< Retour

Actualités

image description Troubles des fonctions exécutives et déclin fonctionnel en l’absence de démence.

Le déclin fonctionnel chez la personne âgée est associé aux comorbidités, à l’âge, au sexe féminin, à une dépression et à une altération des fonctions cognitives. En particulier, une altération des fonctions exécutives, mobilisées pour un grand nombre des activités de la vie quotidienne, pourrait être à l’origine d’un déclin fonctionnel. Cette relation n’est actuellement connue que chez les patients souffrant d’une démence. L’objectif de cette étude était d’analyser les liens entre les fonctions cognitives et en particulier les fonctions exécutives, et le déclin fonctionnel chez des sujets ne souffrant pas de démence.

L’étude a été réalisée à partir de la cohorte américaine SOF (Study of Osteoporotic Fractures) comportant 9704 femmes de plus de 65 ans. Dans le cas présent, 6313 patientes avaient été évaluées sur un plan fonctionnel et cognitif à l’inclusion puis 6 ans plus tard. Les tests cognitifs comprenaient le MMS modifié (Mini-Mental State) coté sur 26 points et le Trail Making Test B pour les fonctions exécutives. Le statut fonctionnel était déterminé à l’aide d’auto-questionnaires sur les activités instrumentales ou non de la vie quotidienne, en évaluant l’éventuelle difficulté croissante pour réaliser l’une d’entre elles dans l’intervalle des 6 ans.

Quatre groupes ont été étudiés : les patientes sans troubles cognitifs ou des fonctions exécutives, les patientes avec des troubles cognitifs sans trouble dysexécutif, les patientes sans trouble cognitif mais avec des troubles dysexécutifs et enfin les patientes avec des troubles cognitifs et dysexécutifs.

En début de suivi les patientes avaient en moyenne 73,3 ± 5,0 ans et un score moyen au MMS modifié de 24,8.

Après ajustement sur l’âge, le niveau d’instruction, les comorbidités, la dépression évaluée par le score GDS (Geriatric Depression Scale), et le niveau de base de l’autonomie pour les activités élémentaires de la vie quotidienne, les patientes avec des troubles des fonctions exécutives avaient une perte d’autonomie pour les activités élémentaires de la vie quotidienne avec un odds ratio à 1,34 (IC à 95% : 1,07-1,69). Ces patientes, après ajustement pour les mêmes variables, avaient une aggravation du déclin fonctionnel significative en 6 ans avec un odds ratio à 1,48 (IC à 95% : 1,16-1,89) et un risque de mortalité accru de 48%.

Cette étude révèle donc un lien entre fonctions exécutives et capacités fonctionnelles évaluées par l’autonomie à réaliser des activités de la vie quotidienne. Dans cette étude, le lien mis en évidence concernait les activités élémentaires de la vie quotidienne, contrairement à l’idée selon laquelle les activités les plus complexes ou instrumentales dépendent surtout des fonctions les plus élaborées telles que les fonctions cognitives. Cette étude souligne l’importance de l’entité représentée par les patients sans démence, mais avec des troubles isolés des fonctions exécutives. Cette situation pourrait tout à fait être liée au vieillissement non pathologique du cortex préfrontal.

Dans les limites de l’étude, nous devons retenir la possibilité que des patientes avec une authentique démence aient été incluses dans les analyses. Les tests utilisés peuvent aussi être sujets à discussion : les tests fonctionnels étaient des auto-questionnaires, le MMS modifié ne permettait pas une évaluation de chacune des fonctions cognitives, et enfin, le Trail Making Test B n’est pas un test très performant pour évaluer les fonctions exécutives.

Quoi qu’il en soit, cette étude souligne l’importante participation vraisemblable des fonctions exécutives dans les capacités fonctionnelles des personnes âgées, notamment en l’absence d’un diagnostic de démence.


Caractéristiques des patients classés en 4 groupes selon les troubles cognitifs et dysexécutifs.
Les valeurs sont représentées par leur moyenne ± écart-type. Les risques sont exprimés en odds ratio avec un intervalle de confiance à 95%.

Publié en Novembre 2007
Auteur : L. Lechowski - Hôpital Sainte-Périne,  Paris
Références : Johnson JK, Lui L-Y, Yaffe K. Executive function, more than global cognition, predicts functional decline and mortality in elderly women. J Gerontol A Biol Sci Med Sci. 2007;62:1134-1141.