< Retour

Actualités

image description Relation entre les symptômes dépressifs et l’incidence des démences selon le sexe dans l’étude PAQUID
Plusieurs études cliniques laissent à penser qu’il existe une relation entre symptômes dépressifs et survenue d’une démence chez les sujets âgés. Il s’agit d’études cas-contrôles rétrospectives dont les résultats sont parfois contradictoires, en particulier quant à la chronologie des signes dépressifs par rapport à la survenue de la démence.

PAQUID est une étude prospective réalisée en France sur une période de 8 ans, durant lesquels la relation prédictive entre l’existence de signes dépressifs et la survenue d’une démence a pu être étudiée. Elle est basée sur une cohorte de 3777 hommes et femmes ambulatoires, de 65 ans et plus en 1998. L’évaluation initiale comprenait des tests psychométriques, une évaluation des signes dépressifs par la CES-D qui est une échelle de 20 items cotée sur 60 validée en Français et en Anglais, un mini mental status (MMS) et un examen neurologique permettant le cas échéant de diagnostiquer la démence selon le DSM IIIR et le NINCDS-ADRDA. Cette évaluation a été répétée à 3, 5 et 8 ans.

L’analyse statistique a pris en compte les décès et les nombreux perdus de vue pour une autre cause. En raison de la fréquence des signes dépressifs chez les femmes de cet âge, les résultats ont été analysés en fonction du sexe. L’analyse de régression logistique a été faite grâce à l’estimateur de variance Huber-White, calculant des pondérations en fonction de la probabilité de rester dans l’étude qui est elle-même fonction de l’âge, du MMS et des signes dépressifs.

La cohorte initiale avait un âge moyen de 75,2 ± 6,9 ans, avec 58% de femmes et 62,9% de sujets ayant le certificat d’étude. Le score moyen de la CES-D était de 10,2 ± 9,3/60. Le score moyen du MMS était à 25,6 ± 3,7/30. Dix huit pourcent des sujets avaient déjà présenté une dépression, le plus souvent des femmes ; 24% présentaient un déficit cognitif (20,7% modéré, 3,6% sévère).

Sur la période de 8 ans, 280 démences ont été diagnostiquées (200 maladies d’Alzheimer, 37 démences vasculaires, 29 démences parkinsoniennes, 14 autres causes de démence), soit une incidence de 14,4 ‰ pour les hommes et 19 ‰ pour les femmes (p<0,05) ; 12,9% des hommes et 14% des femmes présentaient des signes dépressifs. Les femmes prenaient plus d’antidépresseurs que les hommes (24,6% versus 10,8%).

La présence de signes dépressifs durant l’étude augmentait la probabilité de survenue d’une démence pour les hommes uniquement, même après ajustement par l’âge, le niveau d’éducation et le score MMS. La survenue d’une dépression avant l’étude n’était pas prédictive de démence dans cette cohorte. La présence d’une HTA chez les hommes augmentait de 50% le risque de démence alors que ce facteur n’avait pas d’incidence chez les femmes.

Les auteurs avancent ainsi l’hypothèse selon laquelle les patients observés présenteraient une dépression « vasculaire », associée à des lésions vasculaires, pouvant accélérer la survenue d’une démence. Les femmes ayant des causes de dépression plus variées n’ont de fait pas le même pronostic dans la survenue d’une démence. Les antécédents vasculaires ne sont malheureusement pas connus pour tous les patients de l’étude PAQUID. Les auteurs proposent donc de considérer la dépression comme un possible reflet clinique de pathologie vasculaire, lié à la survenue d’une démence.
Relation longitudinale entre signes dépressifs et incidence des démences 
  Hommes Femmes
  Odd ratio (IC 95%)
Démence à la visite t+1
Signes dépressifs majeurs ou prise d’antidépresseurs
2,8 (1,5-5,1) 0,8 (0,5-1,4)
Alzheimer à la visite t+1
Signes dépressifs majeurs ou prise d’antidépresseurs
3,4 (1,6-6,9) 0,7 (0,3-1,2)

 

Survenue d’une démence lors de la présence de signes dépressifs en fonction du statut tensionnel
  Hommes Femmes  
Tous 2,4 (1,3-4,6) 1,0 (0,5-1,4)  
Groupe normotendu 1,7 (0,5-6,6) 1,3 (0,5-3,2) p=0,71
Groupe hypertendu 2,6 (1,2-5,6) 0,9 (0,5-1,6) p=0,01
Publié en Janvier 2004
Auteur : S. Moulias - Hôpital Ambroise Paré,  Boulogne-Billancourt
Références : Fuhrer R, Dufouil C, Dartigues JF, for the PAQUID Study. Exploring sex differences in the relationship between depressive symptoms and dementia incidence : prospective results from the PAQUID study. J Am Geriatr Soc. 2003 ; 51: 1055-63