%) avaient une intolérance aux hydrates de carbone et 13 (21%) avaient un diabète. Sur les 85 survivants randomisés initialement, 31 (36%) avaient un diabète et 23 (27%) avaient une intolérance aux hydrates de carbone. Il n’y avait pas de différence significative entre les types d’AVC. Les valeurs de l’hémoglobine glyquée n’avaient pas bougé entre l’admission et 12 semaines pour aucun des groupes.

Une glycémie veineuse > 6,1 mmol/l et une hémoglobine glyquée > 6,2% prédisent la survenue à 12 semaines d’un diabète jusqu’alors inconnu avec une valeur prédictive positive de 80% et une valeur prédictive négative de 96%. La prévalence estimée de diabète méconnu à l’entrée de cette série est de 16 à 24%.

Ces résultats suggèrent que les survivants à 3 mois d’un AVC devraient être explorés au niveau métabolique s’ils présentaient une hyperglycémie initiale. L’une des limitations de cette étude est que seuls les patients avec une hyperglycémie à l’entrée ont été étudiés. Il aurait aussi été intéressant de voir si les patients avec une glycémie normale développaient également un diabète à moyen terme. Quoiqu’il en soit la prévalence des diabétiques au sein des patients présentant un AVC récent est manifestement importante et nécessite une prise en charge adaptée pour améliorer leur survie.
Profil des 62 patients étudiés. (AIT : accident ischémique transitoire)
Age moyen (années) 75 (40 à 93)
Ratio homme/femme 33/29
AVC ischémique 51 (82%)
AVC hémorragique 11 (18%)
HTA 23 (37%)
Tabac (actif/ancien fumeur) 24 (39%)/17 (27%)
Insuffisance coronaire 16 (26%)
Antécédent d’AVC 11 (18%)
Antécédent d’AIT 3 (5%)
Fibrillation auriculaire 6 (10%)
Publié en Février 2004
Auteur : S. Moulias - Hôpital Ambroise Paré,  Boulogne-Billancourt
Références : Gray C, Scott J, French J Alberti K, O’Connell J. Prevalence and prediction of unrecognised diabetes mellitus and impaired glucose tolerance following acute stroke. Age Ageing. 2004 ; 33 : 71-77