< Retour

Actualités

image description Un test olfactif simple pourrait-il permettre un dépistage précoce de la maladie d’Alzheimer ?
La prise en charge des patients qui vont développer une maladie d’Alzheimer est conditionnée par un dépistage aussi précoce que possible. Parmi les différentes approches qui ont pu être proposées figure la recherche d’une altération des capacités olfactives. Les troubles de l’olfaction semblent en effet apparaître avant toute détérioration cognitive ou comportementale propre de cette pathologie. Ce déficit a par ailleurs pu être objectivé par imagerie chez des patients Alzheimer qui présentaient une atrophie du cortex entorhinal, riche en projections du bulbe olfactif et qui étaient porteurs de l’allèle e4 pour l’apolipoprotéine E. L’altération de la perception des odeurs ainsi que la modification de leur seuil de détection peuvent cependant être largement influencées par le contexte culturel propre à chaque patient, montrant la nécessité de disposer d’un test permettant de s’affranchir de ce type de biais.

Des investigateurs de l’université de Nagoya au Japon ont ainsi évalué l’utilité conjointe de deux tests olfactifs en tant que marqueur clinique de la maladie d’Alzheimer. Deux groupes de sujets ont été utilisés : 85 patients (âge moyen 76,3 ± 7,2 ans) souffrant de maladie d’Alzheimer selon les critères du DSM-IV et du National Institute of Neurological and Communicative Disorders and Stroke-Alzheimer’s Disease and Related Disorders Association (NINCDS-ADRDA) et 30 sujets témoins non déments (âge moyen 74,8 ± 8,5 ans).

Le tabagisme, des antécédents de traumatisme crânien, une maladie respiratoire, des troubles métaboliques ou la consommation de médicaments connus pour affecter l’odorat faisaient partie des critères d’exclusion pour cette étude. Tous les participants ont été soumis au test MMSE de Folstein ainsi qu’à deux tests d’identification d’odeurs. Le premier test olfactif, le Cross-Cultural Smell Identification Test (CC-SIT) était un test d’identification de 12 odeurs contenues dans des micro-capsules et libérées par grattage. Les sujets devaient choisir entre 4 réponses par odeur. Dans le second test, dit Picture-Based Smell Identication Test (P-SIT), les sujets devaient sentir 6 odeurs distinctes, yeux fermés: café moulu, encens, sésame moulu, thé vert, pâte de soja fermentée et savon. Après avoir humé chacun de ces composés, les participants devaient les identifier à l’aide de 20 images comportant ces 6 odeurs et 14 autres sans rapport avec le test. Au préalable, les investigateurs s’étaient assurés de la bonne compréhension du test par les participants ainsi que de leur aptitude à répondre de façon appropriée.

Le score au test MMSE était de 19,6 ± 4,6 pour les sujets du groupe Alzheimer et de 28,5 ± 2,2 pour le groupe témoin. Les performances olfactives étaient diminuées en fonction de l’âge dans les deux groupes de sujets mais les scores atteints aux deux tests étaient significativement moins bons chez les patients Alzheimer que chez les sujets témoins. Le coefficient de corrélation entre le score au test MMSE et le score au test P-SIT était plus élevé que celui observé entre le test MMSE et le score au test CC-SIT. L’analyse statistique montrait également que le test P-SIT permettait une meilleure discrimination des patients Alzheimer que le test CC-SIT. De plus, parmi les patients, ceux qui étaient porteurs d’un ou deux allèles e4 montraient un coefficient de corrélation plus élevé entre les scores aux tests MMSE et P-SIT que les patients non porteurs de cet allèle.

Les résultats de ce travail confirment que les altérations de la perception olfactive pourraient constituer un marqueur précoce de la maladie d’Alzheimer. Néanmoins, s’agissant ici d’une étude transversale, il est difficile de dire si des tests semblables à ceux utilisés dans ce travail montreraient une supériorité en terme de dépistage par rapport aux tests psychométriques et neuropsychologiques classiques.
Scores des patients Alzheimer et des sujets témoins au test cognitif (MMSE) et aux tests olfactifs. * p< 0,0001
  Patients Alzheimer
(n = 85)
Groupe témoin
(n = 30)
Age (années) 76,3 ± 7,2 74,8 ± 8,5
Score au test MMSE 19,6 ± 4,6 28,5 ± 2,2*
Score au test P-SIT 1,5 ± 1,3 4,4 ± 1,2*
Score au test CC-SIT 4,1 ± 2,5 6,8 ± 1,7*
Publié en Novembre 2004
Auteur : T. Cudennec - Hôpital Ambroise Paré,  Boulogne-Billancourt
Références : Suzuki Y, Yamamoto S, Umegaki H, Onishi J, Mogi N, Fujishiro H, Iguchi A. Smell identification test as an indicator for cognitive impairment in Alzheimer’s disease. Int J Geriatr Psychiatry. 2004; 19: 727-733.