< Retour

Actualités

image description Traitement comportemental de l’insomnie chez les patients Alzheimer
Les troubles du sommeil et de l’éveil affectent environ 44% des patients présentant une maladie d’Alzheimer. Ces troubles sont particulièrement lourds à gérer pour l’aidant familial dont le sommeil est de fait lui aussi altéré. Les troubles du sommeil nocturne sont connus pour être associés à une morbidité physique et psychologique importante chez le patient et son aidant. C’est aussi un facteur de risque majeur d’entrée en institution.

De fait la prise en charge des troubles du sommeil et de l’éveil est une priorité chez les patients présentant une maladie d’Alzheimer. La plupart des études réalisées concernent les patients vivant en institution.

Le but de cette nouvelle étude nord américaine était d’évaluer si un programme de prise en charge du sommeil pouvait améliorer le sommeil des patients déments vivant à domicile avec leur aidant familial. Le programme NITE-AD (éducation et traitement de l’insomnie nocturne chez les patients présentant une maladie d’Alzheimer) enseigne aux aidants les bonnes pratiques d’hygiène du sommeil, incite à augmenter le temps d’activité physique dans la journée et la durée d’exposition à la lumière. Les aidants construisent des plans de traitement du sommeil individualisés avec les formateurs.

Cette étude randomisée a été conduite chez 36 couples composés d’un patient atteint de maladie d’Alzheimer et d’un aidant familial. Tous les patients avaient eu un diagnostic de maladie d’Alzheimer probable ou possible évoluant depuis 5,8 ans en moyenne. Ils étaient âgés de 63 à 93 ans et étaient à 56 % des hommes et à 92% de race blanche. Le MMS moyen était de 11,8 ± 8,4 sur 30. Tous les patients avaient au moins 2 troubles du sommeil selon les critères de la Neuropsychiatric Inventory (NPI), qui survenaient au moins 3 fois par semaine, sans pathologie primaire du sommeil connue (apnée du sommeil, syndrome des jambes sans repos) et vivaient en ambulatoire. Les aidants étaient le plus souvent des épouses (58%), âgées de 21 à 87 ans, avec 72% de femmes, 89 % de race blanche.

Les couples ont été randomisés en deux groupes et évalués par des examinateurs ne connaissant pas le programme donné, au temps zéro, après 2 mois puis 6 mois. Tous les participants ont reçu une description des changements du sommeil survenant avec l’âge et la démence ainsi que des principes de base d’une bonne hygiène du sommeil. Les aidants participant au traitement actif (n=17) ont reçu des recommandations spécifiques pour les patients qu’ils avaient en charge quant à l’hygiène du sommeil, l’instauration d’une marche quotidienne et l’augmentation du temps d’exposition quotidien à la lumière grâce à une lampe de type lumière du jour. La formation était assurée par 6 sessions bi-quotiennes sur les différentes recommandations. Les sujets témoins (n=19) ont reçu une prise en charge standard de la démence et un soutien aux aidants.

L’examen des résultats s’est fait en deux temps. Une première partie consistait en l’étude des enregistrements d’actimètres de poignet que portaient les patients et les aidants pendant une semaine complète, au temps zéro, après 2 mois puis pendant 6 mois. Le nombre de réveils nocturnes, le temps total d’éveil nocturne, le temps total de sommeil, la somnolence diurne et les temps de sieste étaient calculés. Les aidants tenaient un journal des rythmes diurnes et nocturnes pour le couple. En parallèle différentes échelles étaient remplies avec le patient (Epworth Sleepiness Scale, Cornel Depression Scale) et avec l’aidant (échelle d’auto-évaluation du sommeil et de dépression).

Les deux groupes étaient comparables pour l’âge, le sexe, le niveau de MMS et le score du NPI. Chez les patients participant au programme NITE-AD, le nombre de réveils nocturnes diminuait significativement (p<0,05) après la prise en charge, ainsi que la durée totale des éveils nocturnes et la dépression alors que la durée de marche quotidienne augmentait. Après 6 mois de suivi, le gain était maintenu et certains aspects continuaient de s’améliorer comme la diminution de la durée totale des éveils nocturnes. Les patients participant à NITE-AD avaient une durée de somnolence diurne plus basse que les patients contrôles. Il y avait une tendance chez les patients témoins à passer plus de temps au lit après 6 mois que pour les patients NITE-AD. Seuls 86% des 36 patients ont complété l’évaluation à 2 mois et 64% celle à 6 mois. Après 6mois, 6 patients ont été institutionnalisés : 4 témoins et 2 du groupe NITE-AD qui avaient abandonné le protocole juste après le début de la formation.

Cette étude montre pour la première fois que les patients présentant une maladie d’Alzheimer avec des troubles du sommeil et vivant à domicile peuvent bénéficier de traitements comportementaux (hygiène du sommeil, marche quotidienne et augmentation de la durée d’exposition à la lumière). Ces thérapies non médicamenteuses étaient déjà connues auparavant comme efficaces chez les sujets âgés non-déments souffrant de troubles du sommeil.
Moyenne ± sem de différents paramètres déterminés avant et après le programme NITE-AD ou la prise en charge standard (témoin).
Paramètre mesuré Valeurs initiales Variations en fin d’essai
Nombre d’éveils nocturnes
-Groupe témoin
-Groupe NITE-AD

9,9 ± 7,9
12,4 ± 11,6

1,3 ± 5,5
-4,0 ± 10,7
Durée des éveils nocturnes (heures)
-Groupe témoin
-Groupe NITE-AD

1,6 ± 1,3
1,9 ± 1,4

0,0 ± 1,0
-0,6 ± 1,2
Nombre de jours d’exercice /semaine
-Groupe témoin
-Groupe NITE-AD

4,2 ± 3,1
3,4 ± 2,6

0,1 ± 1,4
1,8 ± 2,7
Publié en Juin 2005
Auteur : S. Moulias - Hôpital Ambroise Paré,  Boulogne-Billancourt
Références : McCurry S, Gibbons L, Logsdom R, Vitiello M, Teri L. Nighttime insomnia treatment and education for Alzheimer’s disease: a randomized controlled trial. J Amer Geriatr Soc. 2005; 53: 793-802.