< Retour

Actualités

image description Quels sont les marqueurs neuropsychologiques associés à la perte d’autonomie dans la maladie d’Alzheimer ?
Les déterminants de la perte d’autonomie dans la maladie d’Alzheimer sont multiples, incluant par exemple le niveau d’instruction, l’existence d’un syndrome extrapyramidal ou des caractéristiques démographiques. L’altération des fonctions cognitives est l’un des signes les plus marquants de la maladie, cependant son rôle exact dans la perte d’autonomie a été peu étudié jusqu’alors. L’objectif de cette étude était de rechercher dans une cohorte de 252 patients atteints d’une maladie d’Alzheimer (Predictors Study) le lien entre altération de l’autonomie pour les activités quotidiennes et altération des différentes fonctions cognitives.

Les patients étaient évalués tous les 6 mois avec un examen clinique et neurologique, la recherche de symptômes psychiatriques, et le MMS modifié (Mini-Mental State) coté de 0 à 100, 100 étant la normalité pour toutes les fonctions cognitives. Les items du MMS modifié étaient divisés en 5 catégories : l’orientation temporo-spatiale, la mémoire à court terme, la mémoire à long terme, le langage et les fonctions visuo-spatiales. La perte d’autonomie était évaluée au moyen des échelles DS (Dependency Scale) et EIC (Equivalent Institutional Care). L’analyse des 5 domaines cognitifs évalués par le MMS a été effectuée après ajustement à l’âge, le sexe, le degré d’évolution de la maladie à l’entrée dans l’étude, les signes cliniques tels que le syndrome extrapyramidal et les symptômes psychiatriques.

Les patients avaient à l’inclusion un âge moyen de 72,8 ± 7,8 ans (41% d’hommes). A l’inclusion, l’ancienneté de la maladie était en moyenne de 2,3 ± 2,2 ans. Les 252 patients étaient suivis au moins 6 mois et respectivement 219, 178 et 125 patients étaient suivis à 1 an, 2 ans et 4 ans. Le score moyen du MMS modifié à l’inclusion était de 37,1 ± 6,2. Seuls les sous-scores altérés de la mémoire à long terme, du langage et des capacités visuo-constructives n’étaient pas associés à une perte d’autonomie modérée, contrairement à l’altération du score global du MMS modifié, de la mémoire à court terme et de l’orientation temporo-spatiale. De la même manière, une altération de la mémoire à long terme et du langage n’était pas associée à une perte d’autonomie sévère.

Cette étude confirme les résultats de travaux antérieurs montrant le lien fort entre altération globale des fonctions cognitives et perte d’autonomie. Les facteurs prédictifs de perte d’autonomie les plus importants étaient l’altération de la mémoire à court terme et la désorientation temporo-spatiale, tandis que les fonctions visuo-constructives altérées étaient prédictives d’une dépendance sévère.

La mémoire à court terme altérée implique des lésions des hippocampes et une altération des fonctions exécutives, dont dépend par exemple la mémoire de travail. Il n’est pas surprenant que cette étude ait retrouvé un lien fort entre désorientation temporo-spatiale, altération de la mémoire à court terme et perte d’autonomie pour les activités de la vie quotidienne. En effet, ces fonctions sont quotidiennement utilisées pour la moindre activité. L’altération des capacités visuo-constructives témoigne de lésions des aires associatives temporo-pariétales et occipitales, constatées plus tardivement dans la maladie d’Alzheimer.

Cette étude ajoute un argument fort à l’hypothèse selon laquelle la perte d’autonomie pour les activités quotidiennes est directement liée à la progression dans le temps et l’espace des lésions corticales constatées dans la maladie d’Alzheimer. Les autres points forts de cette étude sont le nombre important de patients inclus, la durée de suivi, le caractère multicentrique de l’étude et l’utilisation d’échelles de dépendance validées. Des études ultérieures devraient analyser l’effet combiné de l’atteinte de plusieurs fonctions cognitives, afin de mieux guider la prise en charge médicale de ces patients.
Risque relatif d’apparition d’une dépendance modérée ou sévère selon le domaine de fonctions cognitives atteint, après ajustement à l’âge, le sexe, le degré d’instruction, les signes extrapyramidaux et l’ancienneté de la maladie. * : p <0,0001; § : p<0,005; §§ : p<0,01. MMS modifié : Mini-Mental State modifié
  Dépendance modérée Dépendance sévère
Echelle EIC Echelle DS Echelle EIC Echelle DS
Risque relatif (intervalle de confiance à 95%)
MMS modifié 1,59 (1,28-1,97)* 1,45 (1,22-1,74)* 1,38 (1,16-1,63)§ 1,44 (1,21-1,70)*
Orientation temporo-spatiale 1,82 (1,23-2,70)§ 1,93 (1,36-2,74)§ 1,57 (1,13-2,18)§§ 1,68 (1,20-2,36)§
Mémoire à long terme 1,37 (0,89-2,11) 1,26 (0,86-1,86) 1,15 (0,81-1,65) 1,01 (0,70-1,44)
Mémoire à court terme 2,4 (1,56-3,69)* 1,96 (1,36-2,74)§ 1,66 (1,18-2,33)§ 1,65 (1,18-2,31)§
Langage 1,25 (0,82-1,93) 1,32 (0,93-1,88) 1,30 (0,93-1,82) 1,37 (0,97-1,92)
Fonctions visuo-spatiales 1,26 (0,78-2,03) 1,14 (0,78-1,68) 1,61 (1,10-2,35)§§ 1,61 (1,10-2,36)§§
Publié en Mai 2005
Auteur : L. Lechowski - Hôpital Sainte-Périne,  Paris
Références : Sarazin M, Stern Y, Berr C, Riba A, Albert M, Brandt J, Dubois B. Neuropsychological predictors of dependency in patients with Alzheimer disease. Neurology. 2005;65:1027-1031.