< Retour

Actualités

image description Une diminution du peptide β-amyloïde1-42 et une augmentation de la protéine tau dans le liquide céphalorachidien signerait la maladie d’Alzheimer
La recherche de marqueurs biologiques sensibles et spécifiques de la maladie d’Alzheimer est importante et devrait favoriser la détection précoce, condition d’une prise en charge optimale. Les deux candidats qui ont été probablement les plus étudiés ces dernières années sont le peptide β-amyloïde1-42 et la protéine tau. Ces ceux molécules sont liées respectivement à la formation dans le cerveau des plaques amyloïdes et à la dégénérescence neurofibrillaire, deux caractéristiques de la maladie. Leur dosage dans le liquide céphalorachidien montre en général une baisse de concentration de peptide β-amyloïde1-42 et une augmentation de protéine tau chez les patients Alzheimer.

La mesure simultanée de ces deux paramètres vient d’être menée sur une population de 203 volontaires dont 131 Alzheimer et 72 témoins sous l’égide du National Institute of Mental Health américain. Tous ces sujets étaient soumis à une évaluation clinique incluant un examen médical général, des tests neuropsychologiques, une imagerie par résonance magnétique et des observations comportementales. Les patients présentant un diabète de type II ou une pathologie cardiovasculaire étaient exclus de l’étude. Une ponction lombaire était réalisée sur chaque participant le matin à jeun. Les concentrations de peptide β-amyloïde1-42 et de protéine tau étaient mesurées à l’aide d’un test immuno-enzymatique.

Les patients Alzheimer étaient en moyenne âgés de 68 ans alors que les témoins avaient 59 ans; ils avaient également un niveau d’éducation plus bas que le groupe contrôle. La concentration moyenne de peptide β-amyloïde1-42 était de 183 pg/mL chez les Alzheimer contre 491 pg/mL chez les témoins. A l’inverse, les concentrations de protéine tau étaient respectivement de 587 pg/mL et de 224 pg/mL. Ces différences n’étaient pas liées au sexe ou à l’âge des participants. Au sein des patients Alzheimer, les concentrations de peptide β-amyloïde1-42 et de protéine tau étaient corrélées à la sévérité de la maladie déterminée par le seul Mini-Mental State Examination. Aucune corrélation n’a pu être mise en évidence entre ces marqueurs biologiques et l’âge auquel se manifestait la maladie ou la durée d’évolution. En revanche, ces différences se retrouvaient même pour les formes modérées de la maladie. En prenant comme valeurs limites 444 pg/mL pour le peptide β-amyloïde1-42 et 195 pg/mL pour la protéine tau, près de 90% des cas de maladies d’Alzheimer étaient diagnostiqués.

Ces résultats ont été comparés à ceux d’une méta-analyse portant sur 17 études relatives à la concentration de peptide β-amyloïde1-42 et sur 34 travaux concernant la protéine tau dans le liquide céphalorachidien de patients Alzheimer. Parmi les critères de sélection des articles, la présence d’un groupe témoin, les paramètres du diagnostic, ainsi que des effectifs supérieurs à 25 sujets par groupe, étaient nécessaires. Tous les résultats, à l’exception de 2 articles relatifs aux concentrations de peptide β-amyloïde1-42, allaient dans le sens d’une baisse de peptide β-amyloïde1-42 et d’une augmentation de protéine tau dans le liquide céphalorachidien des malades Alzheimer.

Bien que ces résultats semblent extrêmement concluants, les auteurs mettent en garde le clinicien sur les grandes variations individuelles de ces marqueurs biologiques, sur le recouvrement des valeurs entre groupes témoins et Alzheimer ainsi que sur la spécificité des kits de dosages disponibles.
Concentrations en pg/mL dans le liquide céphalorachidien. Valeurs moyennes et extrêmes.
  Témoins Alzheimer
Peptide β-amyloïde1-42 491
(100-1100)
183
(100-700)
Protéine tau 244
(50-800)
587
(100-1400)
Publié en Mai 2003
Auteur : L. Teillet - Hôpital Sainte-Périne,  Paris
Références : Sunderland T, Linker G, Mirza N, Putnam KT, Friedman DL, Kimmel LH, Bergeson J, Manetti GJ, Zimmermann M, Tang B, Bartko JJ, Cohen RM. Decreased beta-amyloid1-42 and increased tau levels in cerebrospinal fluid of patients with Alzheimer dise