< Retour

Actualités

image description Quel est l’apport d’une chambre dédiée à la prise charge du syndrome confusionnel dans une unité de gériatrie aiguë ?

Le syndrome confusionnel est de mauvais pronostic chez le malade âgé avec une mortalité accrue, une durée d’hospitalisation allongée, et un déclin fonctionnel. Une prévention du syndrome confusionnel devrait être mise en œuvre, mais à ce jour elle se montre insuffisante lors de l’hospitalisation de certains patients. Dans d’autres cas, le syndrome confusionnel était déjà présent lors de l’admission. Une intervention ciblée et multidisciplinaire, a pu montrer une certaine efficacité en termes de réduction de durée de séjour et de mortalité. Cependant, l’organisation des soins hospitaliers peut également être un levier d’action. Les auteurs de cet article ont expérimenté aux Etats-Unis un concept reposant sur une chambre de 4 lits, intégrée dans une unité de gériatrie aiguë de 20 lits. Cette chambre spécifique à la prise en charge des patients souffrant d’un syndrome confusionnel comporte les aménagements nécessaires pour respecter l’intimité des patients, ainsi que du personnel qui lui est dédié en permanence. L’équipe multidisciplinaire se réunit quotidiennement avec une attention particulière portée aux sondages urinaires, à l’alitement et aux médicaments prescrits. Une surveillance continue est ainsi réalisée, avec des plans de soins centrés sur le malade, une planification de la sortie, et une contention physique réduite au minimum. Les professionnels impliqués sont le gériatre responsable de l’unité, des infirmiers, des diététiciens, des assistants sociaux, des pharmaciens et des kinésithérapeutes.

Les auteurs ont réalisé une étude rétrospective observationnelle sur 148 patients admis dans cette unité de 20 lits, dont 44 avaient au moment de l’admission ou ont développé durant l’hospitalisation un syndrome confusionnel. Ces derniers étaient en moyenne un peu plus âgés que les malades non confus (85 versus 83 ans). Sur les 44 patients de l’étude, 19 (43%) avaient séjourné au moins transitoirement dans la chambre spécifique de prise en charge du syndrome confusionnel. Sur l’ensemble des patients de l’étude, les auteurs ont montré l’absence de différence significative entre les groupes « syndrome confusionnel »et « absence de syndrome confusionnel » concernant la mortalité, la durée de séjour, et l’admission dans une institution. Le groupe « syndrome confusionnel » avait une meilleure récupération fonctionnelle au moment de la sortie comparé au groupe exempt de syndrome confusionnel, mais ceci pouvait s’expliquer aussi par le fait que les patients confus avaient un plus mauvais score fonctionnel au moment de l’admission.

Au total, malgré le faible nombre de patients inclus dans cette étude rendant la puissance des résultats et leur généralisation limitées, nous pouvons supposer qu’une organisation ciblée des soins ainsi qu’un travail sur l’architecture et l’organisation de la structure de soins pourraient être des éléments clefs dans l’amélioration de la prise en charge des patients très âgés souffrant d’un syndrome confusionnel. Des études doivent se poursuivre dans ce sens.

Publié en Février 2011
Auteur : L. Lechowski - Hôpital Sainte-Périne,  Paris
Références : Flaherty JH, Steele DK, Chibnall JT, Vasudevan VN, Bassil N, Vegi S. An ACE unit with a delirium room may improve function and equalize length of stay among older delirious medical inpatients. J Gerontol A Biol Sci Med Sci. 2010;65A:1387-1392.