< Retour

Actualités

image description Quel est l’impact de l’anémie sur la mortalité et le statut cognitif et fonctionnel de sujets âgés ambulatoires ?
La prévalence de l’anémie dans la population des plus de 65 ans varie selon les études de 3 à 40% chez la femme et de 3 à 60% chez l’homme ! Cette disparité est liée d’une part aux sujets étudiés et d’autre part à la méthode utilisée. La définition de l’anémie repose sur les critères de l’OMS qui donne comme valeurs seuils de l’hémoglobine 12 g/dl pour la femme et 13 g/dl pour l’homme. Plusieurs études ont démontré son impact sur les pathologies chroniques du sujet âgé. Les auteurs de cette étude nord-américaine souhaitaient définir le rôle du taux d’hémoglobine sur la mortalité et le statut cognitif et fonctionnel d’une population ambulatoire âgée.

Une cohorte prospective de 1744 personnes a été suivie pendant 8 ans. Leurs caractéristiques socio-démographiques ont été recueillies à l’entrée ainsi que le taux d’hémoglobine et une évaluation de leur fonction rénale par la méthode MDRD effectuée. A l’inclusion et à 4 ans, le statut fonctionnel a été évalué par les échelles ADL et IADL, et le statut cognitif par le SPMSQ. La mortalité a été évaluée grâce au registre des décès de l’état. L’âge moyen était de 78 ± 5,4 ans, 65% étaient des femmes et 54% de la population était noire américaine. La prévalence moyenne de l’anémie était de 24%. Elle croissait avec l’âge : 17% entre 65 et 74 ans, 25% entre 75 et 79 ans et 32% au-delà de 80 ans. Il n’y avait pas de différence en fonction du sexe. La prévalence de l’anémie était plus importante chez les noirs américains (34%) que chez les caucasiens (14%). Le taux d’hémoglobine moyen était de 13,75 g/dl chez les blancs et 12,8 g/dl chez les noirs. La mortalité était significativement augmentée chez les sujets anémiques par rapport aux personnes non anémiques, augmentation qui persistait même après ajustement selon le sexe. Le risque relatif de décès à 8 ans, après ajustement sur l’état de santé et les pathologies chroniques, était quasiment identique chez les anémiés, quelle que soit leur origine ethnique.

La survie était meilleure chez les patients ayant des taux intermédiaires d’hémoglobine, comparés à ceux qui avaient des valeurs extrêmes. Chez les femmes, le risque de mortalité était plus élevé pour une valeur de l’hémoglobine comprise entre 10 et 11 g/dl (risque relatif = 2,1 ; IC à 95 % = 1,5-3,1) mais cette majoration du risque n’existait pas pour des taux compris entre 11 et 12 g/dl. Chez les hommes, la majoration du risque de mortalité pour les mêmes seuils disparaissait après ajustement. L’existence d’une anémie était fortement liée à un mauvais statut fonctionnel et cognitif et était prédictive de leur déclin dans les 4 ans.

Deux études récentes ont montré que les sujets ayant une hémoglobine au-dessus du seuil de l’OMS avaient un meilleur statut fonctionnel et cognitif que celui des autres. De même il existerait un lien entre maladie d’Alzheimer et anémie, ainsi qu’entre démence vasculaire et anémie. L’anémie serait donc aussi un facteur de risque de déclin fonctionnel et cognitif. Le maintien d’une valeur d’hémoglobine supérieure au seuil de l’OMS risque d’entraîner une augmentation non négligeable de la prescription d’érythropoïétine et de transfusions. Des études au long cours devraient permettre de définir une prise en charge adaptée pour limiter l’effet néfaste d’une anémie du sujet âgé.
Risques relatifs de mortalité. *Après ajustement aux données socio-démographiques et à l’état de santé.
  Risque relatif sans ajustement
(IC à 95%)
Risque relatif après ajustement*
(IC à 95%)
Anémiés vs non anémiés 1,7 (1,5-2,0) 1,4 (1,2-1,6)
Femmes avec anémie 1,9 (1,6-2,3) 1,4 (1,2-1,8)
Hommes avec anémie 1,5 (1,2-1,9) 1,3 (1,0-1,7)
Caucasiens avec anémie 1,8 (1,4-2,4) 1,3 (1,0-1,6)
Noirs américains avec anémie 1,7 (1,4-2,1) 1,4 (1,2-1,8)
Publié en Mai 2006
Auteur : N. Faucher - , 
Références : Denny SD, Kuchibhatla MN, Cohen HJ. Impact of anemia on mortality, cognition, and function in community-dwelling elderly. Am J Med. 2006;119:327-334.